Accueil » Les critiques » Critiques DVD » [Critique DVD] 38 témoins

Notice: Undefined index: tie_sidebar_pos in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/single.php on line 44

Notice: Undefined index: tie_post_head in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/sahifa/includes/post-head.php on line 4

Notice: Undefined index: tie_post_head in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/sahifa/includes/post-head.php on line 9

Notice: Undefined index: tie_post_head in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/sahifa/includes/post-head.php on line 14

Notice: Undefined index: tie_post_head in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/sahifa/includes/post-head.php on line 29

Notice: Undefined index: tie_post_head in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/sahifa/includes/post-head.php on line 36

Notice: Undefined index: tie_sidebar_pos in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/sahifa/includes/post-head.php on line 37
[Critique DVD] 38 témoins

[Critique DVD] 38 témoins

Synopsis: Alors qu'elle rentre d'un voyage professionnel en Chine, Louise découvre que sa rue a été le théâtre d'un crime. Aucun témoin, tout le monde dormait. Paraît-il...Pierre, son mari, travaillait. Il était en mer, dit-il. La police et la presse enquêtent.


Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/functions.php on line 416

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/functions.php on line 418

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/functions.php on line 420

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/functions.php on line 422

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/functions.php on line 422

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/functions.php on line 424

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/functions.php on line 424

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/functions.php on line 426

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/functions.php on line 428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/functions.php on line 430

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/hssahifa/functions.php on line 432

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "38 témoins"
De : Lucas Belvaux
Avec : Yvan Attal, Sophie Quinton, Nicole Garcia
Sortie le : 18 juillet 2012
Distribution : Diaphana
Durée : 100 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Tout sonne juste. Les dialogues, les regards, les attitudes. Et les images aussi, souvent terribles. Comme ce camion benne avalant les bouquets de fleurs posés sur le trottoir en hommage à la victime.Du banal, du quotidien, jetés au discrédit de notre indifférence qui se réveille le matin de la même manière que tous ces gens de ce quartier bien famé. Ils n’ont rien vu, rien entendu et la mort a passé son chemin.

Un bébé pleure, pas fort, mais l’immeuble s’émeut. Pierre l’entend, comme il a entendu les cris dans la nuit et qu’il veut taire à tout jamais. Ces cris incessants le tenaillent au-delà du remords ; la culpabilité approche.

Lucas Belvaux n’a aucune indulgence. Il traque son personnage de la même manière que le policier en quête de témoin, que la journaliste (Nicole Garcia) à la recherche de la vérité.  Yvon Attal encaisse avec sa maestria coutumière.

photo-38-temoins-2011-1

Contrairement aux autres protagonistes, Belvaux le tient à distance ; c’est sa force, le moteur de son film. A la morale toute faite, il préfère le doute et l’incertitude qui distillent le malaise .Sa femme en voyage d’affaires cette nuit là , le soutient, le comprend , mais tente aussi de comprendre ce qui s’est réellement passé.

Valérie Quinton est tout aussi superbe dans sa défroque de petite fille paumée, bringuebalée par les événements qu’elle ne peut plus contenir.Les faces à faces, de plus en plus tendus, douloureux à l’extrême, illustrent l’état des lieux ; des cœurs et des  âmes égarés dans les rouages d’une justice prudente, d’une police ardente.

Le réalisateur tient tout son petit monde en respect, jusqu’à cet énigmatique personnage qui sur le balcon d’en face observe tout ce qui se passe. Un « Mr Hire » à sa façon, peut-être notre alter-ego, le reflet d’une image qui nous ressemblerait.

Avec ces mêmes interrogations sur le devenir des êtres, ces mêmes témoins coupables de n’avoir rien vu, rien dit, rien fait. La complexité humaine dans toute sa splendeur.

 

  • Rencontre avec Lucas Belvaux.

Quand il évoque les influences de ce film, il a cette expression : «  le cinéma moral ». Pour faire simple, dit-il encore en citant, Fritz Lang, Ford, « un cinéma où les hommes se posent les questions de la civilisation ». « M le maudit », « Les deux cavaliers », « Fury », « L’homme qui tua Liberty Valance ».

Le choix d’Yvan Attal ? «  On n’avait pas fini me semble-t-il le travail de « Rapt » et comme lui comme moi on voulait à nouveau travailler ensemble … ».

Les rapports acteurs-réalisateurs ? Il a devant sa caméra Yvan Attal mais aussi Nicole Garcia, à la fois comédiens et metteurs en scène… «  On connaît la musique, on ne peut pas s’entourlouper, c’est transparent, on se comprend à demi-mots, on ne se parle pas de la même façon ».

L’intérêt du film ? «  Si ça change la façon dont les gens regardent les choses, s’ils se posent un peu plus de questions après, alors ce ne sera déjà pas mal ».

