Accueil » A la une » « Mémoires de jeunesse » de James Kent. Critique Blu-ray

« Mémoires de jeunesse » de James Kent. Critique Blu-ray

Synopsis: Printemps 1914. Jeune femme féministe à l'esprit frondeur, Vera Brittain veut rentrer à Oxford, malgré l'hostilité de ses parents. Décidée à devenir écrivain, elle est encouragée par son frère et ses amis – et notamment Roland Leighton dont elle s'éprend. Ses rêves se brisent au moment où l'Angleterre entre en guerre .Elle renonce  à écrire pour devenir infirmière, tandis que son entourage disparait peu à peu ...

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Mémoires de jeunesse [Blu-ray + Copie digitale]"
De : James Kent
Avec : Alicia Vikander, Kit Harington, Taron Egerton, Emily Watson, Hayley Atwell
Sortie le : 27 janvier 2016
Distribution : TF1 Vidéo
Durée : 130 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Le making of

La scénariste Juliette Towhidi adapte pour James Kent le roman autobiographique de Vera Brittain.Ecrit en 1933, elle raconte son expérience d’infirmière pendant la première guerre mondiale. Alors qu’elle envisage une carrière littéraire, la jeune femme se porte en effet volontaire pour renforcer les équipes médicales de Sa Majesté.

Un geste altruiste conforme à la personnalité qui se dessine tout au long de ce portrait (2 h 10) dessiné avec soin par un réalisateur totalement acquis à la cause féministe de la romancière. Oxford ce n’est pas pour elle maintient son père qui flanchera devant les arguments de son frère (Taron Egerton), la fratrie ici n’étant pas un vain mot. Quand il s’agit de s’engager, Vera  plaide la cause de ce frère dont les amis suivent la trace. Parmi eux, son fiancé Roland Leighton ( Kit Harington ) .

Bien que désespérée, la jeune fille comprend elle aussi la nécessité de servir sa patrie. Ce qu’elle fera peu après dans une totale abnégation. Le sacrifice paraissant marquer la destinée de cette femme fougueuse et obstinée, toujours prête et fière à relever les défis de sa condition (Alicia Vikander). Car les sœurs infirmières ne croient pas un instant à cette recrue sortie d’une tour d’Ivoire et formée dans la prestigieuse université d’Oxford.

Le temps de l'insouciance, de la jeunesse, d'avant la guerre...
Le temps de l’insouciance, de la jeunesse, d’avant la guerre…

Un lieu que les cinéastes britanniques se plaisent à parcourir depuis que Losey y a posé les bases de son « Accident ». Mais aux pierres séculaires, Kent préfère l’empreinte d’une personnalité qui réussira à s’imposer malgré les rigidités du règlement. Le cadre du cinéaste est tout aussi soigné, d’un classisisme absolu. La caméra s’y promène avec une fluidité de plus en plus contrariée au fur et à mesure que les nouvelles du front amoncellent les cadavres sur les lits d’hôpitaux.

Au chagrin succède le déchirement. Vera  voit les siens partir, alors qu’elle poursuit sa tâche auprès des blessés, sans distinction de race ou d’origine. Elle écrit à son frère qu’il est étonnant de soigner des allemands qu’il combat à quelques kilomètres de là. Tous les paradoxes d’une guerre pour laquelle le réalisateur adopte la posture pacifiste de son héroïne. Au-delà d’une vision terrifiante maintes fois reprises par le cinéma, elle  ira prôner la paix et la réconciliation avec l’ennemi.

Alicia Vikander, tout en sobriété, reflète bien une personnalité hors du commun
Alicia Vikander, tout en sobriété, reflète une personnalité hors du commun
  • Making of. Il s’agit principalement du discours des membres de l’équipe, à l’image du réalisateur James Kent qui dit tout le bien qu’il pense d’Alicia Vikander, «  de son incroyable intelligence émotionnelle, de sa profondeur (…) on se noie dans ses yeux ».

« On voulait de la subjectivité pour que le film ait l’authenticité du vécu » relève pour sa part la scénariste  Juliette Towhidi.

Meilleur dvd du mois de Janvier 2016 La scénariste Juliette Towhidi adapte pour James Kent le roman autobiographique de Vera Brittain.Ecrit en 1933, elle raconte son expérience d’infirmière pendant la première guerre mondiale. Alors qu'elle envisage une carrière littéraire, la jeune femme se porte en effet volontaire pour renforcer les équipes médicales de Sa Majesté. Un geste altruiste conforme à la personnalité qui se dessine tout au long de ce portrait (2 h 10) dessiné avec soin par un réalisateur totalement acquis à la cause féministe de la romancière. Oxford ce n’est pas pour elle maintient son père qui flanchera devant…
Le film
Le making of

Quand une forme classique porte aussi bien les écrits d’une romancière, qu’une interprète (Alicia Vikander) reproduit sans affect outrancier la personnalité riche et combattante d’une héroïne (Vera Brittain),  l’image prend à la fois du sens et de la vérité au cœur d’une représentation dont le cinéaste emprunte les codes au mélodrame et au romantisme du cinéma britannique. Dessinant sans trahir la volonté féministe d’une femme qui exigeait la paix et la réconciliation avec l’ennemi. Un discours encore valable de nos jours. C’est un film quasiment parfait et sans surprise.

Avis bonus Un making of lui aussi sans surprise...

User Rating: 2.8 ( 1 votes)
Mémoires de jeunesse [Blu-ray + Copie digitale] (Blu-ray) de James Kent
Date de sortie du Blu-ray : 27 January 2016
Format :
Studio : TF1 Vidéo
Duree : 130 minutes

PRIX : EUR 26,28 (Prix de depart : EUR 15,05)

Voir aussi

« La Taularde » de Audrey Estrougo. Critique cinéma-dvd

Le milieu carcéral va toujours aussi mal