Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « La vie des autres » de Florian Henckel Von Donnersmarck . Critique dvd

« La vie des autres » de Florian Henckel Von Donnersmarck . Critique dvd

Synopsis: Au début des années 1980, en Allemagne de l'Est, l'auteur à succès Georg Dreyman et sa compagne, l'actrice Christa-Maria Sieland, sont considérés comme faisant partie de l'élite des intellectuels de l'Etat communiste, même si, secrètement, ils n'adhèrent aux idées du parti.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "La Vie des autres"
De : Florian Henckel Von Donnersmarck
Avec : Thomas Thieme, Martina Gedeck
Sortie le : 25 octobre 2007
Distribution : Océan Films
Durée : 137 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film

Un peu à l’image de « Good Bye, Lenin! »,ce film appartient à cette veine créatrice, dont la force et l’originalité résident dans la sourde complicité qui relie la fiction du film à l’histoire contemporaine.

En écho à des murs qui s’écroulent, d’autres pierres s’élèvent . L’espoir qui naît ici – on quitte le film avec le sourire- croule là-bas sous la répression .

Pendant des années, la Stasi a empoisonné, au propre comme au figuré, la vie des allemands de l’Est ; emprisonnés, espionnés, ils ne se confiaient plus à leurs proches . Autour d’un couple particulier, un écrivain et une comédienne Florian Henckel von Donnersmarck évoque cette traque pernicieuse sous les traits d’un policier chargé d’écouter et de surveiller leurs moindres agissements. Au théâtre, dans la rue, chez les amis et dans l’appartement.

Thomas Thieme, et Martina Gedeck, un couple frappé par le pouvoir liberticide
Il y entend des œuvres en gestation, des lectures de textes, et une petite musique pianotée par le romancier… Peu à peu, cet univers, étranger à l’officier d’État, a raison de sa froideur et de son abnégation. Quand le doute vient à s’installer, il sait pertinemment qu’il a perdu la partie.
Après Radu Mihaileanu, qui en1992 évoque sensiblement le même sujet (« Trahir« ), le cinéaste allemand, né à l’Ouest,donne à voir cette facette de l’humanité, sans complaisance ni suffisance.

Comme si l’histoire se retrouve naturellement devant sa caméra, dans une lumière gris-vert pareille à la couleur des uniformes policiers. La mise en scène en devient presque absente, à force d’une évidence qui s’impose au spectateur, médusé, captivé. Une fascination que le jeu des acteurs amplifie subtilement.

Déjà remarqué dans «Amen » de Costa-Gavras dans la peau du Dr Mengele,Ulrich Mühe est remarquable de profondeur et d’intelligence. Son regard est à lui seul le personnage du film.

Le plus dur, c’est la chute, dit-on fréquemment. Ici, elle est magnifique: une phrase ultime, prononcée librement par un héros déchu. Mais devenu un homme.

Un peu à l’image de « Good Bye, Lenin! »,ce film appartient à cette veine créatrice, dont la force et l’originalité résident dans la sourde complicité qui relie la fiction du film à l’histoire contemporaine. En écho à des murs qui s'écroulent, d'autres pierres s'élèvent . L'espoir qui naît ici - on quitte le film avec le sourire- croule là-bas sous la répression . Pendant des années, la Stasi a empoisonné, au propre comme au figuré, la vie des allemands de l'Est ; emprisonnés, espionnés, ils ne se confiaient plus à leurs proches . Autour d'un couple particulier, un écrivain…

Review Overview

Le film

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Dernier amour » de Benoît Jacquot. Critique cinéma-dvd

Je n’ai jamais aussi peu compris un film pourtant très abordable …

Laisser un commentaire