Accueil » Comédies dramatique » « Mean Streets » de Martin Scorsese. Critique DVD

« Mean Streets » de Martin Scorsese. Critique DVD

Synopsis: En 1973, à New York, dans la petite Italie, Johnny Boy et Charlie, deux malfrats, souhaitent égaler les mafiosi qu'ils côtoient. Charlie a ses chances, mais le problème se pose pour Johnny, un bagarreur inconscient, criblé de dettes...

La fiche du DVD

Le film : "Mean Streets "
De : Martin Scorsese
Avec : Robert de Niro , Harvey Keitel
Sortie le : 06/04/2011
Distribution : Carlotta Films
Durée : 112 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD : 1
Le film
Les bonus

Meilleur dvd Avril 2011 ( 5 ème )

Il y a eu « Le parrain » et l’année suivante « Mean Streets ». Pas besoin de vous faire un dessin : on sait ce qu’il advient du mafieux imaginé par Francis Ford Coppola, tandis que quarante après, le premier film de Martin Scorsese, est l’éclatante démonstration de tout ce qui allait nourrir son cinéma, mais aussi celui de ses confrères.
On se retrouve déjà dans un quartier américain atypique, réservé aux Italiens, voire plus spécialement aux Siciliens. C’est là que Charlie s’exerce à devenir quelqu’un de respectable. Il a le sens de l’honneur, de la famille et de la religion.

Pour son oncle mafieux, il a donc toutes les qualités requises pour monter en estime dans la famille. Simplement on lui fait comprendre que son amitié pour cette petite frappe de Johnny et son amour pour une épileptique de première ne colle pas au tableau.
Dilemme pour ce garçon si sympathique, mais aussi tellement envieux de se faire une place au soleil.
Comme il le raconte dans les bonus, c’est du vécu coco pour Martin Scorsese qui sans le septième art aurait pu devenir un de ses personnages de fiction. Ce qui les rend peut-être si attachant dans leurs dérives nocturnes et leurs maraudes du petit matin. Quand la réalité frappe à leurs portes et qu’il faut bien régler les dettes du voisin ou recoller les morceaux, après une bagarre mémorable.


Elle a lieu dans une salle de billard (suivez mon regard, on en verra bien d’autres par la suite) et demeure encore malgré les copié-collé, un modèle du genre réglé par un final somptueux.
Si Robert De Niro dans la peau du petit connard qui tire sur tout ce qui bouge deviendra un adepte du genre, familier de Scorsese, on revoit avec plaisir Harvey Keitel , encore tout jeunot, en apprenti gangster qui fait repasser ses chemises par maman.
Tous les codes du film mafieux sont ici gravés dans les néons des boîtes de nuit, avec une patte Scorsese déjà bien présente. Autour d’une caméra qui n’arrête pas de raconter des histoires (le montage est tout aussi nerveux) et une musique fortement inspirée par les tubes du moment.

Ce qui nous situe bien ce « Mean Streets » comme une page indispensable du cinéma mondial. Avec, les spaghettis made in Italy, bien évidemment.

LES SUPPLEMENTS

  •  Voyage à travers « mean streets » (27 mn). Un entretien audio avec Martin Scorsese sur la genèse du film et les événements de sa vie ayant inspiré certaines scènes clé. Il dit d’ailleurs qu’il ne s’agit pas d’un film, mais plutôt «d’une déclartion ou d’un exposé, sur ce que je suis.Les conflits qui m’habitaient à l’époque« . Il évoque beaucoup sa propre famille , et les questions de religion  Plusieurs scènes ont été improvisées « et les meilleurs on les répétait alors, jusqu’à en faire de vraies scènes » .

  • De Little Italy à Hollywood (21 mn). Kent Jones, critique et cinéaste, livre un regard personnel sur Mean Streets et sa première vision du film lors de sa sortie. Avant dit-il, « tout ce qui était italo-américain était joué par Steeve McQueen ou Kirk Douglas . “ Le Parrain”, puis  » “Mean Streets” ont changé la donne .Le choix de la musique chez Scorsese , n’est jamais fortuit, et ici elle est étroitement liée aux personnages , elle ancre le film dan son époque avec par exemple le fameux tube des Ronettes “Be my baby”, (vidéo ci-dessous ) mais elle explique aussi de façon sardonique les personnages« .
  • Lumière instinctive (18 mn). Kent Wakeford, directeur de la photographie, se souvient du processus de tournage et de sa rencontre avec Robert de Niro et Harvey Keitel.
  • De retour dans son quartier (7 mn). Après le tournage du film, Martin Scorsese revient à Elizabeth Street, au cœur de Little Italy.
  • Les rues de Mean Streets » (6 mn). Une visite guidée du Little Italy d’aujourd’hui.
  • Home movies . Supervisé par Martin Scorsese, un montage inédit des films Super 8 qui ouvrent le film. Certaines séquences ont été réalisées par son frère. C’est vraiment étonnant à voir. « Je n’essayais pas d’interpréter ce que j’enregistrais, c’est un film miniature, qui se suffit à lui-même« .

19,99 €

Meilleur dvd Avril 2011 ( 5 ème ) Il y a eu « Le parrain » et l’année suivante « Mean Streets ». Pas besoin de vous faire un dessin : on sait ce qu’il advient du mafieux imaginé par Francis Ford Coppola, tandis que quarante après, le premier film de Martin Scorsese, est l’éclatante démonstration de tout ce qui allait nourrir son cinéma, mais aussi celui de ses confrères. On se retrouve déjà dans un quartier américain atypique, réservé aux Italiens, voire plus spécialement aux Siciliens. C’est là que Charlie s’exerce à devenir quelqu’un de respectable. Il a le…

Review Overview

Le film
Les bonus

Si vous avez suivi le cinéma américain de ses trente dernières années, et particulièrement la carrière de Martin Scorsese, ce film est doublement jubilatoire . Il demeure très agréable à revoir et vous explique comment le septième art a pu évoluer ....

Avis Bonus : Ce sont principalement des interviews, mais l'éclairage qui en ressort est un apport non négligeable pour la compréhension du film , resitué dans son époque et avec ses témoins . Les premiers essais super 8 de Scorsese ajoutent du piment à toute cette histoire .

User Rating: Be the first one !
Mean Streets [Édition Collector Limitée] (Blu-ray) de Martin Scorsese
Date de sortie du Blu-ray : 6 April 2011
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, Import
Studio : Carlotta Films
Duree : 112 minutes

PRIX : EUR 13,99 (Prix de depart : EUR 20,06)

Voir aussi

« Le Destin » de Youssef Chahine. Critique dvd

Trois dvd réunis dans un coffret, donc ce destin que l'Histoire nous ramène à la une d'une actualité brûlante

Laisser un commentaire