Accueil » A la une » « La belle équipe » de Julien Duvivier. Critique dvd

« La belle équipe » de Julien Duvivier. Critique dvd

Synopsis: Cinq ouvriers chômeurs parisiens, Jean, Charles, Raymond, Jacques et Mario, un étranger menacé d'expulsion, gagnent le gros lot de la loterie nationale. Jean a l'idée de placer cet argent en commun, dans l'achat d'un vieux lavoir de banlieue en ruine, qu'ils transformeront en riante guinguette dont ils seront les copropriétaires. Ils s'attellent à la besogne avec confiance. Mais la solidarité du groupe est fragile... Bientôt, il ne reste plus de la joyeuse équipe que Charles et Jean qui sont amoureux de la même femme, Gina....

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "La Belle équipe [Combo Collector Blu-ray + DVD]"
De : Julien Duvivier
Avec : Jean Gabin, Charles Vanel, Viviane Romance, Raymond Aimos, Jacques Baumer
Sortie le : 01er juin 2016
Distribution : Pathé
Durée : 0 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 2
Le film
Le bonus

Meilleur dvd Juin 2016 ( 5 ème )

« J’suis beau garçon, mais faut pas me contrarier » dit Jean Gabin à Viviane Romance…

Pathé propose de découvrir une version totalement inédite du film, celle imaginée à l’origine  par Julien Duvivier. Elle se différencie de la version exploitée en salles. En effet, suite aux premiers retours négatifs du public sur la version pessimiste , il a été imposé au cinéaste de « retourner » une fin beaucoup plus optimiste.

Elle figure dans l’excellent supplément et gâche effectivement un peu l’esprit d’ensemble d’un film qui sans courir après l’avènement du Front Populaire, rend un hommage direct à la solidarité ouvrière, à l’aspiration aux loisirs et à la propriété.

Le film reflète bien les enthousiasmes, les espoirs et les désillusions de cette époque. Le réalisateur s’est toujours défendu d’avoir eu un point de vue politiquement engagé. Ce que l’on ne peut contester au regard d’une vie plutôt pépère qui s’engage entre les ces cinq copains qui, décrochant le pactole de la loterie nationale, passent de la paille  à la plume d’oie .

belle-equipe

La camaraderie aidant, c’est dans un élan fraternel que le quintette retrousse les manches pour bâtir un avenir commun autour d’une guinguette. Le symbole, tout à fait clair, s’accompagne de l’interprétation de Jean Gabin et Charles Vanel qui poussent à l’extrême leur entrain et leur enthousiasme. Raymond Aimos, Jacques Baumer, Marcelle Géniat ou Raymond Cordy en ivrogne comme on n’en fait plus au cinéma, sont de redoutables seconds couteaux.

Au milieu de ce beau reliquat d’humanité, une femme, Viviane Romance, par qui le scandale ou le malheur s’affiche dans le cœur des hommes . Gabin a beau faire la leçon (« on ne regarde pas la femme de son copain ») la Viviane en chamboule plus d’un, ceux-là mêmes qui s’étaient jurés entraide et fidélité. Un à un, ils vont quitter le navire et laisser en plan une guinguette dans laquelle seuls Jean et Charles donneront les derniers coups de rabot. Pour que la fête soit complète.

Elle le sera dans une réalisation que Duvivier orchestre avec une fougue populaire et des élans aujourd’hui toujours aussi modernes. Je pense à ce décor en coupe d’un hôtel (nous sommes en 1936) qui permet au cinéaste d’obtenir des effets de mise en scène assez extraordinaire. En accompagnement, la gouaille du cinéaste et de Charles Spaak, pour qui l’ouverture d’une guinguette ne peut se faire «  sans les crêpes et le boudin ».

la belle équipe

Et les tubes de l’époque repris à la volée par une foule endimanchée jusqu’à l’ivresse. « Quand on se promène au bord de l’eau » chante Jean Gabin qui ne sait pas encore que sa guinguette désertée par les premiers copains a aussi des fondations incertaines.

« Notre camaraderie avait comme une odeur de pain » dit-il à sa maîtresse du moment. Une poésie de l’époque à laquelle la belle n’est pas insensible.«  Et moi je suis ta brioche ? » lui répond-elle, du tac au tac. ArlettyAudiard n’auraient pas mieux dit. Vraiment une belle équipe.

