Accueil » Aventure » Western(s) Mythique(s)

Western(s) Mythique(s)

Dans le western, les films n’ont en commun que les chevaux, les colts et les saloons ! Pour le reste, tout varie selon les écoles qui se sont succédé au fil des époques et des cinéastes. Avec de nettes différences qui touchent autant à l’esthétisme qu’à la psychologie des protagonistes, voire même à la lecture morale ou politique de la mythologie de l’Ouest..
Dans « La Charge héroïque », fleuron du western classique, John Ford s’emploie à glorifier la cavalerie avec un souffle qui n’a d’égal que son attachement farouche aux valeurs traditionnelles de l’Amérique. Avec un héros, un vrai, incarné par l’inébranlable John Wayne, aussi droit et monolithique que le shérif joué par Burt Lancaster dans « Règlement de comptes à OK Corral », autre must de l’âge d’or du genre signé par le lyrique John Sturges.

REGLEMENT-DE-COMPTES-A-OK-CORRAL-GUNFIGHT-AT-THE-OK-CORRAL-1956_portrait_w858
Pourtant, la psychologie peut faire bon ménage avec le western comme le montre Otto Preminger dans « La Rivière sans retour », sublime voyage initiatique en radeau, dont le héros plutôt rustique sort moralement grandi des épreuves qu’il a rencontrées. Une approche nuancée qui préfigure l’arrivée des anti-héros que l’on trouve notamment dans le western spaghetti, sous-genre magnifié par Sergio Leone, qui ouvrira la voie à une nouvelle forme de westerns. Âpres et poisseux à souhait, ceux-ci dépassent en violence leurs illustres prédécesseurs, tel un Sam Peckinpah faisant jaillir l’hémoglobine dans le très culte « La Horde sauvage » !
Lui-même amateur d’atmosphères poisseuses et de violence sublimée, Quentin Tarantino apporte aujourd’hui sa pierre à l’édifice avec son « Django Unchained » dans lequel il s’amuse avec jubilation à revisiter les codes du western. Une facette de plus pour un genre qui ne cessera sans doute jamais d’inspirer les cinéastes !

django-unchained-3

La Bible :

« Une histoire du western » de Louis-Stéphane Ulysse.

Quelques westerns plus ou moins conformes :

« Utu » de Geoff Murphy

« In a valley of violence » de Tim West

« Fureur Apache » de Robert Aldrich

« Il était une fois dans l’Ouest » de Sergio Leone (1968)-

 « True Grit » de Joel et Ethan Coen (2010)

« Soldat bleu » de Ralph Nelson (1970)

« Little big man » d’Arthur Penn (1970)

« The last movie » de et avec Dennis Hopper

« La vengeance aux deux visages » de et avec Marlon Brando

Voir aussi

« Hostiles » de Scott Cooper. Critique cinéma-dvd

L’acte de contrition du cinéma yankee est désormais la prière indispensable pour fouler les grands …

Laisser un commentaire