Accueil » A la une » « Un belle fin » de Uberto Pasolini . Critique cinéma

« Un belle fin » de Uberto Pasolini . Critique cinéma

Synopsis: Modeste fonctionnaire dans une banlieue de Londres, John May se passionne pour son travail. Quand une personne décède sans famille connue, c’est à lui de retrouver des proches. Malgré sa bonne volonté, il est toujours seul aux funérailles, à rédiger méticuleusement les éloges des disparus… Jusqu'au jour où atterrit sur son bureau un dossier qui va bouleverser sa vie : celui de Billy Stoke, son propre voisin.

La fiche du film

Le film : "Une belle fin"
De : Uberto Pasolini
Avec : Eddie Marsan, Joanne Froggatt
Sortie le : 15/04/2015
Durée : 87 Minutes
Genre : Comédie, Drame
Type : Long-métrage
Le film

Ce film a reçu énormément de récompenses, dont le prix d’interprétation au Festival d’Edimbourg pour Eddie Marsan. C’est faire bien des honneurs à un comédien qui, il est vrai,épouse totalement l’esprit de ce film amorphe et déprimant. Marsan applique strictement les intentions de l’auteur et réalisateur Uberto Pasolini , qui nous parle de l’isolement social et de  la solitude dévolue aux morts. Son récit est mortel.

Les bonnes intentions ne manquent pourtant pas autour d’un sujet qui ne porte pas à l’optimisme, c’est certain, mais qui contient assurément les germes d’une aventure peu banale. Le fonctionnaire  solitaire qui s’occupe des disparus  à longueur de journées, ça peut le faire. Encore faut-il ne pas se laisser emporter par son élan (le film est totalement statique ) et adopter ton pour ton les couleurs de la désespérance.

A force de suivre notre héros de porte en porte, en quête de souvenirs rapiécés, et de vaines rencontres, on meurt d’ennui. Lui aussi d’ailleurs qui tentera de mettre fin à ses jours en usant d’un procédé qui ne mange pas de pain. Aucun sentiment là encore, impassibilité totale.

une belle fin

Eddie Marsan, prix d’interprétation ? Il joue plutôt bien, inexpressif,  monocorde et tout en gris (je sais, le rôle veut ça) jusqu’à la séance de rattrapage où un bout de ciel de bleu semble enfin s’intéresser à lui. John May  esquisse un sourire, trop tard, le sourire se fige. Je ne vous dirais pas pourquoi, il faut bien garder un peu d’épice ( ne parlons pas d’intérêt ) pour repasser le plat en fin de repas. Sachez simplement qu’à force  de se frotter à l’indifférence des autres, et à leur méchanceté, ce gars-là ne cherchait pas le bonheur. Mais celui des autres  quand il était trop tard.

Le réalisateur ? Uberto Pasolini, humble et très discret lui aussi dans la mise en scène d’une vie qui n’existe pas  (c’est dur à filmer ) délaisse l’autorité  pour une application raisonnée des règles du cinéma. C’est un peu court pour faire un long métrage, et un peu long quand on espère un court.

Ce film a reçu énormément de récompenses, dont le prix d’interprétation au Festival d'Edimbourg pour Eddie Marsan. C’est faire bien des honneurs à un comédien qui, il est vrai,épouse totalement l’esprit de ce film amorphe et déprimant. Marsan applique strictement les intentions de l’auteur et réalisateur Uberto Pasolini , qui nous parle de l'isolement social et de  la solitude dévolue aux morts. Son récit est mortel. Les bonnes intentions ne manquent pourtant pas autour d’un sujet qui ne porte pas à l’optimisme, c’est certain, mais qui contient assurément les germes d’une aventure peu banale. Le fonctionnaire  solitaire qui s’occupe des disparus…

Review Overview

Le film

Le genre de film où toutes les intentions, les meilleures, apparaissent en filigrane d’une histoire à mourir debout, sur l’isolement social d’une certaine population. Mais le réalisateur, comme le comédien, bardés de récompenses dans de nombreux festivals, épousent le ton de leur projet. Amorphe, déprimant, et vain.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Rock’n roll » de Guillaume Canet. Critique cinéma

L'auteur-réalisateur-interprète se flingue à tout va, il se fait trop de mal !

Laisser un commentaire