Accueil » Les critiques » « This must be the place » de Paolo Sorrentino .Critique Cinéma.

« This must be the place » de Paolo Sorrentino .Critique Cinéma.

Synopsis: Cheyenne est une ancienne star du rock. A 50 ans, il a conservé un look gothique, et vit de ses rentes à Dublin. La mort de son père, avec lequel il avait coupé les ponts, le ramène à New York. Il décide de poursuivre, à travers l'Amérique, la vengeance qui hantait son père.

La fiche du Disque

Le film : "This Must Be the Place"
De : Paolo Sorrentino
Avec : Sean Penn
Sortie le : 28 février 2012
Distribution : ARP Sélection
Durée : 113 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de Disque : 1
Le film

Après avoir magistralement abordé  la politique italienne (« Il divo ») à travers la vie du sénateur Giulio Andreotti, Paolo Sorrentino, change de registre en abordant une autre existence : celle d’une ex rock-star irlandaise, qui à la mort de son père rejoint les USA pour accomplir ce que celui-ci  n’a jamais pu achever.

Je n’ai pas trop envie d’en dire plus sur le fond de l’histoire qui se révèle elle-même très bien et très logiquement , tout au long du film. Ce qui importe à mes yeux , c’est plus la manière dont le réalisateur la conduit à travers ce portrait de Cheyenne, ( Sean Penn) star recluse dans une jolie demeure irlandaise , taraudée par un passé dont le lustre est aujourd’hui bien gommé.

L’homme au regard vide et apeuré, ne s’en plaint pas et se complait dans un quotidien où une femme aimante et tout à fait  «  normale » l’accompagne avec bonheur et drôlerie (Frances McDormand  ,très à l’aise). Tout est dans la demi-teinte, jamais dans l’effusion. Ses secrets, Cheyenne les tait ,ou les épanche sur une tombe en Irlande dont on lui interdit pourtant l’accès. Un douloureux souvenir .

the must be the place

La disparition paternelle accentue le mal-être qui lui vient peut-être de l’enfance, du jour de ses treize ans où il décida que son père ne l’aimait pas. Il ne le reverra que sur son lit de mort, emportant sous terre une histoire que Cheyenne va s’efforcer de reprendre à son compte , pour mieux l’exorciser.

Au-delà de la quête très personnelle d’un homme avec sa propre filiation ,le cinéaste nous convie à un voyage en solitaire, extatique (il faudrait peut-être revoir «Paris Texas) au cœur de ses blessures , les plus enfouies , ravivées par  le souvenir et les remords. Dire que Sean Penn est extraordinaire ne rapporte qu’une part de la vérité, dans un film où il est de tous les plans, en accord avec chaque genre abordé par Paolo Sorrentino , qui du rêve ou de l’instrospection, de l’humour ou de la gravité, donne chaque fois libre cours à des réflexions qui tombent sous le bon sens.

Le plus déjanté n’est pas forcément celui que l’on croit et dans sa lente descente aux enfers, Cheyenne, démiurge raisonnable retrouve malgré tout une seconde chance à sa vie qu’il pensait  définitivement enterréeJe ne sais quel rapport le réalisateur entretient avec David Byrne, le chanteur des Talking Heads à qui l’on doit le titre. Il joue son propre petit rôle dans ce film, donnant la réplique à Cheyenne sur le destin des pop stars : encore un échange  savoureux.

Après avoir magistralement abordé  la politique italienne (« Il divo ») à travers la vie du sénateur Giulio Andreotti, Paolo Sorrentino, change de registre en abordant une autre existence : celle d’une ex rock-star irlandaise, qui à la mort de son père rejoint les USA pour accomplir ce que celui-ci  n’a jamais pu achever. Je n’ai pas trop envie d’en dire plus sur le fond de l’histoire qui se révèle elle-même très bien et très logiquement , tout au long du film. Ce qui importe à mes yeux , c’est plus la manière dont le réalisateur la conduit à travers ce portrait de…

Review Overview

Le film

C’est un film assez lent, sur la quête d’un fils pour son père (mais l’inverse est aussi vrai) au milieu de la grande Histoire. Sur la fin, elle m’a paru interminable.C'est aussi une histoire sur les illusions passées, que le réalisateur filme sur tous les tons, en conservant toujours le cap de la dérision. Ce qui peut sauver l’homme,et un film à voir et à revoir , tant il est riche de sens .

User Rating: Be the first one !
This Must Be the Place (DVD) de Paolo Sorrentino
Date de sortie du DVD : 28 February 2012
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Studio : ARP Sélection
Duree : 115 minutes

PRIX : EUR 9,99 (Prix de depart : EUR 9,99)

Voir aussi

« Korczak » de Andrzej Wajda. Critique dvd

Dans le ghetto de Varsovie un médecin tentera de sauver 200 enfants de la déportation

Laisser un commentaire