Accueil » Les critiques » Tours : « Viva Il cinema » du 02 au 06 Mars 2022

Tours : « Viva Il cinema » du 02 au 06 Mars 2022

Du 2 au 6 mars l’Italie retrouve ses couleurs et son cinéma au festival tourangeau « Viva il cinema ! »

Comme le dit si bien Louis D’Orazio, son directeur artistique, le festival « Viva il cinema ! » relève le défi de la pandémie avec cette 9ème édition qui retrouve un format normal, en salles, et une programmation tout aussi conforme.

Fictions et documentaires, drames et comédies au rendez-vous des nouveaux talents du cinéma italien qui se retrouvent sur la scène tourangelle ouverte aux premiers et seconds longs métrages, pour la compétition.

Plus affirmée, la présence de Cristina Comencini ( photo) exploite le filon si cher au cinéma, qui de l’encre à l’écran ne pouvait cette fois mieux cibler sa personnalité. Romancière, Cristina Comencini adapte souvent ses œuvres au cinéma.

Dans un programme bien fourni,( masterclass, dédicaces, projections* ) elle présente son dernier film « Tornare » . L’histoire d’une journaliste de retour des Etats-Unis. Elle revient à Naples pour les funérailles de son père, un militaire qui travaillait sur une base de l’OTAN. Elle y rencontre Marc Bennet, un personnage sombre, qui semble bien la connaître. Avec Giovanna Mezzogiorno, Vincenzo Amato et Beatrice Grannò- (Mercredi 20 h . Ouverture du festival. Uniquement sur réservation ) 

  • Elle sera notamment présente le jeudi 3 mars, de 10h30 à 12h : salle 51 rdc de l’Université de Tours. Le soir  à 19h30 : Boîte à livres, 19 rue Nationale, 37 000 Tours.

 

Gianni Amelio est le second invité du festival.  Il vient avec son fils Luan, directeur de la photographie sur son dernier film, « Hammamet » présenté à Tours. Il s’agit d’un biopic sur les dernières années du leader socialiste Bettino Craxi parti se réfugier en Tunisie (photo). Pierfrancesco Favino joue l’homme politique. Deux autres de ses films complèteront cet hommage.

 

Pier Paolo Pasolini à l’honneur .

Ce samedi 5 Mars 2022 , le réalisateur italien aurait eu 100 ans !

L’occasion de célébrer cet immense poète, cinéaste, et romancier en compagnie de son ami, David Grieco, réalisateur de « La Macchinazione » L’Affaire Pasolini) Prix de la Ville de Tours 2017 lors de la 4ème édition de Viva il cinema! Le cinéaste en profite pour présider le jury !

Un film qui relate dans quelles circonstances Pier Paolo Pasolini fut assassiné le 2 novembre 1975 sur une plage d’Ostie. Tout près, une jeune cinéaste, Francesca Mazzoleni,  a tourné  « Puntasacra » un documentaire qu’elle présente ce même samedi.

  •  Des films inédits

 « Ariaferma » de Leonardo Di Costanzo, en sa présence.- Dans une prison perdue au cœur des montagnes, douze prisonniers attendent leur transfert. Dans le huis clos de cette bâtisse vétuste, détenus et gardiens se confrontent. Entre le cliquetis des serrures et les chants sardes, un film sans cliché, où l’humain est la clé de lecture.

« Il grande passo » (Le Grand pas) d’Antonio Padovan- Dario et Mario, demi-frères, ne se connaissent pas. L’un vit à Rome, l’autre dans une ferme isolée. Un événement étrange va les rassembler. Dario, le solitaire, depuis 35 ans, construit une fusée dans son garage, pour aller sur la Lune.

« Lei mi parla ancora » (Elle me parle encore) de Pupi Avati- À la mort de sa femme Rina, Nino s’enferme dans l’univers de ses souvenirs. Désemparé par le vide auquel il est soudainement confronté, il poursuit des conversations secrètes avec elle. Leur fille, une éditrice reconnue, décide alors d’engager un écrivain. À partir des fragments de vie qu’il recueille, il relate l’histoire d’un amour fou.

.

« Non odiare » (Tu ne haïras pas) de Mauro Mancini (photo)-Simone, chirurgien d’origine juive, est témoin d’un accident. Il porte secours au conducteur, mais arrête les soins à la vue d’une croix gammée tatouée sur son torse. L’homme ne survivra pas. Rongé par le remords, Simone recherche la famille du néonazi et découvre Marica, la fille aînée, son frère Marcello, fasciste en herbe, et le petit Paolo.

« Qui rido io » (Le Roi du rire) de Mario Martone- Naples, début XXe. Eduardo Scarpetta règne sur le théâtre napolitain, entouré de sa très large famille. Au sommet de sa carrière, il monte une parodie d’une tragédie de Gabriele D’Annunzio et se retrouve accusé de plagiat; Avec un Toni Servillo en grande forme !

  • Les tarifs

  • Billets-7 € plein tarif-5,50 € pour les adhérents et les membres d’associations partenaires-4 € – de 26 ans et minima sociaux-3€ pour le PCE-3€ pour les scolaires et les groupes ; 5€ pour 2 séances, gratuité les accompagnateurs.
  • Pass : 25€ (5 entrées). Ils ne sont pas nominatifs, ils donnent accès aux séances du Festival, dans la limite des places disponibles. Les entrées non utilisées ne sont pas remboursables. Les pass ne donnent pas accès aux soirées d’ouverture et de palmarès.
  • Ouvertures et palmarès : 7 € sur réservation en ligne –

Billetterie en ligne : www.viva-il-cinema.com

  • Les salles .

Salle Thélème ( Université de Tours ) -Billetterie principale-Accréditations- 3 rue des Tanneurs, 37000 Tours- Tél : 02 47 36 66 00- www.univ-tours.fr

Cinémas Studio -Billetterie Festival-2 rue des Ursulines, 37000 Tours-Tél : 02 47 20 27 00- www.studiocine.com

CGR Centre-Billetterie Festival-4 place François Truffaut, 37000 Tours-Tél : 0 892 68 85 88- www.cgrcinemas.fr/tours/

Viva il cinema !-52 bis rue Roger Salengro-37000 TOURS-contact@viva-il-cinema.com

Du 2 au 6 mars l’Italie retrouve ses couleurs et son cinéma au festival tourangeau « Viva il cinema ! » Invités d’honneur, Cristina Comencini et Gianni Amelio Déjà publiés : " Palais de Justice" de Chiara Bellosi. « La Bête dans le cœur » de Cristina Comencini –  » L’Agnello » de Mario Piredda-"Piccolo Corpo" de Laura Samani- "Il legionario" de Hleb Papou Comme le dit si bien Louis D’Orazio, son directeur artistique, le festival « Viva il cinema ! » relève le défi de la pandémie avec cette 9ème édition qui retrouve un format normal, en salles, et une programmation tout aussi conforme. Fictions et…

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Le Blues entre les dents » de Robert Manthoulis. Critique dvd

Un documentaire lié à une fiction : les racines sont intactes, mais la mise en scène se traîne

Laisser un commentaire