Tout sonne juste. Les dialogues, les regards, les attitudes. Et les images aussi, souvent terribles. Comme ce camion benne avalant les bouquets de fleurs posés sur le trottoir en hommage à la victime.Du banal, du quotidien, jetés au discrédit de notre indifférence qui se réveille le matin de la même manière que tous ces gens de ce quartier bien famé. Ils n’ont rien vu, rien entendu et la mort a passé son chemin.

Un bébé pleure, pas fort, mais l’immeuble s’émeut. Pierre l’entend, comme il a entendu les cris dans la nuit et qu’il veut taire à tout jamais. Ces cris incessants le tenaillent au-delà du remords ; la culpabilité approche.

Lucas Belvaux n’a aucune indulgence. Il traque son personnage de la même manière que le policier en quête de témoin, que la journaliste (Nicole Garcia) à la recherche de la vérité.  Yvon Attal encaisse avec sa maestria coutumière.

photo-38-temoins-2011-1

Contrairement aux autres protagonistes, Belvaux le tient à distance ; c’est sa force, le moteur de son film. A la morale toute faite, il préfère le doute et l’incertitude qui distillent le malaise .Sa femme en voyage d’affaires cette nuit là , le soutient, le comprend , mais tente aussi de comprendre ce qui s’est réellement passé.

Valérie Quinton est tout aussi superbe dans sa défroque de petite fille paumée, bringuebalée par les événements qu’elle ne peut plus contenir.Les faces à faces, de plus en plus tendus, douloureux à l’extrême, illustrent l’état des lieux ; des cœurs et des  âmes égarés dans les rouages d’une justice prudente, d’une police ardente.

Le réalisateur tient tout son petit monde en respect, jusqu’à cet énigmatique personnage qui sur le balcon d’en face observe tout ce qui se passe. Un « Mr Hire » à sa façon, peut-être notre alter-ego, le reflet d’une image qui nous ressemblerait.

Avec ces mêmes interrogations sur le devenir des êtres, ces mêmes témoins coupables de n’avoir rien vu, rien dit, rien fait. La complexité humaine dans toute sa splendeur.

 

  • Rencontre avec Lucas Belvaux.

Quand il évoque les influences de ce film, il a cette expression : «  le cinéma moral ». Pour faire simple, dit-il encore en citant, Fritz Lang, Ford, « un cinéma où les hommes se posent les questions de la civilisation ». « M le maudit », « Les deux cavaliers », « Fury », « L’homme qui tua Liberty Valance ».

Le choix d’Yvan Attal ? «  On n’avait pas fini me semble-t-il le travail de « Rapt » et comme lui comme moi on voulait à nouveau travailler ensemble … ».

Les rapports acteurs-réalisateurs ? Il a devant sa caméra Yvan Attal mais aussi Nicole Garcia, à la fois comédiens et metteurs en scène… «  On connaît la musique, on ne peut pas s’entourlouper, c’est transparent, on se comprend à demi-mots, on ne se parle pas de la même façon ».

L’intérêt du film ? «  Si ça change la façon dont les gens regardent les choses, s’ils se posent un peu plus de questions après, alors ce ne sera déjà pas mal ».


Notice: Undefined index: tie_review_total in /home/lheurede/public_html/wp-content/themes/sahifa/functions/theme-functions.php on line 1440
Tout sonne juste. Les dialogues, les regards, les attitudes. Et les images aussi, souvent terribles. Comme ce camion benne avalant les bouquets de fleurs posés sur le trottoir en hommage à la victime.Du banal, du quotidien, jetés au discrédit de notre indifférence qui se réveille le matin de la même manière que tous ces gens de ce quartier bien famé. Ils n’ont rien vu, rien entendu et la mort a passé son chemin. Un bébé pleure, pas fort, mais l’immeuble s’émeut. Pierre l’entend, comme il a entendu les cris dans la nuit et qu’il veut taire à tout jamais. Ces…

Vue d'ensemble des tests

Le film
Les bonus

Résumé : Il y a bien longtemps qu’un cinéaste français n’avait pas exploré aussi intimement l’âme humaine. Il le fait avec une élégance qui le tient à distance, et qui lui permet d’éviter ainsi toute morale assassine. Et comme l’histoire est superbement racontée, superbement filmée, l’adhésion est totale.

Avis Bonus : Une rencontre avec le réalisateur, c'est très intéressant, mais c'est tout...

62

38 témoins (DVD) de Lucas Belvaux

Date de sortie du DVD : 18 July 2012

Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL

Studio : Diaphana

Duree : 100 minutes

PRIX : EUR 13,93 (Prix de depart : EUR 13,03)