Accueil » A la une » « La route des Indes »de David Lean. DVD.Critique

« La route des Indes »de David Lean. DVD.Critique

Synopsis: En 1920, Miss Adela Quested part épouser en Inde un jeune magistrat. Fuyant le nationalisme étroit et l'arrogance de la colonie anglaise, elle part à la découverte de l'Inde profonde. Un jeune médecin indien va bouleverser ce parcours.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "La Route des Indes"
De : David Lean
Avec : Peggy Ashcroft, Judy Davis, James Fox, Victor Banerjee, Alec Guinness
Sortie le : 04 décemb 2013
Distribution : Carlotta Films
Durée : 157 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Le bonus

Le genre de film que j’aime, et que je ne retrouve plus dans les grandes productions qui font de l’effet, sans en venir aux faits. Parler de l’Histoire du monde, à travers le cas personnel de deux ou trois protagonistes, qui par l’enchantement d’un scénario bien ficelé, englobent toutes les données d’une situation.

« La route des Indes » est un film de cet acabit, superbe fresque historique et romance malmenée.

Ici, l’Inde coloniale au début du XX ème siècle : deux anglaises se rendent sur place, Mme Moore ( Peggy Ashcroft ) pour voir son fils, fiancé à Adela ( Judy Davis) . Une fois le bonheur des retrouvailles passé, l’une comme l’autre s’aventurent dans  un pays qu’elles n’avaient pas forcément imaginé de la sorte.

Surtout que l’incarnation  même de la domination britannique n’est autre que le fils de Mme Moore, un juge imbu de son pouvoir et de son autorité (Nigel Havers ). Les rapports qui se tendent, au fur et à mesure que les deux femmes découvrent la situation, s’appuient sur la confrontation entre l’Orient et l’Occident. David Lean la rapporte de manière assez romanesque.

route-des-indes-1984-10-g

Le paysage est sublime, les décors exotiques. Les britanniques s’y fondent avec un plaisir affiché au grand dam de la population qui ronge son frein face à  leur morgue et leur stupidité. Elle ne se gêne pas pour manifester son hostilité, d’abord joyeusement, puis beaucoup plus menaçant le jour où un fait divers dramatique se transforme en grave incident diplomatique.

C’est à la justice que revient le soin de régler le litige, vraiment épineux, qui exacerbe les rapports entre les deux communautés. Mais c’est aussi pour David Lean l’occasion de dresser un bel état des lieux de l’époque colonialiste, qui laisse l’Inde sous le boisseau et l’exploitant profiter le plus naturellement des richesses du pays. Il fait de Mme Moore son porte-parole, qui voit le fossé se creuser et causer la perte d’une nation.

Elle y voit une supériorité dérangeante. C’est tout le sel d’une mise en scène, que quelques touches de folklore touristique adoucissent sans occulter la profonde réalité.

  •  « L’Inde ténébreuse » (33 mn). A travers la filmographie de Lean (des romances genre « Madeleine » aux super-productions), Pierre Berthomieu, historien du cinéma resitue bien une carrière qui avec «  Le docteur Jivago » montre ses faiblesses. «  Le grand film spectaculaire, lyrique et romantique qu’il faisait est en voie de disparition ».

route-des-indes-1984-18-g

Le romancier ne voulait pas d’adaptation de son livre, il protégeait ses droits.L’entourage de Lean n’y croit pas beaucoup, «  c’est un film de vieux ».  Une gestation difficile, un tournage accidenté, un résultat admirable … dit Berthomieu qui parle ensuite longuement du réalisateur.« Lean ne communique pas vraiment avec ses comédiens, il n’assume pas la direction d’acteurs, plus un technicien. Les rapports sont difficiles sur le plateau ».

Le genre de film que j’aime, et que je ne retrouve plus dans les grandes productions qui font de l’effet, sans en venir aux faits. Parler de l’Histoire du monde, à travers le cas personnel de deux ou trois protagonistes, qui par l’enchantement d’un scénario bien ficelé, englobent toutes les données d’une situation. « La route des Indes » est un film de cet acabit, superbe fresque historique et romance malmenée. Ici, l’Inde coloniale au début du XX ème siècle : deux anglaises se rendent sur place, Mme Moore ( Peggy Ashcroft ) pour voir son fils, fiancé à Adela ( Judy Davis) .…

Review Overview

Le film
Le bonus

Sans tourner autour des superproductions dont il était coutumier, David Lean donne encore à voir un grand spectacle au milieu d’un film qui fourmille d’idées sur les méfaits du colonialisme. L’histoire de ces deux femmes anglaises découvrant le pays que maltraitent leurs concitoyens est joliment mené par une caméra qui aime visiblement les décors environnants. Un incident viendra perturber ce bel ordonnancement et Lean s’en empare une fois encore avec une gourmandise communicative.

Avis bonus Un historien du cinéma évoque Lean, puis le film avec beaucoup de passion. Instructif.

User Rating: Be the first one !
La Route des Indes (DVD) de David Lean
Date de sortie du DVD : 4 December 2013
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Studio : Carlotta Films
Duree : 157 minutes

PRIX : EUR 9,30 (Prix de depart : EUR 9,30)

Voir aussi

« Goto, l’île d’amour » de Walerian Borowczyk. Critique dvd

Un coffret, une rétrospective à Beaubourg, il en a de la chance !