Accueil » Comédies dramatique » « Tout va bien » de Lisa Cholodenko. Critique cinéma

« Tout va bien » de Lisa Cholodenko. Critique cinéma

Synopsis: Maintenant que Joni a l’âge légal pour accéder à leur dossier à la banque du sperme, son frère et elle décident de retrouver le donneur dont ils sont tous deux issus. Papa-donneur est rapidement séduit par les deux adolescents qui frappent à sa porte.

La fiche du film

Le film : "Tout va bien, The Kids Are All Right"
De : Lisa Cholodenko
Avec : Annette Bening, Julianne Moore
Sortie le : 06/10/2010
Distribution : UGC Ph
Durée : 104 Minutes
Genre : Comédie dramatique
Type : Long-métrage
Le film

Pour combattre (un peu) les préjugés, ce film tombe à point. Qui nous dit que les homos vivent comme les hétéros, et vice versa. Une fois rassuré, et les quelques clichés évacués, le fond de l’affaire se révèle d’une toute autre nature, sous le regard bienveillant de Lisa Cholodenko , qui sait joliment trousser des histoires pas évidentes à raconter.

Un frère et sa sœur décident de contacter leur père biologique, tandis que leurs mamans respectives continuent à vivre ensemble, tout en ignorant la démarche de leur progéniture.

A partir de là, on peut imaginer mille histoires, et celle que choisissent Lisa Cholondenko et son excellent scénariste Stuart Blumberg , est dans sa forme l’une des plus conventionnelles, et dans sa réalisation d’une tranquille assurance.

Le résultat donne une excellente comédie douce-amère (Allen pourrait en prendre de la graine) qui situe le désordre amoureux, chez les adultes comme chez les ados .Une comédie dramatique aussi quand l’ambiguïté des rapports suscitée par l’intrusion d’un homme qui ne demandait rien à personne, vient contrecarrer le bel ordonnancement de cette famille pas comme les autres.

A la délicatesse de l’écriture, s’ajoute celle de l’interprétation.

Julianne Moore , est irréprochable, une fois encore, mais le plus étonnant est peut-être le rôle de décomposition qu’endosse avec une détermination sans faille et une bonhomie désarmante Annette Bening. Peut-être le personnage le plus fouillé de l’histoire, avec celui très distancé de Mark Ruffalo , en papa donneur et aimant jusqu’à ne plus savoir ce qui lui arrive. Car au-delà de la question de la paternité et de l’existence des couples homos, c’est bien une question de racines qui taraude ici tous les intervenants.

Et les enfants, (Mia Wasikowska (Joni),Josh Hutcherson  (Laser) à l’origine du séisme parental, ne sont pas en reste. A peine sortis du monde de l’adolescence ils découvrent que celui qui les attend est aussi imprévu que conformiste. Sous le vernis d’une légèreté affichée dès les premières images Cholondenko  creuse en profondeur quelques idées, reçues ou pas. Du beau travail de cinéma.

Pour combattre (un peu) les préjugés, ce film tombe à point. Qui nous dit que les homos vivent comme les hétéros, et vice versa. Une fois rassuré, et les quelques clichés évacués, le fond de l’affaire se révèle d’une toute autre nature, sous le regard bienveillant de Lisa Cholodenko , qui sait joliment trousser des histoires pas évidentes à raconter. Un frère et sa sœur décident de contacter leur père biologique, tandis que leurs mamans respectives continuent à vivre ensemble, tout en ignorant la démarche de leur progéniture. A partir de là, on peut imaginer mille histoires, et celle que…

Review Overview

Le film

Une histoire un brin casse gueule , et cousue de fil blanc, sur les rapports entre couples homos et leur progéniture.Mais sous l’angle Cholondenko la comédie réussit à aborder le fond du problème , sans nous prendre la tête .

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Girl » de Lukas Dhont. Critique cinéma

 Festival de Cannes 2018. Un certain regard : Caméra d’or et prix d’interprétation Victor Polster …

Laisser un commentaire