Accueil » Les critiques » « Goto, l’île d’amour » de Walerian Borowczyk. Critique dvd

« Goto, l’île d’amour » de Walerian Borowczyk. Critique dvd

Un coffret, une rétrospective à Beaubourg, il en a de la chance !

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Boro - Walerian Borowczyk - Coffret [Édition Collector Limitée]"
De : Walerian Borowczyk
Avec : Pierre Brasseur, Ligia Branice, Jean Gras, Lise Danvers, Paloma Picasso
Sortie le : 22 fevri 2017
Distribution : Carlotta Films
Durée : 779 minutes
Film classé : Suitable for 16 years and over
Nombre de DVD / Blu-Ray : 11
Le Coffret

On célèbre  Walerian Borowczyk, de Beaubourg à ce coffret dvd (7 longs-métrages * et 16 courts), hommage grandiloquent  pour un artiste bien inégal à mes yeux .

Il est parfois curieux dans sa fréquentation des surréalistes que son cinéma révèle autour de l’animation principalement. On peut le retrouver aussi dans quelques mises en scène épiques, voire loufoques à l’image du symptomatique « Blanche » , du nom de la maîtresse du château tenu par Michel Simon, que tous les visiteurs courtisent. Jacques Perrin en page du roi est amusant. Mais la morale est plus cruelle pour la gente féminine, tout aussi prisonnière de sa condition moyenâgeuse que des effets théâtraux un brin rétrogrades.

Ligia Branice en fait les frais. Une comédienne tout aussi perturbée dans « Goto, l’île d’amour » qui cette fois use d’une théâtralité puissante pour donner à ce récit d’amours éperdues sur une île balayée par des élans narratifs incroyables, un joli souffle cinématographique.

Elle est gouvernée par un dictateur sans cœur, Goto III. Sa femme, Glossia, tombe éperdument amoureuse d’un soldat, le lieutenant Gono. Tous deux prévoient de s’échapper afin de vivre enfin leur amour au grand jour. Seulement, Grozo, un esclave épris de Glossia, en décide autrement.

L’homme réussit à gravir les échelons de l’ordre militaire en devenant le tueur de mouches attitré de sa majesté, et son nettoyeur de chaussures. Ce qui communément s’appelle cirer les pompes. Guy Saint-Jean dans la peau du personnage est admirable de fourberie et de lâcheté pour mettre en exergue la vanité de ses supérieurs, et la poigne dictatoriale du gouverneur.

En matière de régime totalitaire le cinéma a connu meilleur pourfendeur, la critique ne s’avisant guère ici à remettre en question le droit du plus fort. Même si tous tomberont sous le coup de Grozo. Ligia Branice parle comme Carla Bruni  (ou plutôt l’inverse )  dans une distribution bien alléchante pour l’époque, avec Pierre Brasseur en tête de distribution. Le cocu de l’histoire à l’issue fatale. Il est amusant dans les bonus d’entendre  Jean-Pierre Andreani ( l’amant de Glossia ) raconter comment Pierre Brasseur lui demandait de faire passer les bouteilles de vin… Incorrigible ce Brasseur qui portait si bien son nom !

  • Le coffret

« Goto, l’île d’amour » (1968), « Blanche » (1971), « Contes Immoraux » (1974), « Histoire d’un péché » (1975), « La Bête » (1975) et « Docteur Jekyll et les femmes » (1981).

On célèbre  Walerian Borowczyk, de Beaubourg à ce coffret dvd (7 longs-métrages * et 16 courts), hommage grandiloquent  pour un artiste bien inégal à mes yeux . Il est parfois curieux dans sa fréquentation des surréalistes que son cinéma révèle autour de l’animation principalement. On peut le retrouver aussi dans quelques mises en scène épiques, voire loufoques à l’image du symptomatique « Blanche » , du nom de la maîtresse du château tenu par Michel Simon, que tous les visiteurs courtisent. Jacques Perrin en page du roi est amusant. Mais la morale est plus cruelle pour la gente féminine, tout aussi prisonnière…
Le Coffret

Des films expérimentaux au cinéma d’animation, Walerian Borowczyk, illustre le septième art dans toutes ses intentions avant de réaliser en prise réelle des longs métrages très souvent marqués par l’érotisme. J'ai personnellement peu d’atomes crochus avec la vista du maître qui dès son premier film en 1968 « Goto, l’île d’amour » semblait vouloir poser une empreinte très personnelle dans le cinéma européen. Iconoclaste au point de confier ensuite les rênes d’un château à Michel Simon (« Blanche ») qui aura bien du mal à contenir les ardeurs des courtisans de sa jeune femme.   La sortie du coffret des œuvres choisies de Walerian Borowczyk coïncide avec la rétrospective au Centre Pompidou du 24 février au 19 mars 2017. 

User Rating: Be the first one !
Boro - Walerian Borowczyk - Coffret [Édition Collector Limitée] (Blu-ray) de Walerian Borowczyk
Date de sortie du Blu-ray : 22 February 2017
Format : Noir et blanc, Couleur, Plein écran, Cinémascope
Studio : Carlotta Films
Duree : 779 minutes

PRIX : EUR 69,99 (Prix de depart : EUR 70,22)

Voir aussi

« Après la tempête » de Hirokazu Koreeda. Critique cinéma-dvd

Le réalisateur en dit de moins en moins et ça devient troublant, mais son making of est ... d'enfer !

Laisser un commentaire