Accueil » Comédies dramatique » « Des hommes sans loi » de John Hillcoat . Critique cinéma

« Des hommes sans loi » de John Hillcoat . Critique cinéma

Synopsis: 1931. Au cœur de l'Amérique en pleine Prohibition, dans le comté de Franklin en Virginie, état célèbre pour sa production d'alcool de contrebande, les trois frères Bondurant sont des trafiquants notoires : Jack veut transformer la petite affaire familiale en trafic d'envergure.

La fiche du film

Le film : "Des hommes sans loi"
De : John Hillcoat
Avec : Shia LaBeouf, Tom Hardy
Sortie le : 12/09/2012
Durée : 115 Minutes
Genre : Drame, Action, Western
Type : Long-métrage
Le film

Une autre façon de parler de la prohibition. Le deal se joue au cœur de la campagne profonde. Al Capone n’est qu’une officine de façade et les fédéraux n’ont pas encore mis le nez dans les affaires des frères Bondurant.

Nous sommes en Virginie, dans le comté de Franklin.Les flics du patelin sont des amis d’enfance. Le whisky coule en toute tranquillité moyennant une petite monnaie d’échange, sans conséquence. Jusqu’au jour où la loi, celle de la ville dégringole sous les traits de Charlie Rakes , un policier aussi corrompu que cruel, aussi pervers que sadique. Guy Pearce est à son avantage.

Dans un décor paisible et bucolique, le sang va maintenant couler. Car les frères Bondurant n’entendent pas se soumettre à cette dictature étatique. Ils sont trois, bien différents les uns des autres, ne serait-ce que par les années. Ce qui influe sur leur caractère : plutôt que de s’aligner sur la position des autres trafiquants d’alambiques, et donc courber l’échine, ils demeurent coûte que coûte des hors de la loi qui se respectent.

des hommes sans

Le tour de force du réalisateur: il nous range  ipso-facto du côté de ces bandits que je trouve effectivement respectables, au regard des policiers venus de Chicago. Pour ce faire, John Hillcoat , ne lésine pas sur les apartés fraternels qui voient l’aîné ( Tom Hardy, excellentissime ) chaperonner le plus jeune, fougueux et impatient de démontrer qu’il a sa place dans la fratrie. C’est Shia LaBeouf qui s’y colle, pas très convaincant.

Au milieu des deux, Howard, le taiseux (Jason Clarke), taciturne qui ne sait que cogner et boire plus que de raison. Le cinéaste les suit avec une tendresse particulière, un attachement auquel personnellement je n’ai pu résister, imaginant à cet instant la manière dont les frères Coen auraient pu accrocher de tels portraits.

Une chose est sûre, la violence inhérente aux règlements de compte entre policiers et malfrats n’aurait pas pris cette forme de sauvagerie intense, inattendue au cœur d’une mise en scène qui faussement privilégie le film de gangster des années 30.

Sans crier gare, après avoir caressé le spectateur du regard de la belle Maggie ( Jessica Chastain, en figuration) , fuyant elle aussi les malfrats de Chicago, Hillcoat tranche dans le vif, rentre dans la chair. Ame sensible s’abstenir, le rire de la mort (une enfilade d’une oreille à l’autre) n’est pas une lubie. Et  le goudron chaud à même la peau, ça fait très mal.

On y verra peut-être une référence cinématographique,  à l’image d’un film me semble-t-il très codé, entre  western et mafia. L’insistance de la bande-son, bien que signée Nick Cave, et fortement country, conforte cette appartenance à un cinéma dans lequel John Hillcoat  est loin du ridicule.

 

 

 

Une autre façon de parler de la prohibition. Le deal se joue au cœur de la campagne profonde. Al Capone n’est qu’une officine de façade et les fédéraux n’ont pas encore mis le nez dans les affaires des frères Bondurant. Nous sommes en Virginie, dans le comté de Franklin.Les flics du patelin sont des amis d’enfance. Le whisky coule en toute tranquillité moyennant une petite monnaie d’échange, sans conséquence. Jusqu’au jour où la loi, celle de la ville dégringole sous les traits de Charlie Rakes , un policier aussi corrompu que cruel, aussi pervers que sadique. Guy Pearce est à…

Review Overview

Le film

Avec un excellent casting qui ne tire pas la couverture à soi, et une vision du film de gangster plutôt originale – où les références sont assumées-, Hillcoat signe une mise en scène faussement classique. On s’y laisse prendre et puis, sans crier gare, tout bascule …

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

Hsiao-Hsien Hou, des œuvres de jeunesse. Critique cinéma-dvd

Un coffret six dvd nous rappelle les premiers pas du réalisateur taïwanais

Laisser un commentaire