Accueil » Les critiques » « Tootsie » de Sydney Pollack. Critique coffret collector

« Tootsie » de Sydney Pollack. Critique coffret collector

  • Acteurs : Dustin Hoffman, Jessica Lange, Bill Murray,Teri Garr, Dabney Coleman, Charles Durning
  • Réalisateur: Sydney Pollack
  • Audio : Anglais, Français
  • Sous-titres : Français
  • Studio : Carlotta Films
  • DVD : 17 juin 2020
  • Durée : 116 minutes

L’histoire : Michael Dorsey, acteur sur le déclin, désespère de décrocher à nouveau un rôle. Il se crée alors une nouvelle personnalité : Dorothy Michaels, femme dotée d’une forte personnalité. Ce qui lui permet de jouer dans une série télévisée, et d’attirer un vrai public de fans. Mais comment avouer à sa collègue Julie Nichols, qui a fait de lui sa confidente, qu’il est en réalité un travesti amoureux d’elle ?

  • Film :
  • Bonus :  

 

  • « Tu me prends pour une idiote ? »
  • « Personne ne te le dirait en face »….

On évacue l’assimilation au film de Billy Wilder ( « Certains l’aiment chaud ») pour se concentrer sur ce qui demeure le double-fond de l’aventure : les coulisses du métier de comédien et le travestissement d’un homme en femme.

L’un ne va pas sans l’autre dans cette comédie subtile et vivifiante pour le spectateur qui voit enfin ce que comédie veut dire.

Dans une situation presque banale pour cet acteur au chômage qui élève le risque de gagner un pari fou : devenir femme et décrocher le rôle de la série TV très en vogue. Le versant parallèle à « Mme Doubtfire » sauf qu’à l’intimité d’un foyer, Pollack et Hoffman exposent le sujet à l’approbation populaire.

Michael devenu Dorothy se confronte aux aléas de sa transformation qui élève les quiproquos en situations plus que drolatiques. Dustin Hoffman dirige à merveille sa petite doublure de femme.

Il lui faut embrasser ses partenaires, composer avec ses deux personnalités sans se prendre les pieds dans le tapis qui se relève toujours pour des gags inattendus.

L’auteur et sa créature, un joli duo

De la vraie et bonne comédie sur laquelle Hoffman semble parfois improviser tout en respectant les codes de la fantaisie où l’ironie et  la satire épicent l’ensemble avec saveur et bonne humeur.

Plus qu’une performance, c’est un grand numéro.

Plus qu’une préparation vestimentaire, une véritable mise en relief de la condition féminine pour laquelle Jessica Lange conjugue joyeusement  ses élans de starlette à la simplicité d’une vie tout autre que lui révèle sans le vouloir la fameuse Dorothy.

Les colocataires font bon ménage même pour travestir la réalité

Parmi les acteurs, Sydney Pollack endosse avec brio la veste de l’agent artistique qui ne sait plus comment sortir d’un tel imbroglio. Derrière son bureau, il est terrible, implacable, convaincant.

Mais les meilleures scènes reviennent aux couples impossibles ou improbables que Michael/Dorothy forme bien malgré lui dans un distinguo de sentiments incongrus.

Bill Murray en colocataire blasé observe la situation avec une pointe d’humour moqueur. La cerise sur le gâteau !

  • Quelques références du genre :

 » Black Journal » de Mauro Bolognini –  » Ceux qui m’aiment prendront le train » de Patrice Chéreau – « Nos années folles » de André Téchiné – « Le baiser de la femme araignée » de Hector Babenco – « Talons aiguilles » de Pedro Almodovar – « Laurence Anyways » de Xavier Dolan – « Mme Doubtfire » de Chris Colombus

Les suppléments

  • « The making of… Tootsie » (1982 – Couleurs – 34 mn)* . Une plongée dans les coulisses composée d’entretiens avec Teri Garr ou Jessica Lange, des rushes de scènes clés du film, et des discussions animées entre Sydney Pollack et Dustin Hoffman.

Où l’on suit notamment l’acteur dans sa séance de maquillage, qui doit le conduire « … jusqu’au dernier vestige de la masculinité ».

On perçoit aussi les moments tendus à deux semaines du tournage,et plus le temps de répéter «  il faut tomber juste, autrement on est mort » dit Hoffman.«  La relation est difficile avec Dustin, il a lancé le projet, il le contrôle, une guerre respectueuse et amicale, une querelle artistique permanente » .

