Accueil » A la une » « La Fin du Jour » de Julien Duvivier. Critique Blu-ray

« La Fin du Jour » de Julien Duvivier. Critique Blu-ray

Synopsis: L'abbaye de Saint-Jean-la-Rivière menace de fermer ses portes. Ce qui serait une véritable catastrophe pour ses pensionnaires, tous de vieux comédiens sans ressources. Saint-Clair, acteur autrefois adulé et grand séducteur de femmes, vient justement d'y arriver et y retrouve Marny, grand rival dont il avait jadis séduit la femme, et Cabrissade, artiste de second ordre.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "La fin du jour - Combo DVD + Blu Ray [Combo Collector Blu-ray + DVD]"
De : Julien Duvivier
Avec : Louis Jouvet, Michel Simon, Victor Francen, Madeleine Ozeray, Alexandre Arquillière
Sortie le : 01 juin 2016
Distribution : Pathé
Durée : 0 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 2
Le film
  • « Si j’étais architecte et devais construire un monument du cinéma, je placerais une statue de Duvivier au-dessus de l’entrée. Ce grand technicien, ce rigoriste, était un poète. » Jean Renoir

De retour d’Hollywood en août 1938, Julien Duvivier réalise ce film auquel il pensait déjà avant son départ. Il s’inspire de sa propre vie et de sa vision du comédien.

Le réalisateur qui avait tenté une carrière d’acteur est sans pitié. Sa mise en scène magnifique, d’une sécheresse sans égale, s’ébroue dans un chamboule-tout de l’humanité où cabotins et cabochards s’en donnent à cœur joie pour mieux cacher leur tristesse.

Cela peut paraître dérisoire, un brin sur joué, mais le cœur de la tragédie est entièrement posé dans cette maison de retraite pour artistes abandonnés. Les intermittents ne sont pas encore d’actualité. Misère et décrépitude du corps et de l’esprit, si beaux au temps de leur splendeur, rayonnante d’une scène à l’autre. Beaucoup fanfaronnent aujourd’hui sur le succès et la gloire qui ne furent qu’éphémères et parfois illusoires.

L’arrivée de l’éternel séducteur dans la maison de retraite ravive bien des souvenirs, et des plaies aussi…

Ce sont des comédiens de seconde, voire de troisième zone, à l’image du génial Cabrissade qui derrière sa faconde et ses entourloupes demeure une doublure. Michel Simon est merveilleux. Avec une subtile ironie Duvivier donne à ses grands acteurs de l’époque ( revoir Gabrielle Dorziat… )  des rôles de comédiens minables. Ou d’une ignoble bassesse comme ce Saint-Clair tombeur de dames que Louis Jouvet harponne avec morgue et … distinction.

On pourra toujours s’interroger sur sa dernière conquête, la servante du café du village. Elle claironne timidement ses 17 ans auprès de son ami de toujours, Gilles Marny ( Victor Francen ), aigri et solitaire, dont la femme fut « victime » du fameux Saint-Clair. L’éternel séducteur aux tempes argentées lui ravit à nouveau sa très jeune compagne sans réellement se préoccuper de ses états d’âme.

L’autre facette d’un métier qui se meurt, raconte Duvivier tout aussi pathétique lorsqu’il annonce la fin des grands classiques et le désarroi de ces pensionnaires qui s’imaginent encore au-dessus de la mêlée. A l’idée d’être maintenant accompagnés par des « vieux tout à fait ordinaires » , c’est la panique dans la maison de retraite qui s’apprête à fermer.

Les derniers rêves se brisent… La mort approche, l’angoisse se change en haine, un monde désenchanté et amer voit le jour…  (« j’avais le talent mais pas le succès, quand d’autres ont du succès mais pas le talent »). Dans une mise en scène toute aussi expressive, éclairée par Christian Matras le directeur photo de Max Ophüls, les dialogues raffinés ne manquent pas de piquants et de beauté mortelle. On a parlé « de ravissements verbaux » écrits pas Charles Spaak, l’un des meilleurs scénaristes du cinéma français de l’entre-deux-guerres.

 « La Fin du Jour » est considéré comme l’un des chefs-d’œuvre du septième art français des années 30.  Film pessimiste, indiscutablement beau dans son âpreté, c’est une leçon de cinéma éternel.

 

"Si j'étais architecte et devais construire un monument du cinéma, je placerais une statue de Duvivier au-dessus de l'entrée. Ce grand technicien, ce rigoriste, était un poète." Jean Renoir De retour d'Hollywood en août 1938, Julien Duvivier réalise ce film auquel il pensait déjà avant son départ. Il s’inspire de sa propre vie et de sa vision du comédien. Le réalisateur qui avait tenté une carrière d’acteur est sans pitié. Sa mise en scène magnifique, d’une sécheresse sans égale, s’ébroue dans un chamboule-tout de l’humanité où cabotins et cabochards s’en donnent à cœur joie pour mieux cacher leur tristesse. Cela peut paraître dérisoire,…
Le film

Restauration de catalogue, Pathé ressort ce film inspiré du véritable hospice pour comédiens retraités et nécessiteux de Pont-aux-Dames. Dans cette maison de retraite où viennent s’échouer tout ce que le théâtre a compté de gloires au début du XX ème siècle, Duvivier dresse un état des lieux pessimiste sur la précarité des artistes et les sombres perspectives d’avenir des activités culturelles. Et nous ne sommes qu’en 1930… Il y a plusieurs éclairs de génie dans cette réalisation dont celui d’avoir engagé de grands comédiens (Jouvet, Michel Simon …) pour jouer des seconds rôles décatis, ignobles et désespérants. Ils le font merveilleusement bien au cœur d’une une mise en scène aussi expressive que les dialogues sont raffinés. La tirade de Michel Simon sur le métier d’acteur est un grand moment. Considéré comme l'un des chefs-d'œuvre du cinéma français des années 30, ce film pessimiste, indiscutablement beau dans son âpreté, est une leçon de cinéma éternel.

User Rating: Be the first one !
La fin du jour - Combo DVD + Blu Ray [Combo Collector Blu-ray + DVD] (Blu-ray) de Julien Duvivier
Date de sortie du Blu-ray : 1 June 2016
Format :
Studio : Pathé
Duree : minutes

PRIX : EUR 20,00 (Prix de depart : EUR 20,05)

Voir aussi

« Moka » de Frédéric Mermoud. Critique dvd

Diane a perdu son fils dans un accident de la circulation. La voiture ne s’est pas arrêtée. …

Laisser un commentaire