Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Un amour de Swann » de Volker Schlöndorf . Critique DVD

« Un amour de Swann » de Volker Schlöndorf . Critique DVD

Synopsis: Au début du siècle, le dandy oisif Charles Swann fait le bilan de la passion jalouse qui le lia durant quinze ans à la demi-mondaine Odette de Crecy, dont il eut une fille. Bilan négatif pour lui, puisque sa quête égoiste d'un amour absolu s'est soldé par un ratage.

La fiche du DVD

Le film : "Un amour de Swann"
De : Volker Schlondorff
Avec : Alain Delon, Jeremy Irons,Ornella Mutti,Fany Ardant
Sortie le : 20 octobre 2009
Distribution : Gaumont
Durée : 107 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD : 1
le film
Les bonus

Après la déception de « Chéri » de Stephen Frears adapté d’un roman de Colette , on pouvait craindre ce retour DVD pour le cinéaste allemand, plus familier des films militants, ( « Le Tambour »  ,« Le faussaire » ).

Dans les bonus, Marie-Christine Barrault ( Madame Verdurin, qui nous débauche la petite Odette ) se pose aussi la question, avant que le réalisateur ne raconte une histoire de hasard. A  l’origine du projet Peter Brook ne pouvait plus le tourner .Schlöndorf qui dînait à la même table avec Jean-Claude Carrière , saute alors sur l’occasion « sans trop réfléchir, j’ai dit que j’étais libre. » Son entourage le met en garde (« tu vas te casser la gueule ») et Carrière coutumier de ce genre de scénario ,reconnaît que « c’est impossible à résumer ».

Rétrospectivement le réalisateur en rigole encore. On le comprend. Il a réussi  son pari, transposant  divinement l’ambiance des salons feutrés et des amours confinées sur un grand écran qui se délecte de ces décors réalistes. Foin de la reconstitution, nous voici au cœur de cette haute société parisienne, où la luxure et l’oisiveté font  bon ménage.

 Ornella entouré de Jeremy et Alain ( Delon ) : un joli trio Ornella entourée de Jeremy et Alain ( Delon ) : un joli trio
Ornella entouré de Jeremy et Alain ( Delon ) : un joli trio Ornella entourée de Jeremy et Alain ( Delon ) : un joli trio

C’est un film d’atmosphère qui à mon avis s’inspire plus du roman qu’il ne l’adapte .  Schlöndorff respecte avant tout l’esprit de l’auteur , autour d’une histoire qui lui permet de parler d’une époque   .

Odette de Crécy  ( Ornella Muti )est une demi-mondaine dont on ne sait pas grand-chose, sinon que ce grand nigaud de Swann (Jeremy Irons )courtise à en mourir. Intelligent en société, passionné d’art et fin connaisseur, il se rabaisse auprès de sa belle qui n’en peut plus, mais …

A l’image de ces pages qui évoquent les ravages silencieux de l’amour ,de  la jalousie et des remords, le film traduit parfaitement ce sentiment d’abandon de l’âme quand celle-ci perd  sa raison.

L’un des traits de génie de Schlöndorff est d’avoir déniché pour le rôle-titre un dandy façon Jeremy Irons, tout à fait crédible. Encore peu connu, au moment du tournage  (  » Travail au noir » de Jerzy Skolimowski a quand même marqué les esprits  ) il joue la décadence sans fausse note. Avec Ornella Muti à ses côtés, ensorceleuse, et secrète dans ce demi-sourire qui l’éloigne un peu plus de son amant. On passe véritablement un excellent moment.

Fanny Ardant , en duchesse de Guermantes, toujours aussi exquise
Fanny Ardant , en duchesse de Guermantes, toujours aussi exquise

LE SUPPLEMENT

Un documentaire sur l’histoire du film à travers le regard de nombreux acteurs, comme… Isabelle Huppert qui fut conseillère pour le casting ou Nils Tavernier stagiaire cadreur. Rappelons que nous sommes en 1983 et que le fils de Bertrand Tavernier n’a pas encore choisi sa voie.

Tous les propos du réalisateur sont savoureux,  notamment quand il évoque dans un français sans tâche l’hommage qu’il voulait rendre au Paris du début XX è siècle. « La rue de Rivoli, sans voiture, quelle beauté, c’est quelque chose d’extraordinaire. On avait aussi bloqué la place de l’Opéra pendant plusieurs nuits, je pense qu’aujourd’hui on ne pourrait plus faire ».

L’autre belle rencontre  est celle avec Jeremy Irons , surtout quand il évoque la façon dont il a préparé son personnage .«  Mon français était selon mon coach un peu trop efféminé et je ne voyais pas quoi faire pour le rendre plus crédible ». Après plusieurs essais à huis-clos, et avec une assurance nouvelle dans la voix, il se rend chez son boucher  et lui commande fermement un steak . «  Il n’y a pas eu de réaction particulière .J’avais compris comment gommer mon accent ».

Pendant le tournage Volker Schlöndorff trouve sa diction parfaite, mais, une fois le premier montage effectué, il est évident «  que sur la durée du film, ça ne tenait pas, c’était trop prononcé ». Aussi la décision de doubler Jeremy Irons ne fait plus l’ombre d’un doute . La voix français  sera assurée par Pierre Arditi

Après la déception de « Chéri » de Stephen Frears adapté d’un roman de Colette , on pouvait craindre ce retour DVD pour le cinéaste allemand, plus familier des films militants, ( "Le Tambour"  ,« Le faussaire » ). Dans les bonus, Marie-Christine Barrault ( Madame Verdurin, qui nous débauche la petite Odette ) se pose aussi la question, avant que le réalisateur ne raconte une histoire de hasard. A  l’origine du projet Peter Brook ne pouvait plus le tourner .Schlöndorf qui dînait à la même table avec Jean-Claude Carrière , saute alors sur l’occasion « sans trop réfléchir, j'ai dit que j'étais…

Review Overview

le film
Les bonus

User Rating: Be the first one !
Un amour de Swann (DVD) de Volker Schlöndorff
Date de sortie du DVD : 20 October 2009
Format : Couleur, Anamorphique, Son HiFi, Mono, Cinémascope, PAL
Studio : Gaumont
Duree : 107 minutes

PRIX : EUR 17,00 (Prix de depart : EUR 13,03)

Voir aussi

« The Wall » de Doug Liman. Critique cinéma-Bluray

Un huis clos au grand air où l’air vient à manquer, haletant !

7 Commentaires

  1. Pas si débutant le beau J.Irons! en 1981, il était à l’affiche avec M. Streep de « la maitresse du lieutenant français » et c’était déjà plus que prometteur.

  2. Effectivement , il a débuté sa carrière par deux excellents films  » Travail au Noir  » suivi de  » La Maîtresse.. » , mais c’est tout , donc
     » Un amour de Swann » , son troisième film peut encore être inscrit au tableau des premiers pas. De grands pas
    on est d’accord .

Laisser un commentaire