Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Démineurs » de Kathryn Bigelow. Critique DVD

« Démineurs » de Kathryn Bigelow. Critique DVD

Synopsis: Bagdad, de nos jours. Le sergent-chef James, spécialiste du déminage en zone de combat, prend la tête d'une unité d'hommes ultra-entraînés au désamorçage d'explosifs. Mais ses méthodes surprennent deux de ses soldats, Sanborn et Eldridge, lorsqu'il les précipite dans un jeu mortel de guérilla urbaine

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Démineurs (Oscar® 2010 du Meilleur Film)"
De : Kathryn Bigelow
Avec : Jeremy Renner, Anthony Mackie
Sortie le : 24 février 2010
Distribution : M6 Vidéo
Durée : 126 minutes
Film classé : Accord parental souhaité
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus
  • Aux Oscars 2010  : Meilleur film – meilleure réalisatrice  , meilleur scénario , meilleur montage, meilleur son , et meilleur montage sonore.

C’est un film sur la guerre, mais pas un film de guerre. Une histoire qui se passe en Irak , à Bagdad plus précisément , épicentre d’un conflit qui ne dit plus son nom . On dit la guerre en Irak. Les attentats de Bagdad. Derrière les mots, l’ information est courante, presque lisse , à l’image ( trompeuse ? )  des habitants de cette capitale décharnée,  spectateurs d’un quotidien qui ne leur appartient plus .

Une bombe a été signalée dans une rue, les démineurs s’affairent et le quartier les observe, les épie , les attend . Sous ce tas de gravats, où est le piège  ? Où est le sniper ? Derrière ses fenêtres ouvertes, qui est l’ami, que fait l’ennemi ?

Quand Kathryn Bigelow, pose toutes ses questions , elle approche déjà  une réalité que sa caméra explore avec une très grande acuité. Toujours au premier plan, au cœur même de l’action . Au plus près des soldats de cette unité de déminage, elle évacue  les clichés sur le décorum guerrier et ses héros , pour ne parler que des hommes confrontés à la vérité du terrain , et aux regards des autres .

Ca pourrait être une bande de copains usinant dans la même entreprise. Sauf qu’ici c’est la mort que l’on transporte et c’est parfois la vie .  Le dilemme de ces démineurs qui pour sauver tout un pâté de maisons doivent alors sacrifier un homme bardé de dynamites . Ou bien quitter les lieux du drame avant que la foule, qui les guette ne les prenne pour cible.

Des scènes fortes et parfois insoutenables, à cent lieues de la violence sanguinolente et barbare de certaines productions du même genre. Mais ici le genre est transcendé, respecté. La réalisatrice de «Point break extrême limite » n’en rajoute  jamais dans sa mise en scène qui pour seul effet prend simplement  le temps nécessaire à l’action .

«  Elle écrit avec sa caméra » dit très justement Jeremy Renner, le rôle titre , très en phase avec sa réalisatrice.

Je pense  à la scène de déminage de « No Man’s Land » de Danis Tanovic, ( très grand film ) d’une incroyable intensité . Elle dure le temps nécessaire pour que l’action puisse aller jusqu’au bout de sa vérité.  «  Démineurs » est du même acabit, à la puissance mille. La tension est palpable à chaque seconde,  même quand le soldat joue au foot avec un gamin qui lui vend des dvd pourris.

Jamais démonstratif, ce film s’interprète de l’intérieur , impliquant totalement le spectateur dans cette escarmouche au milieu du désert, accompagnant le  soldat qui s’aventure dans une ruelle de Bagdad où les ombres surgissent sans bruit . Ami ou ennemi ?  On parlera peut-être de psychologie alors qu’il est question d’humanité, de soldats qui redeviennent  des hommes en proie à leurs incertitudes, leurs doutes et à la vie qu’ils laissent derrière eux.

  • Making of. C’est raconté intelligemment, à l’image d’un making of qui pose clairement les enjeux du film. « L’objectif est de parvenir à dépeindre le chaos de la guerre, la confusion   et l’anarchie qui s’empare  du pays » explique Kathryn Bigelow. «  Aller au devant de la bombe, quand tout le monde recule de cent mètres c’est une marche épique ». A l’image de son film qui mérite effectivement de rafler tous les prix qu’on lui propose.
Aux Oscars 2010  : Meilleur film – meilleure réalisatrice  , meilleur scénario , meilleur montage, meilleur son , et meilleur montage sonore. C’est un film sur la guerre, mais pas un film de guerre. Une histoire qui se passe en Irak , à Bagdad plus précisément , épicentre d’un conflit qui ne dit plus son nom . On dit la guerre en Irak. Les attentats de Bagdad. Derrière les mots, l’ information est courante, presque lisse , à l’image ( trompeuse ? )  des habitants de cette capitale décharnée,  spectateurs d’un quotidien qui ne leur appartient plus . Une bombe a été signalée…

Review Overview

Le film
Les bonus

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Le Dictateur » de et avec Charlie Chaplin. Critique blu-ray

On a tellement écrit sur ce film , ses implications, et sa quasi-virginité soixante-quinze ans plus tard qu’il est difficile d’en rajouter une phrase pour dire le bonheur chaque fois renouvelé de le retrouver ainsi intact et sans rature.

21 Commentaires

  1. Ce film est extrêmement prenant et parfaitement réalisé. A voir !

  2. Un grand choc que ce film , une révélation , aux oscars j’espère qu’il va cartonner devant la fumisterie d’Avatars, qui porte bien son nom
    et continuer comme ça à parler du cinéma

Laisser un commentaire