Accueil » A la une » « American sniper » de Clint Eastwood .Critique cinéma

« American sniper » de Clint Eastwood .Critique cinéma

Synopsis: Tireur d'élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak pour protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d'innombrables vies ; il devient "La Légende".  Dans les lignes ennemies, sa tête est mise à prix : il devient une cible privilégiée des insurgés.  Chris participe à quatre batailles décisives parmi les plus terribles de la guerre en Irak, s'imposant ainsi comme l'incarnation vivante de la devise des SEAL : "Pas de quartier !" Mais en rentrant au pays, il  prend conscience qu'il ne parvient pas à retrouver une vie normale.

La fiche du film

Le film : "American Sniper"
De : Clint Eastwood
Avec : Bradley Cooper, Sienna Miller
Sortie le : 18/02/2015
Distribution : Warner Bros. France
Durée : 132 Minutes
Genre : Biopic, Guerre, Drame
Type : Long-métrage
Le film

Eastwood n’est pas forcément ma priorité, mais devant l’évidence, je m’incline. Il filme bien et la remarque dans sa naïveté souligne le sérieux d’une mise en scène qui va bien au-delà des apparences cinématographiques. Une fois les cartes abattues (le quotidien d’un sniper au cœur de l’élite américaine, la Navy Seal) chaque plan quasiment fournit une information, chaque scène consolide un récit toujours sous-tension. Même dans l’apparence ou l’anodin, Eastwood donne à voir et à entendre la fureur de la guerre et ses égarements.

Dans sa mise en place qui nous ramène à «  Full metal jacket » aux premiers assauts sur le terrain, plus proches cette fois de «  Démineurs », le vétéran du septième art salue à sa façon l’Amérique qui le fait vibrer, de tous ses pores, fibre patriotique indissociable d’un discours toujours aussi volontariste.

Son héros n’est pas un va-t-en-guerre blanchi sous la bannière étoilée, mais un Américain moyen convaincu que son devoir est de se mettre au service de son pays. Il rêvait d’être cow-boy mais le western n’est plus de mise alors le voici après un entraînement des plus intensifs, l’une des gâchettes les plus redoutées en Irak.

American-Sniper-2014-8

Chris Kyle, c’est à la fois la force, le courage et la virilité, autant d’emblèmes citoyens que les événements vont battre en brèche devant la réalité  des combats et des cas de conscience qui lui tombent dessus. Son job c’est de prévenir les coups de l’ennemi afin de protéger l’assaut de ses collègues. Mais quand un gamin apparait dans sa ligne de mire, une grenade à la main …

A travers la lunette du sniper, c’est une toute autre vision de la guerre que nous montre Clint Eastwood. Des scènes quotidiennes  (embuscades, traques…) deviennent édifiantes. L’argument du film, la poursuite d’un ennemi sanguinaire appelé «  le boucher » (il torture avec une perceuse) rattrape maintenant la mission première de Chris Kyle .Confronté à sa propre image dans l’adversité d’un sniper tout aussi dangereux, il  est maintenant seul avec lui-même pour sauver le monde entier.

Et le jeu de Bradley Cooper dans le rôle-titre est à cet égard époustouflant. Il arrive même à nous faire croire qu’au cœur de la mitraille il téléphone à son épouse. Des échanges surréalistes quand depuis la maternité où elle s’apprête à accoucher, Taya (Sienna Miller) entend le bruit des canons.

American-Sniper-2014-14

Car le héros a une famille et ce n’est pas la moindre de ses contradictions affichées jusque dans un final qui tarde un rien sur le traumatisme post-conflit et le difficile retour à la vie normale. Mais il y met encore assez de puissance et de conviction pour nous convaincre du bien-fondé de sa démarche. Depuis «  L’échange » (2007) Clint Eastwood était pour moi aux abonnés absents. C’est bon, la ligne est rétablie.

Eastwood n’est pas forcément ma priorité, mais devant l’évidence, je m’incline. Il filme bien et la remarque dans sa naïveté souligne le sérieux d’une mise en scène qui va bien au-delà des apparences cinématographiques. Une fois les cartes abattues (le quotidien d’un sniper au cœur de l’élite américaine, la Navy Seal) chaque plan quasiment fournit une information, chaque scène consolide un récit toujours sous-tension. Même dans l’apparence ou l’anodin, Eastwood donne à voir et à entendre la fureur de la guerre et ses égarements. Dans sa mise en place qui nous ramène à «  Full metal jacket » aux premiers assauts sur le…

Review Overview

Le film

Voici enfin le retour de Clint Eastwood, véritable opérateur d’une caméra qui va bien au-delà de la prise de vue pour nous rapporter toutes les tensions d’une guerre qui n’en finit pas de ravager les hommes. Il le fait autour de l’histoire vraie d’un sniper qui après avoir mené ses premiers assauts (la protection des troupes au sol) va conduire sa propre guerre face à un autre sniper. Bradley Cooper est impressionnant dans la peau de ce héros qui de l’ordinaire devient une légende vivante dans son pays. Et bien que le film soit long, Eastwood n’en rajoute pas trop, laissant sa fibre patriotique flottée au grè des circonstances. Elles sont d’autant plus cruelles qu’elles apparaissent à travers la lunette du sniper. Une loupe nullement grossissante, mais d’un réalisme pointu.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« La Taularde » de Audrey Estrougo. Critique cinéma-dvd

Le milieu carcéral va toujours aussi mal

12 Commentaires

  1. Du bon Clint Eastwood, mais pourquoi ai-je eu l’impression en sortant que c’était un melting pot de différents films (très bons par ailleurs) : il y a du « Full Metal Jacket », du « voyage au bout de l’enfer » et de bien d’autres où le patriotisme est mis en avant. Eastwood réussit quand même à mettre quelques doutes et nous n’en sortons pas totalement pro-américains même si j’aurais aimé en savoir un peu plus sur les victimes de ce sniper qu’on résume trop vite à de simples cibles. Bien mais un peu trop prévisible à mon avis.

Laisser un commentaire