Accueil » Comédies » « 2 days in New-York » de Julie Delpy. Critique Cinéma

« 2 days in New-York » de Julie Delpy. Critique Cinéma

Synopsis: Marion vit avec Mingus un journaliste de radio, et leurs deux enfants qu'ils ont eus de relations antérieurest.Ils sont très amoureux.Son père, sa soeur et son petit ami (qui est en fait l'ex de Marion et qui n'était pas prévu du tout) débarquent à New York pour le vernissage. Le choc des cultures...

La fiche du film

Le film : "2 Days In New York"
De : Julie Delpy
Avec : Julie Delpy, Chris Rock
Sortie le : 28/03/2012
Distribution : Rezo Films
Durée : 95 Minutes
Genre : Comédie
Type : Long-métrage
Le film

Famille, je vous hais. La cape de tonton Woody,  mais pas le masque . Julie Delpy  avance à visage découvert, pour régler semble-t-il quelques comptes avec la France, quand débarquent son papa,  sa sœur et  son copain (qui fut son ex) dans son appartement new-yorkais.

Mingus, (impeccable Chris Rock ) son nouveau boy friend est aux anges, mais il  déchante très vite devant l’invasion excentrique de cette descendance dégénérée qui s’installe comme en pays conquis. Je vous passe tous les avatars révélés par la caméra (cris, disputes, fous rires…), pour ne retenir que quelques scènes mémorables, qui ont beaucoup fait rire la salle. A l’image du premier repas en commun …

Personnellement je me suis rarement esclaffé, mais parfois j’ai souri à ce déballage névrotique qui oppose les deux sœurs depuis leur plus tendre enfance et qui trouve alors à l’âge «  adulte » un exutoire de première comédie. Beaucoup plus intéressante que son précédent essai  » Le skylab« 

Attention, ça débarque, et ce n’est que le début

Du même tonneau, un face à face entre le papi et le gendre, donne le ton des confrontations incessantes de ce film monté sur ressorts,rythmé par la barrière de la langue et l’incivilité de nos petits frenchies. Une famille décomplexée, qui fout le bazar, partout où elle passe.

J’avoue que le copain de la soeurette (Alexandre Nahon  , parfait) est une vraie tête à claques, comme on en connaît pas mal .Elle-même ,dans la peau de Alexia Landeau, en psychologue pour enfants, en mériterait quelques unes.

Le papa, Albert Delpy  bien évidemment, a la truculence franchouillarde ,un poil poussée  à l’extrême. Mais c’est une  volonté nettement affichée par la réalisatrice, tout au long de ce film frappadingue.Et sous le fond de vérité qu’elle tapisse avec le sourire, la franco-américaine nous parle en fait je crois  de quelques illusions perdues. Les siennes, les nôtres, allez savoir, mais la question ainsi posée, donne encore plus de saveur à un film aussi  farfelu, que  salvateur.

Famille, je vous hais. La cape de tonton Woody,  mais pas le masque . Julie Delpy  avance à visage découvert, pour régler semble-t-il quelques comptes avec la France, quand débarquent son papa,  sa sœur et  son copain (qui fut son ex) dans son appartement new-yorkais. Mingus, (impeccable Chris Rock ) son nouveau boy friend est aux anges, mais il  déchante très vite devant l’invasion excentrique de cette descendance dégénérée qui s’installe comme en pays conquis. Je vous passe tous les avatars révélés par la caméra (cris, disputes, fous rires…), pour ne retenir que quelques scènes mémorables, qui ont beaucoup fait…

Review Overview

Le film

A ce rythme là on se dit qu’elle ne va pas tenir. Et pourtant si. De situations délirantes en confrontations grotesques, tout fonctionne dans la névrose d’une caméra vraiment inspirée, par sa comédienne-réalisatrice Julie Delpy. Le reste de l'affiche est sur le même tempo, et l'ombre de Woody Allen s'y profile...

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« L’Atelier » de Laurent Cantet. Critique cinéma

L’écriture libératoire au cœur d’un second procédé créatif, le cinéma. Laurent Cantet et Robin Campillo …

Laisser un commentaire