Accueil » Aventure » [Sortie Cinéma] Western(s) Mythique(s)

[Sortie Cinéma] Western(s) Mythique(s)

À l’occasion de la sortie en salle de « Django Unchained, » le nouveau Tarantino, TCM vous invite dans sa case western

Dans le western, les films n’ont en commun que les chevaux, les colts et les saloons ! Pour le reste, tout varie selon les écoles qui se sont succédé au fil des époques et des cinéastes. Avec de nettes différences qui touchent autant à l’esthétisme qu’à la psychologie des protagonistes, voire même à la lecture morale ou politique de la mythologie de l’Ouest..
Dans « La Charge héroïque », fleuron du western classique, John Ford s’emploie à glorifier la cavalerie avec un souffle qui n’a d’égal que son attachement farouche aux valeurs traditionnelles de l’Amérique. Avec un héros, un vrai, incarné par l’inébranlable John Wayne, aussi droit et monolithique que le shérif joué par Burt Lancaster dans « Règlement de comptes à OK Corral », autre must de l’âge d’or du genre signé par le lyrique John Sturges.

REGLEMENT-DE-COMPTES-A-OK-CORRAL-GUNFIGHT-AT-THE-OK-CORRAL-1956_portrait_w858
Pourtant, la psychologie peut faire bon ménage avec le western comme le montre Otto Preminger dans « La Rivière sans retour », sublime voyage initiatique en radeau, dont le héros plutôt rustique sort moralement grandi des épreuves qu’il a rencontrées. Une approche nuancée qui préfigure l’arrivée des anti-héros que l’on trouve notamment dans le western spaghetti, sous-genre magnifié par Sergio Leone, qui ouvrira la voie à une nouvelle forme de westerns. Âpres et poisseux à souhait, ceux-ci dépassent en violence leurs illustres prédécesseurs, tel un Sam Peckinpah faisant jaillir l’hémoglobine dans le très culte « La Horde sauvage » !
Lui-même amateur d’atmosphères poisseuses et de violence sublimée, Quentin Tarantino apporte aujourd’hui sa pierre à l’édifice avec son « Django Unchained » dans lequel il s’amuse avec jubilation à revisiter les codes du western. Une facette de plus pour un genre qui ne cessera sans doute jamais d’inspirer les cinéastes !

django-unchained-3

  •  Mercredi 2 janvier

20.40 La Charge héroïque (1949) (She wore a yellow ribbon), de John Ford, avec John Wayne et Joanne Dru

  •  Mercredi 9 janvier

20.40 La Horde sauvage (1969) (The Wild bunch), de Sam Peckinpah, avec William Holden et Robert Ryan

  •   Mercredi 16 janvier

Soirée Django

A l’occasion de la sortie du nouveau film de Quentin Tarantino, « Django Unchained, » TCM programme une soirée spéciale avec deux épisodes de la série des Django, à laquelle le cinéaste rend hommage.Django est un personnage récurrent du western spaghetti apparu en 1966 devant la caméra de Sergio Corbucci. Il est le plus souvent un homme solitaire qui vient s’interposer entre deux bandes rivales. Il parle peu, mais tire beaucoup, et bien. Les films se distinguent entre autres choses, par leur violence crue et exacerbée.
20.40 Poker d’as pour Django (1967) (Le due face del dollaro) de Roberto Bianchi Montero, avec Maurice Poli et Jacques Herlin
22.10 Django tire le premier (1966) (Django spara per primo) d’Alberto De Martino, avec Glenn Saxson et Fernando Sancho

 

  • Mercredi 23 janvier

20.40 Rivière sans retour (1954) (River of no return), d’Otto Preminger, avec Robert Mitchum et Marilyn Monroe
Mercredi 30 janvier
20.40 Règlement de comptes à O.K. Corral (1957) (Gunfight at the O.K. Corral), de John Sturges, avec Burt Lancaster et Kirk Douglas

Voir aussi

« La Promesse de l’aube » de Eric Barbier. Critique cinéma

Les premières années de Romain Gary, un des romanciers majeurs du XXème siècle, à la vie pleine de rebondissements, de passions et de mystères. A l'image de ce film 

Laisser un commentaire