Accueil » Comédies dramatique » « Minuit à Paris » de Woody Allen. Critique cinéma

« Minuit à Paris » de Woody Allen. Critique cinéma

Synopsis: Un jeune couple d’américains dont le mariage est prévu à l’automne se rend pour quelques jours à Paris. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme amoureux de la Ville-lumière et qui aspire à une autre vie que la sienne.

La fiche du film

Le film : "Minuit à Paris"
De : Woody Allen
Avec : Owen Wilson, Rachel McAdams
Sortie le : 11/05/2011
Distribution : Mars Distribution
Durée : 94 Minutes
Genre : Comédie, Romance
Type : Long-métrage
Le film

« Si je n’habitais pas à New York, je vivrais à Paris » révèle Woody Allen séduit par la ville, lors du tournage de « Quoi de neuf, Pussycat ? ». C’était en 1965. « Mais c’était trop risqué pour moi à l’époque. Et aujourd’hui je regrette de ne pas m’y être installé. »

Cette histoire que le cinéaste raconte ici, la véritable histoire du film ; le synopsis officiel n’est qu’un prétexte. Celui d’un voyage parisien pré-nuptial pour un jeune couple d’américains. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme qui aspire à une autre vie.

Ses promenades nocturnes et solitaires l’entraînent dans un autre monde. Ils croisent dans un Paris de fête et de culture  Ernest Hemingway, Picasso et autre Cole Porter. Plus tard, ce sera Gauguin, Lautrec, Degas…

L’écrivain s’émerveille d’un tel paysage onirique et se heurte à l’incrédulité de sa belle et de ses futurs beaux-parents de plus en plus suspicieux. Et on peut les comprendre, tant la fantaisie du cinéaste sonne faux, dans un musée de cire, où la caricature le dispute à l’ennui. Les surréalistes sont bien présents, mais  Allen n’a pas su emprunter leur passerelle qui nous mènerait en toute « logique » et sans artifice d’un siècle à l’autre. L’écran de «  La rose pourpre du Caire » était une trouvaille, l’automobile qui conduit Gil vers son Paris de rêve n’est qu’un pis-aller.

Les intentions du réalisateur sont évidentes et a priori séduisantes, mais la mise en application est plus que laborieuse, voire scolaire. Je pense surtout à la présentation de tous les artistes de l’époque que Woody Allen surligne maladroitement , ne laissant au spectateur aucune part de la magie qui pointe dans les décors d’époque parfaitement reconstitués.

Le jeune écrivain qui découvre la ville lumière, son clinquant, sa culture, c’est Woody Allen dans sa verve habituelle et Owen Wilson est plutôt habile pour faire passer le message. Mais que diable n’a-t-il pas alors opté pour une vision frontale de ces années de nostalgie, où la culture et la fête, la littérature et la musique battaient le pavé parisien.

Certaines scènes laissent imaginer une telle réalisation : la magnifique rencontre avec Dali, que Adrien Brody, campe de merveilleuse façon. Le personnage qu’interprète  très bien Marion Cotillard , s’inscrit aussi dans une telle optique .Elle est la muse de Picasso, qu’elle quitte pour un autre artiste avant de fuir avec notre héros dans un autre monde; mais cette fois Gil ne veut pas s’attarder. C’était mieux autrefois, nous dit Allen, mais les chimères ont fait leur temps. Et il faut vivre avec le sien.

 

« Si je n’habitais pas à New York, je vivrais à Paris » révèle Woody Allen séduit par la ville, lors du tournage de « Quoi de neuf, Pussycat ? ». C’était en 1965. "Mais c’était trop risqué pour moi à l’époque. Et aujourd’hui je regrette de ne pas m'y être installé. » Cette histoire que le cinéaste raconte ici, la véritable histoire du film ; le synopsis officiel n’est qu’un prétexte. Celui d’un voyage parisien pré-nuptial pour un jeune couple d’américains. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme qui aspire à une autre vie.…

Review Overview

Le film

C'est Allen qui revient sous les traits d'un jeune écrivain, des années en arrière dans un Paris de fête et de culture . Il nous fait rencontrer les grands artistes de la Belle Epoque et ceux des années trente. Mais en n'abordant pas frontalement le sujet il fait dans le pastiche, la caricature et surtout ça sonne souvent faux . Les comédiens par contre sont excellents.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« L’Opéra » de Jean-Stéphane Bron. Critique cinéma-dvd

Pas d’interview, ni commentaire. La vie se faufile entre plateaux et pendrillons, répétitions et avant-premières …

Laisser un commentaire