Accueil » A la une » « Le Dictateur » de et avec Charlie Chaplin. Critique blu-ray

« Le Dictateur » de et avec Charlie Chaplin. Critique blu-ray

  • Le meilleur dvd Septembre 2020
  • Sortie : 22 septembre 2020
    ActeursCharles Chaplin, Jack Oakie, Paulette Goddard, Charles Chaplin, Jack Oakie
  • FormatNoir et blanc
  • Sous-titres : Français
  • Studio  : Potemkine Films

L’histoire : À son retour de la guerre de 1914-1918, un petit barbier juif a perdu la mémoire. Après des années d’hôpital, il retrouve sa boutique dans le ghetto. Mais il découvre un monde en proie à la folie. Un dictateur hystérique, Adenoïd Hynkel, son parfait sosie, sème la terreur dans le pays. Avec l’aide de sa compagne Hannah, le barbier résiste aux SS.

Soixante-quinze ans après la sortie de ce film, juste à la fin de la seconde guerre mondiale, il est étonnant de le retrouver intact et sans rature. En livrer une nouvelle critique parait tout aussi incongru.

Plusieurs scènes cultes sont désormais inscrites au panthéon du septième art dans un registre où la pantomime a rarement été égalée. Pour l’interprétation d’un héros double face qui du barbier juif au dictateur nazi incarne l’art de la critique dans toute sa splendeur. Une quasi-suprématie de la caricature.

Charlie Chaplin, brillantissime dans ses deux rôles antinomiques qui pourtant ne font qu’un, adoucit sa diatribe d’une mise en scène où le grotesque est suffisant, et le ridicule, très marrant.

Ce qui permet de sourire un peu devant la cruauté de ce bas monde que le réalisateur révèle dans des séquences éloquentes, devenues mythiques.

«  Si on travaille beaucoup et que l’on ne mange pas trop, on pourra économiser » dit l’amie du barbier devant sa boutique détruite par les habitants qui le coursaient.

Il faut toujours se méfier des bouffons. Ils dirigent toujours le monde

La grimace fait place à la mimique, au rire en sourdine qui revient à nouveau flamboyant devant la farce et le comique final. Hynkel charlatan jonglant avec son globe terrestre, Hynkel inquiétant, dans son discours . Et Chaplin, énorme dans sa posture dictatoriale qui là encore joue du trémolo pour ne pas donner le frisson.

Mais l’intention est là, la résolution parfaite. Un film engagé, parfaitement engagé.

  • D’autres formes de dictatures, avec ses dictateurs :

« Secret People » de Thorold Dickinson – « Companeros » de Alvaro Brechner- « The Spy gone north » de  Yoon Jong-bin. – « Sono Tornato » de Lucas Miniero. –  » Le Président » de Mohsen Makhmalbaf – « La Danza de la Realidad » de Alejandro Jodorowsky –  » Mussolini-Hitler L’Opéra des Assasins  » de Jean-Christophe Rosé – « The Dictator » de Larry Charles . – « The lady » de Luc Besson . –To Be or Not to Be  (Jeux dangereux ) » de Ernst Lubitsch . –  » Une exécution ordinaire » de Marc Dugain . –« Danton » de Andrzej Wajda- 

Le meilleur dvd Septembre 2020 Sortie : 22 septembre 2020 Acteurs : Charles Chaplin, Jack Oakie, Paulette Goddard, Charles Chaplin, Jack Oakie Format : Noir et blanc Sous-titres : Français Studio  : Potemkine Films L'histoire : À son retour de la guerre de 1914-1918, un petit barbier juif a perdu la mémoire. Après des années d’hôpital, il retrouve sa boutique dans le ghetto. Mais il découvre un monde en proie à la folie. Un dictateur hystérique, Adenoïd Hynkel, son parfait sosie, sème la terreur dans le pays. Avec l’aide de sa compagne Hannah, le barbier résiste aux SS. Soixante-quinze ans après la sortie…
Le film

Diatribe contre le racisme , la xénophobie, les dictatures , plaidoyer pacifique, le tout sous le couvert d’une fantaisie qui grimace aux entournures. Plusieurs scènes cultes sont désormais inscrites au panthéon du septième art dans un registre où la pantomime a rarement été égalée. Pour l’interprétation d’un héros double face qui du barbier juif au dictateur nazi incarne l’art de la critique dans toute sa splendeur. Charlie Chaplin, brillantissime dans ses deux rôles antinomiques qui pourtant ne font qu’un, adoucit sa charge d’une mise en scène où le grotesque est suffisant, et le ridicule, très marrant. Un film engagé, parfaitement engagé.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Je voulais me cacher » de Giorgio Diritti. Viva il cinema

Le destin incroyable et vrai d'Antonio Ligabue, l'un des maîtres de la peinture naïve aux côtés du Douanier Rousseau et Séraphine de Senlis. Viva il cinema

Laisser un commentaire