Accueil » A la une » « Yesterday » de Danny Boyle. Critique cinéma

« Yesterday » de Danny Boyle. Critique cinéma

Synopsis: Jack Malik auteur-compositeur interprète en galère perd ses rêves dans la mer qui borde le village où il habite en Angleterre. Seule Ellie, sa meilleure amie d’enfance croit toujours en lui. Après un accident avec un bus pendant une étrange panne d’électricité, Jack se réveille dans un monde où il découvre que les Beatles sont inconnus …

La fiche du film

Le film : "Yesterday"
De : Danny Boyle
Avec : Himesh Patel, Lily James
Sortie le : 03/07/2019
Durée : 117 Minutes
Genre : Comédie, Musical
Type : Long-métrage
Le film

Ca tient de l’hommage ( «  un monde sans les Beatles serait pire » ) et du rituel post-mortel. L’ idée très originale d’un monde sans Beatles. Et s’ils n’avaient jamais existé ? Ou plutôt, les a-t-on totalement oubliés au point de n’avoir aucun souvenir, aucune vidéo, aucune chanson ?

« Yesterday » pose adroitement la question. La réponse est navrante. Ridicule cette façon de la détourner dans des séquences fadasses où le héros se prend les pieds dans une histoire qu’il n’a pas souhaitée.

Confronté à l’ignorance de son entourage, puis à celle du monde entier, Jack Malik ( Himesh Patel ) délaisse son propre répertoire qui ne rencontre aucun succès, pour des titres immémoriaux.

Jack va faire la première partie de Ed Sheeran, en route pour la gloire

 On l’encourage, on le sublime, et le voici dans un rêve éveillé au sommet de tous les plus grands concerts de la planète.

Danny Boyle a du vouloir composer avec le problème de la double personnalité ou du transfert d’ego. Ou bien s’attaquer au mythe de l’usurpateur .

On ne sait pas trop vers quoi le réalisateur tend son objectif tant il est maladroit dans sa mise en scène, lâche dans sa direction d’acteurs ( Lily James, bien empotée, Ed Sheeran dans son propre rôle, inconsistant ).

Son amie d’enfance l’avait prévenu qu’elle ne le suivrait pas jusqu’au firmament.

Il est difficile de croire en chaque personnage cantonné dans un univers où la naïveté et l’hébétude cohabitent.  C’est marrant, parfois, puéril très souvent. Et surfait dans la critique entrevue de l’univers du show-biz et de l’industrie du disque. Kate McKinnon en manageuse cupide et cruelle est caricaturale.

Via des médias qui n’en réchappent pas.

Le répertoire des Beatles se faufile entre tout ce petit monde bien gentillet , au gré d’un montage incertain. Nullement justifié par le terme de l’aventure qui n’offre rien d’autre qu’un échappatoire banal à une situation qui ne l’était pas.

J’imaginais une résolution finale à tout ce déballage scénique.  Une justification à ce délire insensé d’une existence contrariée. Mais rien ne vient, seul l’aveu d’une impuissance que le héros contredira dans les bras de sa belle qui se languit depuis le début de l’histoire.

Elle n’est pas la seule.

Ca tient de l’hommage ( «  un monde sans les Beatles serait pire » ) et du rituel post-mortel. L’ idée très originale d’un monde sans Beatles. Et s’ils n’avaient jamais existé ? Ou plutôt, les a-t-on totalement oubliés au point de n’avoir aucun souvenir, aucune vidéo, aucune chanson ? « Yesterday » pose adroitement la question. La réponse est navrante. Ridicule cette façon de la détourner dans des séquences fadasses où le héros se prend les pieds dans une histoire qu’il n’a pas souhaitée. Confronté à l’ignorance de son entourage, puis à celle du monde entier, Jack Malik ( Himesh Patel ) délaisse son…
Le film

Je ne sais pas vers quoi tendaient l’objectif et la caméra de Danny Boyle ( hommage possible ou pseudo ) mais le résultat est navrant. Sur une idée très originale ( et si les Beatles étaient tombé dans l’oubli total, absolu, irréversible ), il joue de la bluette et des enfantillages. Maladroit dans sa mise en scène, lâche dans sa direction d’acteurs, il est difficile de croire en chaque personnage cantonné dans un univers où la naïveté et l'hébétude cohabitent…

User Rating: 1.5 ( 1 votes)

Voir aussi

« Perdrix » de Erwan Le Duc. Critique cinéma

Un film qui sort de l’ordinaire on le voudrait extraordinaire. Un personnage déjanté, encore plus …

Un commentaire

  1. D’accord avec tout ce qui est dit, spectacle un peu navrant, convenu, prévisible….Mais heureusement il y a la musique.

Laisser un commentaire