Accueil » A la une » « Ferré non-stop » critique dvd

« Ferré non-stop » critique dvd

Synopsis: Pour la première fois, l'essentiel des prestations de Léo Ferré à la télévision et à la radio est rassemblé dans une anthologie de 6 heures. On y retrouve sur 2 DVD ses premiers succès (Mon Sébasto, Paris canaille…), ses grands tubes (Jolie môme, Pépée, Avec le temps…), mais aussi sur le CD des chansons rares (La Pipe, Paris-Taxi…).

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Ferré Non-Stop [DVD + CD] [DVD + CD]"
De :
Avec : Léo Ferré, Ivris Gitlis, Coluche, Jean-René Caussimon
Sortie le : 06 novemb 2018
Distribution : INA
Durée : 360 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 3
Le coffret
Les bonus

Ce coffret est dans la sélection de Noël

J’aime bien le titre : « Ferré non-stop ». Comme un pléonasme. Pouvait-on l’arrêter un jour cet artiste multiforme qui devenu pop star n’en finissait pas de crier l’anarchie. Il le rappelle à Bobino sous sa crinière de neige et tout de noir vêtu.

Paul Castanier, le  fidèle à ses côtés  (« y’a Popaul qui me traîne… ») sur les touches d’un clavier que l’artiste se surprend à caresser. Des images étonnantes, costume gris, croisé, fines lunettes pour danser « Le flamenco ».

La posture est sans excès et le sera de moins en moins au fil des récitals et des plateaux TV. A l’image de cette rencontre avec Jean-René Caussimon en 1961 pour évoquer leur collaboration . Il chante « Comme à Ostende »  dans un décor ad-hoc. Un peu plus tard c’est l’actrice Anne-Marie Carrière qui l’interview sur scène où Ferré fustige gentiment « les gens qui nous empêchent de travailler, les directeurs, les imprésarios, qui se mettent entre nous et le public, ces gens-là il faut les supprimer ».

Car « les temps sont difficiles » poursuit-il en épiçant de plus en plus ses chansons de piques sociales, d’allusions politicardes ou de commentaires militants.

« En Indochin’ c’est bien fini-En Indochin’ ça refleurit-Quand l’Indochin’ c’est terminé-Où c’est-t-y qu’on pourrait s’tailler-Les temps sont difficiles… »

Ce n’est déjà plus le Ferré-non-stop, mais le Ferré total qui déboule entre gouaille et lyrique, poésie et tendresse auprès de Glaser qui le confesse . Plus retenu peut-être avec « la grande duduche » (*) totalement hébétée face à cet Ocni ( objet chantant non identifié ) que Drucker attrape au vol pour une rencontre avec Coluche, assez marrante.

C’est tout Ferré qui s’expose et implose, merveilleusement habité par son chant et le cri qu’il sous-tend. Entendre et voir « La solitude », seul au piano, une version magnfique, rare peut-être, à une époque où l’artiste goûte au bonheur de la vie. « La vie d’artiste » des années Barclay  ( dvd 1 ) a droit à une seconde version, sautillante aux accents d’Aznavour. Avec Léo, tout est possible.

(*) Le surnom donné à Danièle Gilbert alors animatrice télévisée.

LE COFFRET

  • DVD 1 : Premier période (1956-1976)
    Durée : 2h10
    Complément : Concert à Bobino (1970) : 27 min.

Quelques titres seulement, mais rien que la manière de se planter devant le micro pour dire « Thank You Satan » et dans la foulée « Ni Dieu, ni Maître », cette pièce musicale vaut son pesant d’or.

« T’avais les mains comme des raquettes, Pépée… »
  • DVD 2 Deuxième période (1974-1987)
    Durée : 1h50
    Complément : « À bout portant » réalisé par Roger Sciandra (1971) : 50 min. Ce très beau documentaire filmé à l’occasion de sa tournée en Belgique de 1971 nous révèle un Ferré assez surprenant dans l’approche de son métier et de sa relation avec son public. Il évoque la censure, la poésie et se félicite en découvrant une scène qu’aucun journaliste ne pointe le nez. « Je n’en vois plus, ils sont méchants ».

Il s’apprête à répéter « mais ça m’emmerde, j’ai assez de mémoire comme ça ». Puis l’attente dans une salle qui lui sert de loge (toilette en directe) et l’attente derrière le rideau.

Trois ans après 1968, dit-il encore « une porte s’est ouverte pour un jeune public qui vient maintenant me voir… ».

  • CD : Passages radio 1955 – 1962. Une programmation assez inégale due principalement à la qualité du son qui n’a rien d’homogène.
    LIVRET : Préface de Clémentine Deroudille, photos, sommaire détaillé, 16 pages. Pour en savoir encore plus et c’est toujours bon à prendre.

Prix public conseillé du coffret : 24,95 €

Ce coffret est dans la sélection de Noël J’aime bien le titre : « Ferré non-stop ». Comme un pléonasme. Pouvait-on l’arrêter un jour cet artiste multiforme qui devenu pop star n’en finissait pas de crier l’anarchie. Il le rappelle à Bobino sous sa crinière de neige et tout de noir vêtu. Paul Castanier, le  fidèle à ses côtés  (« y’a Popaul qui me traîne… ») sur les touches d’un clavier que l’artiste se surprend à caresser. Des images étonnantes, costume gris, croisé, fines lunettes pour danser « Le flamenco ». La posture est sans excès et le sera de moins en moins au fil des récitals…
Le coffret
Les bonus

Chansonnier, poète, anar, bête de scène, artiste à fleur de peau, tout l’artiste se retrouve dans ce coffret d’anthologie autour de ses prestations télévisées : la quasi-totalité de ses interprétations avec plus de 70 chansons, des interviews, un extrait de 15’ du concert à Bobino de 1970 et un très beau documentaire filmé à l’occasion de sa tournée en Belgique de 1971.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Rebelles » de Allan Mauduit. Critique cinéma-dvd

Trois comédiennes s'entendent comme larrons en foire pour bousculer les codes et les genres, et ça marche !

Laisser un commentaire