Accueil » A la une » « Les Chevaliers blancs » de Joachim Lafosse. Critique cinéma-dvd

« Les Chevaliers blancs » de Joachim Lafosse. Critique cinéma-dvd

Synopsis: Jacques Arnault, président de l’ONG "Move for kids", a convaincu des familles françaises en mal d’adoption de financer une opération d'exfiltration d'orphelins d’un pays d’Afrique dévasté par la guerre. Entouré d’une équipe de bénévoles, il a un mois pour trouver 300 enfants en bas âge. Il doit alors persuader ses interlocuteurs africains et les chefs de villages qu’il va installer un orphelinat et assurer un avenir sur place à ces jeunes victimes de guerre, dissimulant le but ultime de son expédition...

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Les Chevaliers blancs"
De : Joachim Lafosse
Avec : Vincent Lindon, Louise Bourgoin, Valérie Donzelli, Reda Kateb, Stéphane Bissot
Sortie le : 06 juillet 2016
Distribution : Le Pacte
Durée : 108 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
L'entretien

Meilleur dvd Juillet 2016 ( 8 ème )

Une aventure humanitaire tourne à la catastrophe. Ce film s’inspire du désastre que fut L’Arche de Zoé, une association française qui en 2007 devait rapatrier une centaine d’orphelins africains.Joachim Lafosse s’appuie sur les grands axes de cette opération pour en faire un véritable film d’aventures. Mais les risques pris par l’équipe française mêlée à un conflit ethnique provoquent chez le réalisateur le besoin d’aller voir plus loin que la simple relation cinématographique.

Autour du droit d’ingérence et de sa validité, il filme des scènes de guerre, des poursuites pour échapper aux rebelles et des rencontres très particulières avec les chefs de villages, censés regrouper les enfants présentant les critères absolus de l’adoption. Ils ont compris qu’il y avait de l’argent à se faire.

Un premier accroc à une démarche dévoyée par des intérêts mercantiles, et d’autres beaucoup plus humains. Le besoin de se rendre à l’école, le manque de subsistance de familles qui tentent de passer en force, malgré la détermination du responsable Jacques Arnault (un grand Vincent Lindon) qui ne souhaite pas rajouter des problèmes à ceux qu’il s’est lui-même imposés.

Xavier(Reda Kateb), un expatrié assure la liaison entre le responsable de l'équipe et les autochtones. Les relations sont malgré tout parfois houleuses entre les deux hommes.
Xavier (Reda Kateb),expatrié assure la liaison entre l’équipe et les autochtones. Avec le responsable de l’expédition, les relations sont parfois houleuses.

Le français garantit en effet un emploi sur place à tous ses petits protégés, une fois leur majorité atteinte. Il sait pertinemment leur avenir ailleurs, dans un coin de France où les attendent leurs familles d’accueil. Dans l’angoisse. Au fur et à mesure que les jours s’écoulent (la mission ne peut aller au-delà d’un mois) la presse hexagonale rapporte les soubresauts de l’aventure qui se voulait humanitaire.

Joachim Lafosse prend le temps de la respiration, de la réflexion. C’est maintenant le comportement de l’équipe en souffrance, les scissions qui apparaissent .Les membres de la Croix Rouge ne risqueront pas leur vie dans le grand désert où fourmillent les rebelles. Une journaliste indépendante (Valérie Donzelli, très bien) les accompagne. La promiscuité, 24 heures sur 24, émousse son dynamisme et fragilise son objectivité.

Ses interrogations déontologiques rejoignent  les préoccupations de l’équipe de plus en plus confrontée à cette manipulation exercée au nom du bien. Le cinéaste ne tranchera jamais sur ses attendus et leurs conséquences. Il nous révèle des chefs de villages tout aussi manipulateurs. Un patron qui cherche à se couvrir lui aussi de quelques principes de bonne conduite. «  On paie vos services, on n’achète pas des enfants ».  

les chevaliers blancs

Il dira qu’il ment, parce qu’il ne peut pas faire autrement. Une bonne volonté masquée par un mensonge. La morale ne peut s’en satisfaire, la justice non plus. Les deux responsables de l’association ont été condamnés à deux ans de prison.

