Accueil » Les critiques » Critiques Blu-ray » « Au nom du père » de Jim Sheridan. Blu ray. Critique

« Au nom du père » de Jim Sheridan. Blu ray. Critique

Synopsis: 1975, Gerry Conlon, de Belfast, est arrêté par la police qui l'accuse d'être l'instigateur des attentats terroristes à Guildford pour le compte de l'IRA. Sous la pression , Gerry signe des aveux fabriqués de toutes pièces qui le mettent en cause , ainsi que son ami d'enfance, un couple d'amis hippies, des membres de sa famille dont son propre père.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Au nom du père [Blu-ray]"
De : Jim Sheridan
Avec : Daniel Day-Lewis, Emma Thompson,Pete Postlethwaite
Sortie le : 18 juin 2013
Distribution : Universal Pictures
Durée : 133 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film

Londres n’a pas dû apprécier. Entre le plaidoyer et le réquisitoire, le film de Jim Sheridan, ours d’or à Berlin,  est  une accusation avérée contre le système britannique de l’époque (1980) qui entend réprimer par tous les moyens, la résistance irlandaise. Et combattre de la même manière les membres de l’IRA, l’armée clandestine irlandaise, traquée jusque dans les arrière-cours des  maisons.

Et quand l’enquête s’avère infructueuse, la police de Sa Majesté invente de toutes pièces des coupables. Ce qui arrivera aux «  quatre de Guilford » désignés responsables d’un attentat qui fera cinq morts et de nombreux blessés, dans un quartier de Londres. Gerry Conlon, Paul Hill, Paddy Armstrong et Carole Richardson,  un peu dans la marge, légèrement délinquants, et drogués occasionnels passent aux aveux, sous les coups répétés d’interrogatoires de plus en plus musclés. Ils auront beau  clamer leur innocence, dénoncer lors du procès – magouillé -, les méthodes de tortures des enquêteurs, ils seront condamnés à la prison à vie.

Le début d’un calvaire que Jam Sheridan gravit à son tour en convoquant tous les protagonistes d’un dossier qui très vite se révèle être une énorme conspiration contre le peuple irlandais, qui de par sa nature, est forcément mauvais. A tel point que le père de Gerry, un homme paisible et pacifique et la tante Annie –qui n’a jamais fait de mal à une mouche – sont à leur tour incarcérés.

au-nom-du-pere-1993-05-g

Comme Sheridan est déterminé, sa mise en scène fonctionne très rapidement dans le sens de l’injustice criante et révoltante que porte en lui et dans son regard un Daniel Day-Lewis, complètement habité par son personnage. Le rythme et la tension imposés par le cinéaste l’implique dans un processus d’identification qui parfois peut effrayer. Sur un registre plus conciliant, Pete Postlethwaite, dans le rôle du père subit de la même manière la direction  du réalisateur, qui souffle alors le chaud et le froid sur les relations hyper tendues qu’entretiennent depuis toujours ces deux hommes.

C’est à mon sens  le moteur du film, ce qui alimente sans relâche le point de vue humaniste de Sheridan, qui jamais n’oublie sa mission première : mettre en pièce la machine répressive qui pendant quinze ans va broyer des vies, et des familles.Il y réussit plutôt bien, quand pendant plus de deux heures nous ne lâchons pas un seul protagoniste de l’affaire, du plus salopard à l’innocent bafoué.

Je crois que pour des raisons évidentes de mise en scène, Sheridan a un peu tordu le cou à certains événements (le père et le fils n’ont jamais été emprisonnés ensemble, il y eut plusieurs procès distincts pour chaque prévenu…). Tout en conservant la part de vérité qui lui tenait à cœur. Il n’a pas trahi.

Londres n’a pas dû apprécier. Entre le plaidoyer et le réquisitoire, le film de Jim Sheridan, ours d’or à Berlin,  est  une accusation avérée contre le système britannique de l’époque (1980) qui entend réprimer par tous les moyens, la résistance irlandaise. Et combattre de la même manière les membres de l’IRA, l’armée clandestine irlandaise, traquée jusque dans les arrière-cours des  maisons. Et quand l’enquête s’avère infructueuse, la police de Sa Majesté invente de toutes pièces des coupables. Ce qui arrivera aux «  quatre de Guilford » désignés responsables d’un attentat qui fera cinq morts et de nombreux blessés, dans un quartier…

Review Overview

Le film

Les erreurs policières volontaires ne manquent pas d’alimenter un courant cinématographique militant. Sheridan en apporte une preuve éclatante dans ce réquisitoire contre le gouvernement britannique des années quatre-vingt, qui pendant quinze ans laissera croupir une dizaine d’innocents irlandais. Sa mise en scène coup-de-poing, efficace, rejaillit sur l’interprétation du rôle principal que tient Daniel Day-Lewis. Du cinéma d’aventure qui donne à réfléchir.

User Rating: Be the first one !
Au nom du père [Blu-ray] (Blu-ray) de Jim Sheridan
Date de sortie du Blu-ray : 23 May 2013
Format : Couleur, Cinémascope
Studio : Universal Pictures
Duree : 133 minutes

PRIX : EUR 7,90 (Prix de depart : EUR 7,90)

Voir aussi

« Infiltrator » de Brad Furman. Critique cinéma-Bluray

Pablo Escobar à nouveau sur les écrans, mais cette fois le film est intelligent