Accueil » A la une » « Le détroit de la faim » de Tomu Uchida. Critique Blu-ray

« Le détroit de la faim » de Tomu Uchida. Critique Blu-ray

  • Durée ‏ : ‎ 183 minutes.-
  • Dvd : ‎ 21 février 2023 . –
  • Acteurs ‏ : ‎ Rentaro Mikuni, Akiko Kazami, Sachiko Hidari, Junzaburo Ban, Ken Takakura . –
  • Doublé : ‏ : ‎ Japonais
  • Sous-titres : ‏ : ‎ Français
  • Studio  ‏ : ‎ Carlotta Films
  • Inédit en Blu-ray

L’histoire : Le 20 septembre 1947, le ferry entre les îles de Hokkaido et Honshu sombre suite au passage d’un violent typhon. Après la tempête, deux corps non identifiés sont découverts parmi les noyés. Il s’agirait des meurtriers de la famille Sasada, prêteurs sur gages pillés le jour des intempéries. L’inspecteur Yumisaka part à la recherche du troisième complice, Inukai, qui s’est réfugié chez une prostituée …

  • Le film : 
  • Le bonus : 

Découvrir Tomu Uchida  avec une telle œuvre relève de la pochette surprise, du cadeau inattendu. Cette fresque historique évoque avec réalisme, l’après-guerre et témoigne de la difficile reconstruction d’un pays décimé.

Inukai , le héros de l’histoire, profite de ce profond chaos pour se fondre dans le paysage où un typhon vient de ravager la côte et provoquer le naufrage d’un ferry. Dans la confusion l’homme atteint une côte plus tranquille et gagne le cœur de Yae, une geisha qui n’a d’yeux que pour lui.

Inukai, le héros (Rentaro Mikuni) sait-il à qui il a à faire ?

Malgré son allure de mendiant fatigué, rapiécé par un uniforme de soldat démobilisé. Une apparence qu’il préserve pour oublier sa fuite en avant et ce magot arraché à cette tempête meurtrière.

Yae va en profiter et lui sera éternellement reconnaissant.

Mais auprès de la jeune prostituée, Inukai comprend surtout qu’il peut se réinventer et disparaître pour mieux renaître.

Ce que ne saisit pas Yumisaka (Junzaburo Ban) le flic chargé d’enquêter sur la famille d’un prêteur sur gages, assassinée le jour du typhon. Il y avait trois individus assurent les témoins, mais au final le compte n’y est pas. Et pendant dix ans Yumisaka va alors traquer un seul homme, mystérieux personnage qui a disparu des registres officiels.

L’énigme est à la hauteur de la situation du pays. Uchida en souligne les failles sociales et ses dangers, la pauvreté qui gangrène les ruelles mal famées. Là où l’activité économique reprend pourtant peu à peu ses droits, et ses devoirs.

La police, elle, ne les a jamais lâchés. Dix ans plus tard, Yumisaka reçoit ainsi un appel de ses jeunes collègues penchés sur le corps d’une prostituée , morte étranglée.

Une autre enquête commence, un complément précieux au récit d’autrefois que le cinéaste mêle habilement aux faits relevés par les  enquêteurs. Le scénario ordonnait jusque-là une suite assez logique des événements dans un contexte social particulier. Il va maintenant livrer les tenants et aboutissants de ce mélodrame expressionniste, révélateur d’une concordance historique saisissante. La mise en scène l’est tout autant.

LES SUPPLÉMENTS (EN HD)

. Du passé vers l’avenir  (27 mn)-L’auteur et programmateur britannique Jasper Sharp, spécialiste du cinéma japonais, revient sur l’importance de ce chef-d’œuvre « résolument moderne » explorant la filmographie du cinéaste et de ses acteurs principaux.

Ce filme serait le troisième de tous les temps pour la critique japonaise derrière «  Les sept samouraïs » de Kurosawa et «  Nuages flottants » de Mikio Naruse.  « Voyage à Tokyo » d’Ozu, vient ensuite

Jasper Sharp dresse un panorama de l’âge d’or du cinéma japonais dans les années 50. « Mais pourquoi les films de Tomu Uchida n’ont jamais été projetés en Occident ? » Quelques festivals, mais avant-guerre ils sont perdus , et après le studio Toei n’est pas emballé par les prix étrangers.

Le spécialiste évalue alors la conscience politique du réalisateur qui s’adaptera toujours  aux circonstances, quelle que soit la période et la valeur de ses films contestataires

« Il n’a pas un style propre , contrairement à Ozu que l’on identifie rapidement, mais dans «  Le détroit de la faim » il s’approprie des codes de la Nouvelle Vague, où abondent des éléments stylistiques novateurs ».

Durée ‏ : ‎ 183 minutes.- Dvd : ‎ 21 février 2023 . - Acteurs ‏ : ‎ Rentaro Mikuni, Akiko Kazami, Sachiko Hidari, Junzaburo Ban, Ken Takakura . - Doublé : ‏ : ‎ Japonais Sous-titres : ‏ : ‎ Français Studio  ‏ : ‎ Carlotta Films Inédit en Blu-ray L'histoire : Le 20 septembre 1947, le ferry entre les îles de Hokkaido et Honshu sombre suite au passage d’un violent typhon. Après la tempête, deux corps non identifiés sont découverts parmi les noyés. Il s’agirait des meurtriers de la famille Sasada, prêteurs sur gages pillés le jour des intempéries. L’inspecteur Yumisaka part à la…
Le Film
Le bonus

Il y a tellement de subtilité dans l’approche scénique de Tomu Uchida qu’il est très difficile de distinguer le social du film noir, dans ce très long métrage qui n’usurpe pas sa distance. Au fil du temps elle nous raconte ce que l’on sait déjà, mais l’accroche narrative varie chaque fois pour ajouter une information supplémentaire, un renseignement déviant du cours des choses. Celui qu’entreprend un soldat abandonné par une guerre perdue, et qui va rebondir sur le hasard d’un mauvais télescopage, suivi d’une autre rencontre plus idyllique . Celle qui va lui faire comprendre qu’il peut renaître et payer sa dette à la société qui le recherche. Une enquête criminelle au long cours prétexte à explorer les bouleversements sociaux qui frappèrent le Japon de l’après-guerre . La culpabilité est-elle solvable dans l’oubli et la contrition ?

AVIS BONUS Le point de vue très éclairé d’un spécialiste du cinéma japonais

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Portier de nuit » de Liliana Cavani. Critique DVD

Le temps aidant, l'histoire qui faisait scandale est devenue une grande histoire d'amour ...

Laisser un commentaire