Accueil » A la une » « Boyhood » de Richard Linklater. Critique Bluray

« Boyhood » de Richard Linklater. Critique Bluray

Synopsis: Chaque année, durant 12 ans, le réalisateur Richard Linklater a réuni les mêmes comédiens pour un film unique sur la famille et le temps qui passe. On y suit le jeune Mason de l’âge de six ans jusqu’ à sa majorité, vivant avec sa sœur ,sa mère, séparée de son mari. Les déménagements, les amis, les rentrées des classes, les premiers émois, les petits riens et les grandes décisions qui rythment sa jeunesse et le préparent à devenir adulte...

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Boyhood [édition prestige 2 DVD Digibook + livret]"
De : Richard Linklater
Avec : Ellar Coltrane, Patricia Arquette, Ethan Hawke, Lorelei Linklater, Charlie Sexton
Sortie le : 18 février 2015
Distribution : TF1 Vidéo
Durée : 158 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 2
Le film
Les bonus

Meilleur dvd Février 2015

C’est une histoire qui s’étale réellement sur douze années (trois semaines de tournage chaque fois) et qui dure près de trois heures. Elle pourrait durer des plombes… tellement j’ai aimé cette famille typiquement américaine  que le réalisateur rend universelle et familière.

Le réveil des gamins, l’école, les vicissitudes des adultes et des enfants quand ils deviennent ados, j’en passe et des meilleurs dans ce tourbillon quotidien  qui grandit au fil du temps et vous file entre les doigts.

Cette pirouette, on la  doit bien évidemment au regard attentif de Richard Linklater, mais aussi à la vigilance des comédiens qui grandissent et vieillissent sous nos yeux sans l’artifice d’une technique ou d’un maquillage. Patricia Arquette s’investit pleinement dans son personnage de mère célibataire qui, après trois maris décide enfin de vivre sa vie en toute indépendance.

Boyhood

On est dans le vrai,dans la profondeur d’une mise en scène dont la ligne maîtresse adopte les codes de la vie de famille. La recomposition des couples, la garde alternée, la cohabitation des enfants qui deviennent des copains, les premières amours, il est étonnant comme cela devient naturel et familier au fil des anniversaires (un fusil pour les 15 ans, nous sommes en Amérique) et d’une actualité qui fustige George Bush, célèbre Harry Potter et prend position pour Obama, une séquence très sympa. « Boyhood » n’en manque pas à l’image des retrouvailles avec le père biologique ( Ethan Hawke, formidable ) qui se la joue copain mais aussi très attentif à l’éducation de ses rejetons. Quand il aborde celle de la sexualité on se retient d’en rire, lui, qui  dans sa jeunesse ne fut pas un parangon de vertu.

C’est,je crois, l’origine de la réussite d’un tel film qui vit au jour le jour des choses habituelles; il  place le spectateur dans sa véritable condition. Chacun devrait me semble-t-il y retrouver ses « petits », de l’ado à l’adulte, en proie à la fuite existentielle qui raconte que le temps passe si vite. Quelques balises nous indiquent heureusement la marche à suivre. Des profs par exemple montrent le chemin à des gamins prêts à dévorer la vie Quand on quitte Mason, rêveur souriant et amoureux au sommet d’une montagne, on  se dit que le voilà fin prêt, effectivement.

LES SUPPLEMENTS

  • Rencontre avec le réalisateur (30 mn). « La plupart des films avec enfants se focalisent sur une courte période, je ne voulais pas m’engager sur cette voie-là,  quand j’ai eu un flash : il fallait adapter la forme au contenu. Si j’arrivais à filmer sur douze ans je pouvais raconter l’histoire que j’avais en tête sur le temps qui passe comme on grandit. C’était la bonne nouvelle je savais comment faire, mais il fallait de la patience et du temps, et de la persévérance.

Boyhood

Le plus beau était de pouvoir progresser à travers les scènes, ce film a grandi avec les années.Pour chaque année, j’ai regardé autour de moi, ce qui était arrivé, notamment en matière de technologie, je demandais aux enfants ce qui était alors populaire.On tournait un film historique mais dans le présent, donc je devais me demander ce que tel événement aujourd’hui donnerait dans dix ans. L’exemple d’Obama en 2008 était intéressant, même s’il ne gagnait pas, c’était quelque chose de mémorable.

Je leur ai toujours dit que le film finirait par refléter leur vraie personnalité. »

  • Grandir devant les caméras (10 mn). Si ça rappelle un peu le chapitre précédent, on y voit surtout les gamins dans les premières années. Ils disent ce qu’ils ressentent de vivre ensemble, comme avoir un petit frère «  mais je préfère être fille unique » assure Lorelei.

On a aussi le point de vue de Patricia Arquette, un peu surprise quand le réalisateur lui demande si elle sera disponible pour les douze années à venir. On la voit ensuite avec les enfants, chez elle, pour que tout le monde s’habitue. Et puis, ils grandissent …C’est vraiment sympa à suivre.

  •  Les coulisses du tournage (18.20 mn). Rien à ajouter, que du bonheur dans cette immersion sur douze ans, et sans commentaire, le plateau de tournage en direct  …

 

Meilleur dvd Février 2015 C’est une histoire qui s’étale réellement sur douze années (trois semaines de tournage chaque fois) et qui dure près de trois heures. Elle pourrait durer des plombes... tellement j'ai aimé cette famille typiquement américaine  que le réalisateur rend universelle et familière. Le réveil des gamins, l’école, les vicissitudes des adultes et des enfants quand ils deviennent ados, j’en passe et des meilleurs dans ce tourbillon quotidien  qui grandit au fil du temps et vous file entre les doigts. Cette pirouette, on la  doit bien évidemment au regard attentif de Richard Linklater, mais aussi à la vigilance des…

Review Overview

Le film
Les bonus

Sur un concept à l’origine expérimental (douze ans de tournage à raison de quelques semaines par an) le réalisateur réussit l’exploit de nous inviter dans cette famille américaine que l’on adopte très vite comme étant la nôtre. Leur quotidien nous devient familier, par la grâce d’une mise en scène très attentive aux moindres faits et gestes et celle d’une interprétation remarquable. Psychologiquement, socialement, sentimentalement, l’évolution de Patricia Arquette est tout bonnement fabuleuse. C’est un film qui vit au jour le jour des choses habituelles et qui place le spectateur dans sa véritable condition. Chacun devrait me semble-t-il y retrouver ses « petits »…. A voir en famille !

Avis bonus Un long et intéressant entretien avec le réalisateur suivi de deux docs passionnants sur le tournage.

User Rating: Be the first one !
Boyhood [édition prestige 2 DVD Digibook + livret] (DVD) de Richard Linklater
Date de sortie du DVD : 18 February 2015
Format : PAL
Studio : TF1 Vidéo
Duree : 158 minutes

PRIX : EUR 12,50 (Prix de depart : EUR 12,50)

Voir aussi

« Vers l’autre rive » de Kiyoshi Kurosawa. Critique dvd

Pour la première fois, le cinéma de Kiyoshi Kurosawa dans un coffret regroupant 10 films