Accueil » Les critiques » Vu au cinéma

Vu au cinéma

« J’ai perdu mon corps  » de Jérémy Clapin. Critique cinéma

Grand Prix de la Semaine de la critique de Cannes 2019. — D’après « Happy hand » de Guillaume Laurant. — La main qui s’agrippe ou celle que l’on perd. Perdre la main, et passer son tour. La main qui pianote sur le clavier dont rêve le jeune héros. Etre à la fois …

lire »

« Black Journal » ( Gran Bollito ) de Mauro Bolognini. Critique cinéma

D’après une histoire vraie . – Celui-là, on l’avait joliment oublié. Le ressortir des placards, dépoussiéré de ces 40 dernières années, et c’est le cinéma qui revit. Un film assez iconoclaste pour l’époque, mais toujours bien dérangé aujourd’hui par ses comportements humains plutôt bizarres. Une brave femme ( Shelley Winters …

lire »

« Sorry, we missed you » de Ken Loach. Critique cinéma

Ken Loach made in France, est-ce possible ? Qui dans l’hexagone pour rapporter autant de rage, de force et de conviction sur la pourriture d’un système social inique et inhumain ? On le résume en parlant d’ubérisation, mais le cinéaste élève le débat au niveau d’une société totalement gangrenée par le fric, …

lire »

« Le Traitre » de Marco Bellocchio. Critique cinéma

D’après des faits réels .-  Pier Francesco Favino est coutumier des films de mafia . Même dans le camp adversaire ( « Suburra » ) il tient le propos haut et fort. Mais cette fois sur le rôle-titre qui le porte au pinacle, le comédien ne me parait pas à la hauteur …

lire »

« Quand passent les cigognes » de Mikhail Kalatozov. Critique cinéma

1958 Palme d’or au festival de Cannes. – D’après l’oeuvre éponyme de Viktor Rozov . – Cette œuvre rapportée quelques années après la mort de Staline, alors que le septième art soviétique est au plus mal, apparait comme une sublime pièce de musée. Elle nous parle de la bataille annoncée aux …

lire »

« Nevada » de Laure De Clermont-Tonnerre. Critique cinéma-dvd

Meilleur DVD 2019 ( 2ème) Date de sortie : 19 octobre 2019 L’histoire est joliment écrite, assez prévisible mais terriblement forte dans l’évocation de cette attirance de l’homme pour l’animal. On le sait, la réciproque existe, plus intense encore dans un programme spécifique de rééducation. Ou comme ici de réhabilitation de …

lire »