Accueil » A la une » « Un printemps à Hong-Kong » de Ray Yeung. Critique cinéma*

« Un printemps à Hong-Kong » de Ray Yeung. Critique cinéma*

Synopsis: Pak, chauffeur de taxi et Hoi, retraité, vivent à Hong Kong. Ils ont construit leur vie autour de leur famille mais leur rencontre, dans un parc,  les entraîne sur les pentes d’une belle histoire d’amour, qu’ils décident de vivre sans toutefois bouleverser les traditions de leur communauté.

La fiche du film

Le film : "Un printemps à Hong-Kong"
De : Ray Yeung
Avec : Tai-Bo, Ben Yuen
Sortie le : 09/06/2021
Distribution :
Durée : 92 Minutes
Genre : Drame, Romance
Type : Long-métrage
Le film

On peut imaginer le volet masculin à « Deux », le très beau film de Filippo Meneghetti  : la vie commune et secrète de deux femmes retraitées.

Mais ici, les protagonistes toujours en activité, vivent au sein de leurs familles qui ignorent leur identité sexuelle réelle .

A 70 ans, Pak conduit les taxis à Hong-Kong. Son épouse parait absente ( Patra Au), sauf quand leur fille passe les voir . La chaleur d’un foyer entretenue par la routine quotidienne. Pak drague dans les toilettes, les squares et remarque sur un banc, Hoi, un homme divorcé qui habite avec son fils, très strict sur le plan de la morale et de l’éducation.

Une cohabitation difficile malgré la présence de sa belle-fille et de sa petite fille dont il s’occupe avec beaucoup d’amour et d’attention.

La rencontre des deux hommes est presque inespérée. En marge des conventions et des rapports sociaux habituels, ils vont s’aimer.

Derrière les contraintes d’une façade officielle et les discriminations qui leur interdit une vie normale, un nouveau futur se dessine : le projet d’une maison de retraite gay .L’occasion aussi de rentrer pleinement dans cette communauté, ouverte et soudée pour faire face à un environnement hostile.

Hoi et Pak font le marché, la cuisine, prétextant des rendez-vous imaginaires auprès de leur famille. Ce grand âge sait aussi mentir.

Un repas en commun, des séances au sauna, l’amitié est fraternelle et l’amour imprègne de plus en plus leurs relations.

Ray Heung n’en dit pas plus sur ce monde quasi secret, révélé pudiquement par une mise en scène qui montre, sans éclat. Un cadre qui semble prendre soin de chaque détail. Une lumière aussi paisible, très belle . Le jeu des deux interprètes Tai-Bo et Ben Yuen, tout en douceur et naturel accompagne l’élégance du propos.

On peut imaginer le volet masculin à « Deux », le très beau film de Filippo Meneghetti  : la vie commune et secrète de deux femmes retraitées. Mais ici, les protagonistes toujours en activité, vivent au sein de leurs familles qui ignorent leur identité sexuelle réelle . A 70 ans, Pak conduit les taxis à Hong-Kong. Son épouse parait absente ( Patra Au), sauf quand leur fille passe les voir . La chaleur d’un foyer entretenue par la routine quotidienne. Pak drague dans les toilettes, les squares et remarque sur un banc, Hoi, un homme divorcé qui habite avec son fils, très strict sur…
Le film

Deux hommes à la retraite, au cœur d’une famille ordinaire, vont s’aimer dans un contexte qui logiquement ne favorise pas leur union . Toute leur vie ils ont vécu sans révéler leur identité sexuelle , comme ils taisent encore plus aujourd’hui l’attirance qu’ils ont l’un pour l’autre. Malgré tout, ils arrivent à tisser des liens de plus en plus forts, fréquentant leurs homologues avec lesquels une maison de retraite gay est en projet. Ray Heung n’en dit pas plus sur ce monde quasi secret, révélé pudiquement par une mise en scène qui montre, sans éclat . Le jeu des deux interprètes Tai-Bo et Ben Yuen, tout en douceur et naturel accompagne l’élégance du propos.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Basic Instinct » de Paul Verhoeven. Critique cinéma

On le revoit volontiers avec plaisir cette semaine au cinéma , interrogatoire policier frissonnant et frissons hitchcockiens en prime

Laisser un commentaire