Accueil » A la une » « Snowden » d’Oliver Stone. Critique cinéma

« Snowden » d’Oliver Stone. Critique cinéma

Synopsis: Patriote idéaliste et enthousiaste, le jeune Snowden réalise son rêve quand il rejoint les équipes de la CIA puis de la NSA. Il découvre au cœur des Services de Renseignements américains l'ampleur insoupçonnée de la cyber-surveillance. Choqué par cette intrusion systématique dans nos vies privées, Edward Snowden rassemble des preuves et les divulgue. Lanceur d'alerte, il sacrifie ainsi sa liberté et sa vie privée. En juin 2013, deux journalistes le rencontrent à Hong Kong. Une course contre la montre s'engage pour analyser les preuves de Snowden avant leur publication. Les révélations qui suivent sont au cœur du plus grand scandale d'espionnage de l'histoire des États-Unis.

La fiche du film

Le film : "Snowden"
De : Oliver Stone
Avec : Joseph Gordon-Levitt, Shailene Woodley
Sortie le : 01/11/2016
Distribution : Pathé Distribution
Durée : 135 Minutes
Genre : Thriller, Biopic
Type : Long-métrage
Le film

Son histoire passionnante est d’un courage exemplaire. Oliver Stone la rend palpitante, hommage à ce pionnier des lanceurs d’alerte qui pour nous mettre en garde des agissements plus ou moins obscurs des puissants, risquent tout simplement leur vie.

Edward Snowden est toujours de ce monde, retenu bien malgré lui en Union Soviétique avec un visa de trois ans. S’il quitte le pays, les USA demanderont son extradition aux dirigeants de sa nouvelle terre d’accueil.

Le jeune informaticien connaissait les risques qu’il encourait en confiant à des journalistes britanniques la preuve que les Etats-Unis collectaient des montagnes de données et observaient toutes les formes de télécommunications à un niveau planétaire.

En totale violation de la Constitution américaine, ce que Snowden n’imaginait pas un instant. Fervent défenseur de la bannière étoilée, le jeune homme veut se battre pour son pays quand une double fracture aux jambes l’écarte à tout jamais de la vie militaire.

Le petit génie explique à ses collègues, tout aussi doués, la manière de procéder sur son nouveau logiciel...
Le petit génie explique à ses collègues, tout aussi doués, la manière de procéder sur son nouveau logiciel…

Un clin d’œil à Stanley Kubrick pour son « Full Metal Jacket » et ses propres obsessions anti-militaristes, Oliver Stone balise le discours qu’il se prépare à nous servir sur la grandeur et les servitudes des Etats-Unis. Un pays qui n’abandonne pas les patriotes de la trempe de Snowden intégré du bout des lèvres au cœur de la prestigieuse CIA. La compagnie manque de bras, et surtout de cerveaux, la sélection est moins sévère, lui fait-on comprendre.

Et le réalisateur aussi qui manie le verbe et la technique de manière tout aussi péremptoire. Pour quelques mouvements amples et somptueux de caméra buissonnière, il affûte une mise en scène au plus près de ses personnages. Edward Snowden (Joseph Gordon-Levitt, excellent) grandit devant le spectateur dans ce monde interlope où la manipulation et le secret rivalisent d’ingéniosité.

Il en fait désormais partie, et bien souvent il en est l’un des principaux acteurs. Son éthique, sa conscience, sont mises à rude épreuve. Désillusion totale pour cet idéaliste confronté à un métier qui lui interdit peu à peu une véritable intimité . Sa compagne accepte beaucoup de silences, et de non-dits, mais la corde se tend de plus en plus entre les sentiments et les secrets qu’il lui faut préserver.

Un vrai rôle pour Shailene Woodley (Mme Snowden a depuis rejoint son époux en Russie) qui insuffle une autre respiration à ce film tourneboulé entre thriller politique et drame social, par un fond documentaire sur les agissements de ce Big Brother à grande échelle. Oliver Stone relaie adroitement l’alerte de Snowden, même si dans les appels des uns et des autres il est entendu qu’il sera difficile d’inverser la courbe de l’espionnage.

Les premières tractations entre les journalistes détenteurs des révélations et leur rédaction en chef attestent des difficultés qui nous attendent. Des scènes assez fortes relayées par Tom Wilkinson qui lui aussi porte réellement un costume à sa mesure. Dans le camp adverse, les mentors ne manquent pas non plus de persuasion. Le face à face par écrans interposés entre Snowden et Corbin, l’un de ses instructeurs (Rhys Ifans, superbe) est tout simplement du grand art. Pour ce qu’il nous dit et nous donne à voir. C’est la magie du cinéma.

Son histoire passionnante est d’un courage exemplaire. Oliver Stone la rend palpitante, hommage à ce pionnier des lanceurs d’alerte qui pour nous mettre en garde des agissements plus ou moins obscurs des puissants, risquent tout simplement leur vie. Edward Snowden est toujours de ce monde, retenu bien malgré lui en Union Soviétique avec un visa de trois ans. S’il quitte le pays, les USA demanderont son extradition aux dirigeants de sa nouvelle terre d’accueil. Le jeune informaticien connaissait les risques qu’il encourait en confiant à des journalistes britanniques la preuve que les Etats-Unis collectaient des montagnes de données et observaient…
Le film

  C’est un film politique, social, engagé, mais sans la fureur d’un militantisme borné. Oliver Stone a visiblement beaucoup de plaisir à se retrouver derrière cette caméra qui observe, preuves à l’appui, la façon dont les grands chahutent notre monde. Il le fait avec l’assurance d’une histoire vraie, bouleversante et courageuse, celle d’Edward Snowden qui en pillant des données des services secrets américains, pour lesquels il travaillait, a bouleversé les relations du monde entier, bien au-delà d’une diplomatie qui n’avait plus de mots pour atténuer la portée de ses révélations. Oliver Stone a su trouver un ton à la fois sérieux et populaire pour donner à son film les codes d’un thriller dramatique, sans évacuer les données techniques à la base de l’activité quotidienne de son héros. Ça fonctionne très bien (il se permet parfois quelques coups de caméra grandiloquents) avec un casting impeccable lui aussi. C’est vertigineux, instructif, passionnant.

User Rating: 4.35 ( 1 votes)

Voir aussi

« Live by night » de Ben Affleck. Critique cinéma

A trop piétiner l'empreinte de ses aînés, ça fait mal

Un commentaire

  1. Etrangement dérangeant ce film : dire que c’est la réalité, c’est comme dire que Trump sera élu!!!
    Commentaire de ce matin du 9 novembre 2016

Laisser un commentaire