  • « Un homme meilleur : le making-of de Tootsie » (2007 – Couleurs – 69 mn) . Ce documentaire revient sur la production de Tootsie à travers l’évolution de son scénario et les défis majeurs qu’il représentait. Il évoque les stéréotypes de genre et leur traitement dans le film, et salue la transformation physique de Dustin Hoffman pour le rôle.  Avec les entretiens exclusifs de Sydney Pollack et des acteurs du film.

« Je n’étais pas un spécialiste de la comédie et je cherchais la substance du film en lisant le script , j’aimais beaucoup mais comment le traiter » reprend le cinéaste.

«  Je parlais au nom de nombreux acteurs (…) au départ on ne voulait pas en faire une comédie , c’était en partie une satire sur le métier d’acteur . Nous sommes allés dans les temples de la comédie de l’époque. On y apprenait l’art de la comédie, mais lors de l’audition on oubliait tout, car ils voulaient voir un numéro… ». ( Dustin Hoffman )

  •  9 scènes coupées (10 mn) *. Intéressantes, mais peut-être trop insistantes sur la transformation et ses conséquences. Ou n’apportent rien à un récit déjà fort bien charpenté.
  • Essais vidéo de Dustin Hoffman (3 mn)*. Ils sont dirigés pour le réalisateur Hal Ashby, envisagé initialement prévu pour le film.
Charles Durning, le père de Jessica Lange est amoureux de la belle Dorothy

* Exclusivité Blu-ray

// Un livre de 160 pages (inclus photos d’archives)

« La création de Tootsie : récit du tournage avec Dustin Hoffman et Sydney Pollack » par Susan Dworkin

« À un moment, ça avait vraiment été le film de Dustin. Il l’avait conçu et devait digérer l’idée que j’allais le réaliser. »Sydney Pollack

Traduit pour la première fois en français et agrémenté de nombreuses photos exclusives issues des archives de Sony Pictures Entertainment, La Création de Tootsie est le récit d’un chef-d’œuvre en train de se faire. Auteur de « Double De Palma », Susan Dworkin offre  un aperçu fascinant de l’art de la création filmique et livre un portrait inoubliable des deux hommes clés de Tootsie : Sydney Pollack et  Dustin Hoffman.

// Un visuel exclusif créé par Liza Shumskaya

Acteurs : Dustin Hoffman, Jessica Lange, Bill Murray,Teri Garr, Dabney Coleman, Charles Durning Réalisateur: Sydney Pollack Audio : Anglais, Français Sous-titres : Français Studio : Carlotta Films DVD : 17 juin 2020 Durée : 116 minutes L'histoire : Michael Dorsey, acteur sur le déclin, désespère de décrocher à nouveau un rôle. Il se crée alors une nouvelle personnalité : Dorothy Michaels, femme dotée d'une forte personnalité. Ce qui lui permet de jouer dans une série télévisée, et d’attirer un vrai public de fans. Mais comment avouer à sa collègue Julie Nichols, qui a fait de lui sa confidente, qu'il est en réalité un travesti amoureux d'elle ?…
Le film
Les bonus

Reprenant le filon du travestissement, Sydney Pollack y ajoute une composante essentielle sur la raison d’être comédien. Il en fait une comédie subtile et vivifiante pour le spectateur qui voit enfin ce que comédie veut dire. Avec un scénario joliment écrit autour de dialogues pétillants, savoureux qui mènent à des gags bien venus, sans esbrouffe ni tarte à la crème. Dustin Hoffman aux commandes maîtrise son travestissement jusqu’à s’approprier la féminité que tout homme dit-on possède. Le comédien le tient de façon innée, tout en respectant les codes de la fantaisie où l’ironie et  la satire épicent l’ensemble avec saveur et bonne humeur. L’ensemble de l’affiche est sur le même mode. Jessica Lange, Bill Murray et  Pollack en personne .

AVIS BONUS Un collector qui se respecte avec ses making of, particulièrement complet,interviews, scènes coupées , et un livre qui n'en finit pas de raconter la vie.... Magnifique

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Une Vie secrète » de J.Garaño, A.Arregi, J.M.Goenaga. Critique cinéma

Terrés pendant des années pour échapper à la dictature franquiste, on les appellera " les taupes". Un destin effarant , un film exceptionnel

Laisser un commentaire