Accueil » Comédies dramatique » « Le Skylab » de Julie Delpy. Critique Cinéma

« Le Skylab » de Julie Delpy. Critique Cinéma

Synopsis: Juillet 1979, pendant les vacances d’été dans une maison en Bretagne. A l’occasion de l’anniversaire de la grand-mère, oncles, tantes, cousins et cousines sont réunis le temps d’un week-end animé.

La fiche du film

Le film : "Le Skylab"
De : Julie Delpy
Avec : Lou Alvarez, Julie Delpy
Sortie le : 05/10/2011
Distribution : Mars Distribution
Durée : 113 Minutes
Genre : Comédie
Type : Long-métrage
Le film

Un repas anniversaire familiale.Le titre n’est pas très bon et le péché de gourmandise, fatal à la tablée familiale. Rassasié, gavé, enivré, le spectateur l’est tout autant. Le pousse-café parait inutile (on a plutôt bien mangé et les souvenirs ont de quoi tenir une bonne semaine)  mais Julie Delpy, repasse les plats, histoire de bien faire comprendre que le beau frère ne s’est toujours par remis de sa guerre d’Algérie, et que, ce qui  picotent les enfants ce n’est pas forcément de l’acné juvénile.

Trop, c’est trop ! Jusqu’à la séquence de la boum, j’avais souvent souri et rigolé à cette évocation judicieuse d’un passé où la nostalgie ne serait que le faire-valoir d’une époque. Foin du passéisme sépia et des regrets éternels, cette époque est  bien vivante au cœur de cette famille réunie pour l’anniversaire de la maman qui en Bernadette Lafont trouve une super-mamie.

photo-Le-Skylab-2011-6

A l’image de cette grand-mère débonnaire, la réalisatrice nous convie à partager les agapes, et les discussions de toute la fratrie qu’elle nous présente tour à tour avec un sens peu commun de la litote. Un sens de l’observation qu’il faut pouvoir capter pour en saisir toutes les nuances. A plusieurs reprises je me suis surpris à découvrir dans une même scène, quantité d’informations anodines ou secondaires, savoureuses et bienvenues.

Un petit éclat de lumière , un clin d’œil, et nous voici familiers des cousins de la capitale (Eric Elmosnino , qui joue comme à la maison ) , attentif à l’oncle défaillant qu’interprète si bien Albert Delpy, ou bien subjugué par les trouvailles des gamins , et leurs bêtises naturelles. Je ne citerai que Léo Michel-Freundlich , en petit Robert déluré, mais l’ensemble de la compagnie donne plaisir à voir et à entendre, tant les dialogues ont parfois des réparties aussi réalistes qu’inattendues.

Du vécu, coco

La journée s’annonçait donc belle,jusqu’au soir tombé, quand il aurait mieux fallu se quitter, en se promettant de se revoir très prochainement. Mais Delpy s’est accrochée à ses souvenirs, a ressassé quelques idées, plutôt noires, et tourné de plus en plus rond. Le tournis, le vertige, l’ennui ….

Quelques temps plus tard avec  » 2 days in New York » la réalisatrice remettra les choses à leur place.

Un repas anniversaire familiale.Le titre n’est pas très bon et le péché de gourmandise, fatal à la tablée familiale. Rassasié, gavé, enivré, le spectateur l’est tout autant. Le pousse-café parait inutile (on a plutôt bien mangé et les souvenirs ont de quoi tenir une bonne semaine)  mais Julie Delpy, repasse les plats, histoire de bien faire comprendre que le beau frère ne s’est toujours par remis de sa guerre d’Algérie, et que, ce qui  picotent les enfants ce n’est pas forcément de l’acné juvénile. Trop, c’est trop ! Jusqu’à la séquence de la boum, j’avais souvent souri et rigolé à cette…

Review Overview

Le film

En tirant trop sur la corde qu'elle avait jusque là joliment tissée, Julie Delpy en vient à tourner en rond , dans des images de plus en plus chargées. Dommage la première heure est un petit bonheur ...

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Margaret » de Rebecca Daly. Critique dvd

Il est difficile de croire à une telle histoire et la remontée des eaux dans …

Laisser un commentaire