LE SUPPLEMENT

  • L’histoire de «  La belle équipe » (24 mn) . Eric Bonnefille («  Julien Duvivier, le mal aimant du cinéma français ») et Hubert Niogret (« Julien Duvivier, 50 ans de cinéma ») sont les principaux intervenants de ce très bon documentaire qui nous apprend que Jean Renoir aurait aimé faire ce film. Il avait alors chargé Charles Spaak, auteur et scénariste, d’une négociation avec l’intéressé à qui il proposait de lui laisser «  La grande illusion ».

« Vous perdez la raison » lui aurait répondu Duvivier «  votre histoire de soldat ne m’intéresse pas du tout ». « Il est certain que Renoir aurait fait un tout autre film, véritablement sur le Front Populaire, un film beaucoup plus politique, alors que chez Duvivier il n’y a aucune allusion aux réformes sociales, par exemple ».

Dans une interview d’époque Viviane Romance raconte avec beaucoup d’humour comment elle fut choisie lors du casting au cours duquel Duvivier ne l’avait pas reconnue. Son choix se portait alors entre Marlène Dietrich et Edwige Feuillère. «  Je n’en menais pas large quand il m’a enfin reconnue, il m’a longtemps regardée, comme sous-pesée, ça m’a paru une éternité et m’a dit enfin, vous avez le rôle ».

On apprend aussi qu’à la sortie du film Charles Vanel n’a pas apprécié de voir le nom de Jean Gabin avant le sien et le titre du film. On dit qu’ils seraient restés en froid depuis ce temps-là.

Enfin, on évoque beaucoup les problèmes entre les deux fins, l’optimiste et la pessimiste. On connait l’officiel, tandis que celle qui fut longtemps retenue, puis abandonnée apparaît ici sans faire plus de chichi. Duvivier l’a traite de ridicule. «  Mais à l’époque il fallait quelque chose de réconfortant au public » pense Niogret.

  • Mais aussi. Après leurs ressorties en salles en Avril dernier, les trois œuvres emblématiques de Julien Duvivier, « La Belle Equipe », « La Fin du Jour » et « Voici le temps des assassins » sortent en DVD et Blu-ray restaurés. Egalement au programme :

« Tartarin de Tarascon », comédie jubilatoire de Raymond Bernard orchestrée par Marcel Pagnol et interprétée par Raimu, ainsi que le chef-d’œuvre de Maurice Tourneur, « Justin de Marseille », film de gangsters marseillais…

Meilleur dvd Juin 2016 ( 5 ème ) « J’suis beau garçon, mais faut pas me contrarier » dit Jean Gabin à Viviane Romance… Pathé propose de découvrir une version totalement inédite du film, celle imaginée à l'origine  par Julien Duvivier. Elle se différencie de la version exploitée en salles. En effet, suite aux premiers retours négatifs du public sur la version pessimiste , il a été imposé au cinéaste de « retourner » une fin beaucoup plus optimiste. Elle figure dans l’excellent supplément et gâche effectivement un peu l’esprit d’ensemble d’un film qui sans courir après l’avènement du Front Populaire, rend un hommage direct à la…
Le film
Le bonus

Dans la continuité du plan de restauration de son catalogue, Pathé propose de (re)découvrir des classiques du cinéma français dans de belles éditions DVD et Blu-ray restaurées. « La belle équipe » méritait effectivement un retour sous les projecteurs pour la veine d’une réalisation qui 75 ans plus tard donne encore des éclairs de modernité à de nombreuses scènes. Le Front Populaire en filigrane met en avant la solidarité et l’entrain d’une équipe de copains qui de la mouise à la richesse vont mettre en œuvre l’esprit d’un collectivisme de bon aloi à travers l’édification d’une guinguette. Les coups de gueules et de canifs dans une amitié chancelante émaillent un scénario savoureusement écrit par le réalisateur et Charles Spaaki avec une gouaille qui nous procure des répliques savoureuses que n’auraient pas renié Audiard et madame Arletty. Ici Viviane Romance se charge de reprendre le flambeau autour de Jean Gabin et Charles Vanel. Un bien beau trio.

Avis bonus Un documentaire sur et autour du film, tout à fait passionnant

User Rating: Be the first one !
La Belle Equipe - Combo DVD + Blu Ray [Combo Collector Blu-ray + DVD] (Blu-ray) de Julien Duvivier
Date de sortie du Blu-ray : 1 June 2016
Format :
Studio : Pathé
Duree : minutes

PRIX : EUR 110,00 (Prix de depart : ---)

Voir aussi

« Mademoiselle » de Park Chan-Wook. Critique cinéma-dvd

Une adaptation du roman "Du bout des doigts" ("Fingersmith") de Sarah Waters, totalement aboutie…

Laisser un commentaire