Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Django Unchained » de Quentin Tarantino. Critique DVD

« Django Unchained » de Quentin Tarantino. Critique DVD

Synopsis: Le parcours d'un chasseur de prime allemand et d'un homme noir pour retrouver la femme de ce dernier retenue en esclavage par le propriétaire d'une plantation...

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Django Unchained"
De : Quentin Tarantino
Avec : Jamie Foxx, Christopher Waltz, Leonardo DiCaprio
Sortie le : 17 mai 2013
Durée : 159 minutes
Film classé : 16 ans et plus
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Django, Django Unchained ? Une vague, une très vague ressemblance. La même chanson d’ouverture, signée Ennio Morricone, ronflante à souhait, un thème autour du western, un thème assez vague et le nom d’un personnage, effectivement, qui n’a pas grand-chose à voir avec l’original.
On dit que Tarantino s’est inspiré du film de Sergio Corbucci  « Django » (1965)  pour nous concocter ce nouvel opus. Une inspiration qui se borne uniquement à un tout petit clin d’œil en forme d’hommage au western spaghetti. Après quoi Tarantino passe aux choses un peu plus sérieuses pour nous donner sur la longueur (2 h 44) sa version du western moderne.
Où l’homme est toujours un loup pour l’homme, sauf que cette fois le méchant indien est un vilain nègre et que l’histoire se déroule au Texas, à la veille de la guerre de Sécession. Un Etat dans lequel l’auteur de « Kill Bill » ne retrouve malheureusement pas la veine qui lui fit à jamais dynamiter le septième art, via « Inglourious Basterds ».

Pour nous présenter ses personnages, le fameux docteur allemand  King Schultz, un chasseur de primes, flanqué de son valet Django ( Jamie Foxx ) , Tarantino traîne les pieds et les dialogues à rallonges. Il se veut drôle, pour quelques plaisanteries autour de pitoyables représentants du Ku Klux Klan, et plaisant en dessinant les contours d’un homme tape à l’œil, au parler précieux et à la mine tout aussi maniérée. Christoph Waltz est plutôt surprenant dans la peau d’un tel individu, mais de la part du papa de « Pulp Fiction » on peut s’attendre à tout.

 Django Unchained

Au pire, le voici passé, comme au meilleur qui enfin se profile en cheminant vers le Mississippi où nos deux héros espèrent maintenant dénicher la femme du pauvre Django, esclave d’un riche planteur. DiCaprio en personne, fulgurant dans les frusques de cet ignoble marchand d’hommes et qui donne enfin au récit, son souffle, sa raison d’être. Excellement secondé il est vrai  par un factotum plus noir que l’ébène et qui lui sert à la fois de tapis et de garde-fou.

Tarantino a cette fois ses personnages bien en main, et des arguments pour les faire joliment parler.
Il y a alors très peu d’humour, encore moins de fantaisie. Nous sommes passés aux choses sérieuses où entre deux fusillades plus que mortelles les protagonistes s’adonnent aux joies des entendus et des sous-entendus qui vont avec. Je vous recommande le repas entre le négrier patenté et ses deux convives (du grand art, enfin du cinéma) qui se poursuit par la signature d’un contrat de vente d’un esclave au son de « La lettre à Elise ».
Il fallait oser, comme osera notre réalisateur en jouant plusieurs minutes un caméo dont je vous laisse devenir les contours. Ca ne manque pas de charme, au milieu d’un film qui s’est enfin réveillé.

LES SUPPLEMENTS

  • « A la mémoire » de J.Michael Riva, la direction artistique de « Django Unchained » (12 mn). C’est dégoulinant de satisfaction («  j’ai trouvé le rouge du salon très réussi »   ) et de compliments flatteurs en forme de renvoie d’ascenseur (« avec Quentin on était sur la même longueur d’onde »). On ne s’attend pas à ce l’équipe se flingue, mais à ce point , ça n’apporte rien à la compréhension du film .Sinon sur le choix du chariot du dentiste, que Quentin Tarantino voulait comme ci, comme ça…
  • Une promo pour les films de Tarantino (1.22 mn), suivie d’une promo pour la B.O . No comment

Django Unchained

MAIS ENCORE

Le tournage a duré 130 jours, le plus long de la carrière de Quentin Tarantino.
Grand fan de  » Django » , il a proposé à l’acteur principal Franco Nero d’y faire un caméo en tant que patron du saloon  « Le Minnesota Clay », d’après le titre anglais d’un autre  western spaghetti de Sergio Corbucci (« Le Justicier du Minnesota »).Une rumeur a circulé selon laquelle Sid Haig (le Capitaine Spaulding dans « The Devil’s Rejects » et « La Maison des 1000 morts ») aurait été choisi pour le rôle de M. Stonesipher. L’agent d’Haig l’a même contacté pour lui annoncer la bonne nouvelle. Mais c’est David Steen qui a été retenu. Le cinéaste, connu pour être blagueur, aurait organisé ce canular afin de se venger du refus de Sid Haig de jouer le rôle de Marsellus Wallace dans « Pulp Fiction » en 1994.

Django Unchained a été tourné à Jackson Hole dans le Wyoming, à La Nouvelle-Orléans et en Californie, au Melody Ranch de Santa Clarita. De grands classiques du cinéma y ont vu le jour comme « Le Train sifflera trois fois » de Fred Zinnemann et « La Chevauchée fantastique » de John Ford. Une autre partie du tournage a eu lieu dans un lieu culte, à Alabama Hills vers la ville de Lone Pine. Ces décors ont accueilli moult tournages dont « La Grande évasion » de Raoul Walsh, « Un homme est passé » de John Sturges ou «L’ Etrange incident» de William A. Wellman.
L’équipe a par ailleurs utilisé certains décors construits auparavant pour la série TV Deadwood.
La partie qui se déroule à Candyland, la plantation que possède Calvin Candie, a été tournée en décors réels dans la plantation Evergreen, un lieu qui a vraiment été le théâtre de la traite négrière

Django, Django Unchained ? Une vague, une très vague ressemblance. La même chanson d’ouverture, signée Ennio Morricone, ronflante à souhait, un thème autour du western, un thème assez vague et le nom d’un personnage, effectivement, qui n’a pas grand-chose à voir avec l’original. On dit que Tarantino s’est inspiré du film de Sergio Corbucci  « Django » (1965)  pour nous concocter ce nouvel opus. Une inspiration qui se borne uniquement à un tout petit clin d’œil en forme d’hommage au western spaghetti. Après quoi Tarantino passe aux choses un peu plus sérieuses pour nous donner sur la longueur (2 h…

Review Overview

Le film
Les bonus

La première heure réduite à vingt minutes et on frôlait les meilleurs Tarantino. On se contentera alors de ce succédané, pour goûter la seconde partie de ce film, plutôt très sérieuse, mais conduite de main de maître. Avec un DiCaprio, quasiment génial.

Avis Bonus : Ils ne se sont vraiment pas foulés

User Rating: Be the first one !
Django Unchained (DVD) de Quentin Tarantino
Date de sortie du DVD : 17 May 2013
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Studio : Sony Pictures
Duree : 159 minutes

PRIX : EUR 4,99 (Prix de depart : EUR 4,99)

Voir aussi

« Vers l’autre rive » de Kiyoshi Kurosawa. Critique dvd

Pour la première fois, le cinéma de Kiyoshi Kurosawa dans un coffret regroupant 10 films

Laisser un commentaire