Vincent Lindon est une fois encore au sommet de son art, âpre, rigoureux, instinctif et sauvage, suivi par un casting tout aussi concordant. Valérie Donzelli, Louise Bourgoin, Reda Kateb, Philippe Rebbot… il faudrait tous les citer, ils sont tous à leur place…

LE SUPPLEMENT

  • Entretien avec le réalisateur (14.38 mn) .Son film rend parfaitement compte de la situation et il en parle avec la même intensité. De ses intentions à la réalisation, il n’a pas failli…

L’enfer pavé de bonnes intentions. C’est l’idée principale qui motive Joachim Lafosse à travers la réalité d’un groupe qui se disloque pour des questions morales.« Le droit à l’enfant et le droit de l’enfant, une confrontation si forte, cette affaire est hallucinante, c’est de l’ordre du mythe. (…) La notion de famille qui revient toujours dans mes films l’est encore dans celui-ci. Est-ce que l’on peut s’acheter des enfants pour faire une famille ? »

« Ça ne me dérange pas que le public connaisse la fin, ce que j’essaie d’écrire dans le scénario c’est la façon dont ça s’engendre, il ne s’agit pas d’être narratif, mais d’être juste, je passe beaucoup plus de temps sur des adaptations de faits divers que sur mes films autobiographiques ».

les chevaliers blancs

« On arrive au grand public par l’incarnation du personnage et la complicité d’un grand acteur », Vincent Lindon dont il souligne à plusieurs reprises le talent, mais aussi l’engagement dans ce film et sa complicité.

Le réalisateur sans s’appesantir sur la psychologie de l’équipe qui conduira ce fiasco remarque qu’ils « sont plus dans l’amour d’eux-mêmes que dans la curiosité du décor dans lequel ils vivent, et des êtres avec qui ils vivent, et ça c’était à mettre en scène. Le refus du principe de la réalité va les amener au fiasco. Pour eux les enfants deviennent des objets, pour eux le site n’est pas dangereux, et leur décor s’aménage à leur guise… »

Joachim Lafosse raconte aussi très bien comment il s’est retrouvé « confronté aux mêmes difficultés, aux mêmes questions morales que les personnages » qu’il a mis en scène. « Vous arrivez dans un pays moins riche que les autres, comment respectez les gens… Des problèmes d’avions comme dans le film, le danger venant cette fois des cascades sur les scènes d’attaques des rebelles… »

Meilleur dvd Juillet 2016 ( 8 ème ) Une aventure humanitaire tourne à la catastrophe. Ce film s’inspire du désastre que fut L’Arche de Zoé, une association française qui en 2007 devait rapatrier une centaine d’orphelins africains.Joachim Lafosse s’appuie sur les grands axes de cette opération pour en faire un véritable film d’aventures. Mais les risques pris par l’équipe française mêlée à un conflit ethnique provoquent chez le réalisateur le besoin d’aller voir plus loin que la simple relation cinématographique. Autour du droit d’ingérence et de sa validité, il filme des scènes de guerre, des poursuites pour échapper aux rebelles…
Le film
L'entretien

Une aventure humanitaire qui tourne à la catastrophe. Ce film s’inspire du désastre que fut L’Arche de Zoé, une association française qui en 2007 devait rapatrier une centaine d’orphelins africains. Pour mener à bien leurs opérations, ils ont dissimulé plusieurs points de leurs interventions, promettant aux responsables locaux de donner un enseignement aux jeunes garçons et filles. Sans jamais imposer son point de vue, le réalisateur réunit semble-t-il toutes les pièces du dossier pour signer un grand film d’aventures, doublé d’une réflexion morale sur le bien et le mal qui s’affrontent ici à travers le dilemme des organisateurs. Vincent Lindon est une fois encore au sommet de son art, âpre, rigoureux, instinctif et sauvage, suivi par un casting tout aussi concordant. Valérie Donzelli, Louise Bourgoin, Reda Kateb, Philippe Rebbot… il faudrait tous les citer, ils sont tous à leur place…

Avis bonus Son film rend parfaitement compte de la situation et il en parle avec la même intensité. De ses intentions à la réalisation, il n’a pas failli…

User Rating: Be the first one !
Les Chevaliers blancs (DVD) de Joachim Lafosse
Date de sortie du DVD : 6 July 2016
Format : PAL
Studio : Le Pacte
Duree : 108 minutes

PRIX : EUR 9,99 (Prix de depart : EUR 10,02)

Voir aussi

« La Taularde » de Audrey Estrougo. Critique cinéma-dvd

Le milieu carcéral va toujours aussi mal