Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Le soliste » de Joe Wright. Critique dvd

« Le soliste » de Joe Wright. Critique dvd

Synopsis: Steve Lopez est dans une impasse. Son mariage est un échec. Un jour, dans la rue, il entend de la musique. Un étrange vagabond, Nathaniel Ayers, joue de toute son âme, et même si son violon n'a que deux cordes, une émotion unique surgit. Pour Steve, c'est un bon sujet pour sa chronique. Mais peu à peu le journaliste décide de le sortir de la rue et de le rendre au monde de la musique.

La fiche du DVD

Le film : "Le Soliste"
De : Joe Wright
Avec : Jamie Foxx, Jr Robert Downey
Sortie le : 27/04/2010
Distribution : StudioCanal
Durée : 112 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD : 1
Le film
Les bonus
  • D’après le livre de Steve Lopez.

Un petit bijou. Dans le ton et l’esprit, on rejoint « The visitor » de Thomas McCarthy. Cette histoire vécue est adaptée du livre que Steve Lopez a écrit sur son expérience journalistique. Editorialiste au Los Angeles Time, divorcé, en panne d’idées, il découvre un SDF jouant du violon sur deux cordes de façon fantastique .

 Sa chronique quotidienne devient un engagement personnel pour aider ce sans abri . Steve Lopez ( les noms ont été conservés ) tombe dans la fascination de cet homme qui lui renvoie désormais une autre image de sa propre existence.

C’est la confrontation de ces deux très fortes personnalités, totalement opposées que Joe Wright organise graduellement autour d’une même passion musicale. L’un joue pour s’évader, pour la sérénité que sa musique lui apporte, l’autre l’entend et se retrouve. Il y a des scènes urbaines d’une beauté paradoxale sous des ponts, dans des bas-fonds, le jour comme la nuit.

le soliste

Le monde n’existe plus pour ces deux êtres, entourés de mendiants, de paumés, de malades. Là où Nathaniel Ayers se réfugie avec Ludwig van Beethoven, c’est un peu la cour des miracles. Mais la caméra de Wright la rend si perceptible qu’elle révèle l’envers du miroir dans lequel ne peuvent se regarder les 90.000 sans abris de Los Angeles.

Un chiffre incroyable révélé par les bonus qui nous proposent aussi de rencontrer les personnages réels du  film. Invité à assister au tournage ,Nathaniel Ayers a préféré s’installer sur le trottoir d’ en face ; il a sorti son  violoncelle.

Les retrouvailles entre les deux hommes sont assez extraordinaires , comme s’ils appartenaient encore au film .

Jamie Foxx a été choisi parce que Will Smith aurait refusé ( il a bien fait ). Robert Downey Jr., est parfaitement à l’aise dans son malaise indicible. Un regard, un silence pour exprimer des tonnes de sensations .

« C’est le Monsieur-tout-le-monde du film, quelqu’un qui nous ressemble. Il n’a jamais su s’engager auprès des autres, et il aborde cette relation avec Ayers pour le sauver, mais c’est finalement lui qui sera changé par cette expérience » dit très justement le réalisateur, qui a aussi tenu à ce que les figurants soit authentiques.Ils vivent encore dans le quartier où s’est  déroulé le film.

LES SUPPLÉMENTS

  • Un making of de 20 minutes , très instructif
  • Des scènes coupées , dont quelques unes auraient malgré tout pu rester au montage. C’est aussi à voir, sans hésiter.
D'après le livre de Steve Lopez. Un petit bijou. Dans le ton et l’esprit, on rejoint "The visitor" de Thomas McCarthy. Cette histoire vécue est adaptée du livre que Steve Lopez a écrit sur son expérience journalistique. Editorialiste au Los Angeles Time, divorcé, en panne d’idées, il découvre un SDF jouant du violon sur deux cordes de façon fantastique .  Sa chronique quotidienne devient un engagement personnel pour aider ce sans abri . Steve Lopez ( les noms ont été conservés ) tombe dans la fascination de cet homme qui lui renvoie désormais une autre image de sa propre existence. C’est la confrontation…

Review Overview

Le film
Les bonus

Un excellent film sur la vie dans la rue , à travers le regard d'un sdf mélomane que découvre un journaliste en panne de papier. De sa chronique va naître une extraordinaire amitié

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Portrait de la jeune fille en feu » de Céline Sciamma. Critique cinéma

Prix du scénario 2019 Cannes . – Il y a des peintres qui ne savent …

Laisser un commentaire