Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « L’armée du crime » de Robert Guédiguian . Critique DVD

« L’armée du crime » de Robert Guédiguian . Critique DVD

Aragon repris par Ferré , a chanté le combat des hommes de Manouchian pour chasser les nazis de France . Guédiguian y ajoute un couplet à la fois personnel et universel . Le cinéaste devient pédagogue .

La fiche du Disque

Le film : "L'armée du crime"
De : Robert Guediguian
Avec : Simon Abkarian, Virginie Ledoyen
Sortie le : 19 janvier 2010
Durée : 133 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de Disque : 1
Le film
Les bonus

Arménien par son père, allemand par sa mère, Robert Guédiguian savait qu’un jour il aborderait l’histoire de sa famille , liée à la grande Histoire . Mais c’était tellement personnel , dit-il  , qu’il lui fallait toutes ces années d’autres films , avant d’évoquer ce thème  si peu familier à son environnement cinématographique .

L’auteur de «  Marius et Jeannette» et Le Promeneur du champ de Mars est un observateur attentif de ses contemporains . Un portraitiste . Il est passé maître à bord de l’Estaque, ce quartier marseillais aujourd’hui connu dans le monde entier par la grâce de sa caméra.

Guédiguian est ainsi porteur d’un cinéma populaire dont la verve  se retrouve ici au cœur d’une population ballottée par de tragiques événements : la traque des résistants dans Paris .

Mais à trop s’attacher à ses personnages , Robert Guédiguian peine à aborder le grand sujet de ce film : le combat clandestin de la bande à Manouchian , pendant la seconde guerre mondiale. Ouvrier et poète , l’homme fédère de jeunes juifs résistants ,des Hongrois, Polonais, Roumains, Espagnols, Italiens, et Arméniens, qui sans relâche harcèlent les nazis et les collaborateurs . Les dénonciations, les chantages, les  tortures, auront raison de leur courage.
Avant d’être fusillés, ces résistants émigrés  sont présentés comme les soldats de  l’Armée du crime , devant des journalistes français complaisants à l’égard de l’occupant.

Le film trouve dans cette scène très marquante, son véritable visage , celui qui se détache de la relation des faits pour en donner une interprétation personnelle , et faire passer le souffle de l’Histoire qui jusque là faisait défaut . Il n’est pas question de renier cette page importante  de la seconde guerre mondiale et en parler, en parler encore et encore demeure une nécessité.

Mais j’aurais imaginé un Guédiguian plus inspiré par le récit , plus créatif dans la mise en scène , peut-être à la façon de Ken Loach qui sorti de son pré carré ( la situation sociale de l’Angleterre )  a réussi un film magnifique sur la guerre en Irlande en 1920 «  Le vent se lève » . En restant à distance , avec un respect qui confine à de la frilosité,Robert Guédiguian est ici plus pédagogue que cinéaste.

L’un et l’autre se retrouvant dans une interprétation appliquée de jeunes comédiens (  Robinson Stévenin, ou Grégoire Leprince-Ringuet ) , la liberté de ton seyant plus aux vieux lascars de la bande à Guédiguian , façon Ariane Ascaride , et surtout Jean-Pierre Darroussin , que l’on découvre dans le rôle d’un gentil salopard , contre emploi parfaitement assumé. Enfin excellentissimes,  Simon Abkarian, et Virginie Ledoyen , le couple Manouchian , donne ici toute la mesure de ces hommes et de ces femmes qui luttèrent sans compter leur peine pour que nous puissions aujourd’hui exister .

Le cinéaste a fait confiance à la jeune garde du cinéma français : Léopold Szabatura ,Lola Naymark , Robinson Stévenin ,Adrien Jolivet ( dans le rôle de Krasucki)

LES BONUS

Le plus émouvant est peut-être, au moment de la préparation du film la rencontre de tous ces comédiens, jeunes ou moins jeunes, avec Henri Karayan , l’un des membres de la bande à Manouchian qui échappera à la traque . On voit Robinson Stévenin et Virginie Ledoyen  très attentifs, Leprince-Ringuet avide de renseignements . «  Ils ont aussi gagné la bataille contre la torture » résume-t-il en expliquant ce que fut leur combat «  car par un d’entre eux n’a parlé. Ceux qui ont parlé étaient des traîtres » .

Et de s’inquiéter de qui fera quoi dans le film. Au fil des réponses ,  Henri Karayan reprend alors le rôle de ses anciens compagnons de clandestinité . Comme s’il venait à peine de les quitter .

La version Blu-ray propose également un long entretien  avec le réalisateur où il évoque notamment son rapport personnel avec la vie de Manouchian , et le choix de son casting . Robert Guédiguian revient aussi  sur la notion de  naturalisme dont on qualifie le plus souvent ses films, «  L’armée du crime » échappant à la règle .

  • Interview de Virginie Ledoyen et Simon Abkarian
Arménien par son père, allemand par sa mère, Robert Guédiguian savait qu’un jour il aborderait l’histoire de sa famille , liée à la grande Histoire . Mais c’était tellement personnel , dit-il  , qu’il lui fallait toutes ces années d’autres films , avant d’évoquer ce thème  si peu familier à son environnement cinématographique . L’auteur de «  Marius et Jeannette» et Le Promeneur du champ de Mars est un observateur attentif de ses contemporains . Un portraitiste . Il est passé maître à bord de l’Estaque, ce quartier marseillais aujourd’hui connu dans le monde entier par la grâce de sa…

Review Overview

Le film
Les bonus

User Rating: Be the first one !
L'armée du crime (DVD) de Robert Guédiguian
Date de sortie du DVD : 19 January 2010
Format : Couleur, PAL
Studio : Universal Studio Canal Video
Duree : 133 minutes

PRIX : EUR 12,99 (Prix de depart : EUR 10,02)

Voir aussi

« Korczak » de Andrzej Wajda. Critique dvd

Dans le ghetto de Varsovie un médecin tentera de sauver 200 enfants de la déportation

8 Commentaires

  1. effectivement on peut le voir comme ça , mais ça demeure quand même indispensable à rappeler à toutes les générations présentes et à venir

  2. je n’ai jamais dis le contraire, bien … au contraire . Dans la mesure où on n’en fait pas n’importe quoi ( ce qui n’est pas le cas ) il faut que ce genre de film existe encore et encore. Ici Guédiguian est plutôt classique dans son approche , mais j’aime beaucoup aussi  » La vie est belle  » qui en a choqué plus d’un , sur son son traitement à la fois historique et cinématographique . Pas moi, ça fait avancer le débat !

  3. Mais Guédiguian reste Guédiguian, peuchère
    Marcel

Laisser un commentaire