Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Animal Kingdom » de David Michod. Critique DVD

« Animal Kingdom » de David Michod. Critique DVD

Synopsis: Une rue anonyme dans la banlieue de Melbourne. C’est là que vit la famille Cody. Profession : criminels. L’irruption parmi eux de Joshua, un neveu éloigné, offre à la police le moyen de les infiltrer. Il ne reste plus à Joshua qu’à choisir son camp...

La fiche du Disque

Le film : "Animal Kingdom"
De : David Michod
Avec : Guy Pearce , Jacki Weaver
Sortie le : 03 janvier 2012
Distribution : Cecchi Gori
Durée : 109 minutes
Film classé :
Nombre de Disque : 1
Le film
Les bonus

N’en jetez plus la cour est pleine pour ce jeune réalisateur qui signe son premier film et premier scénario. Sur une idée plutôt originale : le vécu d’un adolescent au cœur d’une famille de criminels. Il a dix-sept ans, il s’appelle Joshua, et sa mère vient de mourir.
Il ne connaît pas sa grand-mère , une blonde expansive et mère poule, Smurf Cody . Il ne connaît pas non plus ses trois oncles Pope (Ben Mendelsohn), Darren (Luke Ford) et Craig (Sullivan Stapleton ).
Mais il va désormais devoir cohabiter avec eux, avec leur manière peu conventionnelle de gagner de l’argent et la faible importance qu’ils accordent à la vie humaine.

Doit-il suivre la voie de cette famille maternelle inconnue, ou céder à l’inspecteur Leckie ( jolie rôle pour Guy Pearce ) qui voit en ce nouveau venu l’occasion d’obtenir un témoignage de l’intérieur ? C’est tout l’intérêt de ce film ; sur ce ressort Michod tend et détend à loisirs les nombreuses intrigues, avec un scénario parfaitement ficelé.

On ne sait jamais dans quel camp se situe le héros. « Le film parle d’un enfant qui ne sait pas qui il est, qui ne sait pas comment fonctionne le monde, et qui doit comprendre tout cela dans un environnement terriblement dangereux » prévient le réalisateur.

Pris en tenaille entre une famille qui le trimballe au gré de ses fantaisies et des policiers trop heureux d’avoir ramené dans leur filet un si tendre personnage, Joshua n’a rien demandé à personne.Mais le piège est tendu …

James Frecheville , qui interprète royalement ce jeune homme ( premier rôle au cinéma !) , confère au récit toute sa vitalité et son suspense, avec le paradoxe assumé de l’anti-héros. Taciturne et taiseux, à l’opposé de ses tontons flingueurs dont la personnalité se révèle pleinement au fur et à mesure que la menace policière se fait plus pressante. Mais à mon avis Jacki Weaver ,  la mama, réussit la plus belle des performances, dans le genre plus faux cul que moi tu meurs. Quand elle tombe le masque du sourire à cent sous, il faut mieux ne rien avoir à se reprocher.

Et tout le mérite revient bien évidemment à un metteur en scène qui, patiemment, pose les règles du jeu avec une dextérité diabolique. Son regard est froid, clinique, sans commentaire superflu .Quand le mal est fait, que la violence s’exprime au grand jour, il n’y a plus rien à faire. Elle est autant psychologique que physique. Les deux se conjuguent ? Il n’y a plus qu’à rendre les armes. C’est un trop bon film. Un excellent thriller.

LES SUPPLEMENTS

  • Les coulisses ( 3.20 mn ) Un très court passage entre making of et bêtisier, qui ne nous apprend pas grand chose.
  • « Crossbow » de David Michod ( 12 mn ); Le regard d’un enfant sur les relations amoureuses de ses parents. Des parents qui ne comprendront pas pourquoi il s’apprête à mourir. La démonstration est un peu appuyée , et quasiment vaine. A priori un aparté dans le tournage de  » Animal Kingdom » …
Grand Prix du Jury au festival Sundance 2010 Prix de la Critique Internationale au Festival international du Film Policier de Beaune. Meilleur dvd Janvier 2012 ( 9 ème ) N’en jetez plus la cour est pleine pour ce jeune réalisateur qui signe son premier film et premier scénario. Sur une idée plutôt originale : le vécu d’un adolescent au cœur d’une famille de criminels. Il a dix-sept ans, il s'appelle Joshua, et sa mère vient de mourir. Il ne connaît pas sa grand-mère , une blonde expansive et mère poule, Smurf Cody . Il ne connaît pas non plus ses…

Review Overview

Le film
Les bonus

Après un début tranquille, assez classique le réalisateur pose par petite touches successives et subtiles, les règles d'un jeu qui va s'avérer mortel . Et la violence, autant psychologique que physique , adopte un tempo identique. Sans vous en rendre compte vous voici à votre tour piégé par cette famille aux apparences si sympathiques.

Avis Bonus : Un petit making of et un court métrage sans éclat

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« The Wall » de Doug Liman. Critique cinéma-Bluray

Un huis clos au grand air où l’air vient à manquer, haletant !

5 Commentaires

  1. Plus qu’un polar, c’est un film social: la non loi est ici le seul code à respecter et la mère n’y echappe surtout pas..C’est dramatique d’etre ainsi confronté au desarroi de ce grand ado qui devra abandonner si brutalement les quelques repères sécurisants de sa vie pour s’affirmer .Magistral!

Laisser un commentaire