Accueil » A la une » « Borgo » de Stéphane Demoustier. Critique cinéma

« Borgo » de Stéphane Demoustier. Critique cinéma

  • Sortie : 17 avril 2024
  • Avec : Hafsia Herzi, Moussa Mansaly, Louis Memmi, Michel Fau, Pablo Pauly, Florence Loiret Caille
  • Genre : Drame
  • Durée : 1h57

L’Histoire : Melissa, 32 ans, surveillante pénitentiaire , intègre en Corse  les équipes d’un centre particulier. Les prisonniers « surveillent » les gardiens. L’intégration de Melissa est facilitée par Saveriu, un jeune détenu qui semble influent et la place sous sa protection. Mais une fois libéré, Saveriu reprend contact avec Melissa. Il a un service à lui demander …

A nouveau sous le feu des projecteurs, cette fois ceux du cinéma, La Corse retrouve ses démons ancestraux, habilement réhabilités dans le cadre d’un environnement carcéral, où l’administration française peine à se faire entendre.

En total accord avec la directrice des lieux (Florence Loiret Caille), les prisonniers vont et viennent à leur guise, et prennent leurs gardiens pour leurs commissionnaires. La surveillance parait malgré tout assurée sous la forme de ce modus vivendi aléatoire, que découvre Melissa affectée à sa demande, depuis Paris, dans ce cloaque .

Elle y trouve ses marques, avec l’aide d’un détenu Saveriu (Louis Memmi) qu’elle a connu lors d’une opération continentale. Son autorité sur ses collègues parait redoutable et même à l’extérieur son réseau est efficace. Melissa accepte sa protection qui ne dit pas son nom, mais qui très rapidement l’embrigade dans un rôle qui n’est pas celui d’une gardienne de prison.

Et si Stéphane Demoustier le lui fait jouer sur le fil du rasoir ( mise en abyme scénique efficace ), Hafsia Herzi donne une réplique parfaite de son personnage, hésitante dans la transgression, volontaire dans l’embrigadement, acculée dans ses renoncements. Toute l’ambiguïté de sa démarche volontaire ,dans une succession d’événements qu’elle peine de plus en plus à maîtriser.

Mélissa ne peut plus reculer…

Quand Saveriu l’emmène dans son repère , elle ne dit pas non. Les armes à feu c’est aussi sa passion …

Ignorant dans l’engrenage de ce système mafieux, une enquête sur l’assassinat de deux anciens détenus. La traque se fait sur vidéo et à l’origine on s’amuse de l’indifférence presque ironique du commissaire à l’égard de son brigadier.

« Quand vous aurez trouvé quelque chose, vous m’appellerez » lui serine-t-il impassible . Michel Fau , impayable … mais pas très efficace dans son investigation.

Où Melissa hoquette pour la première fois dans ses services rendus, repérés probablement par la justice . Avec sa petite famille elle pensait pouvoir prendre un nouveau départ, mais encanaillée sans rémission, la voici au bord du gouffre.

Pablo Pauly, Michel Fau, ils font la paire

Un tempérament de feu, une volonté inébranlable … Sauve qui peut la vie !  Hafsia Herzi se jette pleinement dans la bataille, minutieusement programmée, habilement filmée par un réalisateur qui mène son thriller hors du cadre de la femme portraiturée, et l’inscrit dans un environnement  pénitencier hors-norme. En Corse, telle une allégorie.

« On oublie personne et personne ne vous oublie » dit un parrain.

Sortie : 17 avril 2024 Avec : Hafsia Herzi, Moussa Mansaly, Louis Memmi, Michel Fau, Pablo Pauly, Florence Loiret Caille Genre : Drame Durée : 1h57 L'Histoire : Melissa, 32 ans, surveillante pénitentiaire , intègre en Corse  les équipes d'un centre particulier. Les prisonniers "surveillent" les gardiens. L’intégration de Melissa est facilitée par Saveriu, un jeune détenu qui semble influent et la place sous sa protection. Mais une fois libéré, Saveriu reprend contact avec Melissa. Il a un service à lui demander … Festival du polar Reims 2024. Prix du Jury A nouveau sous le feu des projecteurs, cette fois ceux du cinéma, La…
Le Film

Après «  La fille au bracelet », Stéphane Demoustier poursuit sa déambulation dans les arcanes de la justice française en pointant du doigt cette fois un cas quasiment extrême : l’exploration d’une prison en Corse où les détenus ne le sont pas vraiment. Si la sécurité existe, c’est par la bonne volonté des gardiens ( un brin fatalistes ) que découvre Melissa venue à se demande depuis Paris, dans ce cloaque mafieux. L’harmonie y règne dans l’acceptation d’un modus vivendi aléatoire. Mais prise dans un engrenage, la jeune femme va devoir conjuguer son devoir et ses aspirations personnelles . Hésitante dans la transgression, volontaire dans l’embrigadement, acculée dans ses renoncements, elle donne à Hafsia Herzi le pouvoir d’une interprétation hors-norme. La jeune comédienne a déjà eu le loisir d’exprimer son talent ( « L’aube du monde », « Héritage », « Le ravissement »… ) . Cette fois elle est sans pareille.

User Rating: 3.67 ( 2 votes)

Voir aussi

« Making Of » de Cédric Kahn. Critique cinéma-dvd

Le film dans le film, mais encore ? ... Vive la sociale !

Un commentaire

  1. La réputation des corses à son comble!
    Comme dit djalil,le mari de la protagoniste du haut de la colline en regardant l’explosion de la voiture de la directrice de la prison ( Florence Loiret caille très moyenne dans ce rôle): «  c’est la Corse! »
    Contre emploi pour Michel Fau également mais oh combien sympathique !
    Hafzia Herzi ,bizarrement inexpressive dans son personnage, sauf quand il s’agit de défendre sa fille envers les nouveaux voisins, alors qu’elle se complaît facilement dans l’illégalité.
    Pas convaincue ,mais un bon moment au ciné !

Laisser un commentaire