Accueil » A la une » « Pelle Le Conquérant » de Bille August. Critique Blu-ray

« Pelle Le Conquérant » de Bille August. Critique Blu-ray

Synopsis: Suède, Fin du 19ème siècle. Pour échapper à la misère, le jeune Pelle et son vieux père, Lasse, embarquent pour le Danemark. À peine arrivés ils prennent conscience que l’existence sera difficile . Des immigrés comme eux n’ont aucun droit, sinon courber l’échine et travailler dans des conditions épouvantables pour quelques sous…

La fiche du film

Le film : "Pelle le conquérant"
De : Bille August
Avec : Max von Sydow, Erik Paaske
Sortie le : 02/11/1988
Distribution : AMLF
Durée : 157 Minutes
Genre : Drame
Type : Long-métrage
Le film
  • Acteurs : Max von Sydow, Pelle Hvenegaard, Astrid Villaume, Erik Paaske, Björn Granath
  • Audio : Français , Danois
  • Sous-titres : Français
  • Studio : BQHL Éditions
  • DVD : 3 juillet 2020

 

Du roman d’apprentissage d’Andersen Nexø ( plusieurs volumes ), Bille August retient la peinture de la vie sociale danoise dans une riche ferme où les ouvriers ne le seront jamais.

Exploités, humiliés, pour la plupart des immigrés, ils  courbent l’échine en espérant à la fin de leur contrat pouvoir s’acheter un petit lopin de terre.

Lasse Karlsson y poserait sa maison avec son fils Pelle et qui sait une nouvelle femme qui le dimanche matin lui apporterait son café au lit. C’est ainsi qu’il conçoit sa liberté qu’il clame à tout vent et à l’oreille du fiston ébahi par tant de volonté, et de courage .

Pelle s’apprête à rentrer à l’école où ses petits camarades ne seront pas tendres. Pelle Hvenegaard et Max von Sydow, impressionnants.

On peut y croire aussi . La façon dont le réalisateur cadre ses paysages marins est pleine d’espoir, de certitudes dans l’avenir de ce pays incarné par un propriétaire suffisant et maître de ses employés comme des femmes qu’il engrosse à ne plus savoir les reconnaître.

Kongstrup (Axel Strøbye) est secondé par un régisseur Foreman (Erik Paaske), petit dictateur en puissance et fier de son autorité dont il abuse notamment auprès de Erik ( Björn Granath ). Une forte tête il est vrai, mais grand cœur auprès du jeune Pelle à qui il promet de partir avec lui aux Amériques.

Il faut l’entendre pianoter «  Douce nuit » sur son accordéon, dehors, quand la neige recouvre le sol. Bille August panse les plaies comme il filme cette déliquescence sociale, avec une tendresse qui berce tout son récit.

Pelle pourrait devenir commis. On le prépare à cet effet…

 

Celui de la femme de Kongstrup (Astrid Villaume) qui n’en peut plus de ses infidélités et de ce désordre institué au cœur de la ferme. Elle ne dit rien, mais y consent de moins en moins quand l’acte irrémédiable y met un terme.

La chronique villageoise se joue de tous ces drames, et des instants de bonheur qui mènent la fête dans le cœur de ces gens simples . Le réalisateur les honore d’un regard aussi attentif que bienveillant.

Dans un cadre sublime, presque anachronique, ils portent l’aventure écrite dans les yeux d’un enfant qui ne peut pas mentir. C’est la force du film et l’intelligence du cinéaste que de l’accompagner jusqu’au bout de son rêve .

On peut toujours y croire

Le roman a plus d’un siècle, le film bientôt trente ans

Une  histoire sans âge, et toujours la même émotion.

  • Quelques chefs d’œuvre, selon mon blog :

 « Le temps des gitans » et  » Underground » de Kusturica. « Il était une fois en Amérique » de Sergio Leone- « Festen » de Thomas Vinterberg –  » Le troisième homme » de Carol Reed – « Le désert des Tartares » de Valerio Zurlini –  » Donnie Brasco » de Mike Newell-« Tetro » de Francis Ford Coppola,-«Black Swan» de Darren Aronofsky –  » La Liste de Schindler » de Steven Spielberg – « Pelle le conquérant » de Bille August. -« Chinatown » de Roman Polanski- « Usual Suspect » de Bryan Singer –  » A most violent year » de J.C.Chandor – Guerre et paix »de Serguei Bondartchouk – « Manchester by the sea » de Kenneth Lonergan- « Mia Madre » de Nanni Moretti- « La reine Margot » de Patrice Chéreau-« Le ruban blanc » de Michael Haneke-« L’armée des ombres » de Jean-Pierre Melville- « Hara-Kiri » de Masaki Kobayashi -« Voyage au bout de l’enfer » de Michael Cimino-« Le dictateur » de Charlie Chaplin- » Le dernier métro«  de François Truffaut-« A brighter summer day » d’Edward Yang-« Le troisième homme » de Carol Reed- « Les sept samouraïs » d’Akira Kurosawa-« Whiplash » de Damien Chazelle- « Le diable n’existe pas » de Mohammad Rassoulof – « Le Pont des Espions » de Steven Spielberg – « Drive » de Nicolas Winding -« Et la vie continue » de Abbas Kiarostami-« « Le désert des Tartares  » de Valério Zurlini- « Autopsie d’un meurtre«  d’Otto Preminger – « Marché noir » de Abbas Amini-« Barry Lyndon » de Stanley Kubrick

Acteurs : Max von Sydow, Pelle Hvenegaard, Astrid Villaume, Erik Paaske, Björn Granath Audio : Français , Danois Sous-titres : Français Studio : BQHL Éditions DVD : 3 juillet 2020 D’après le roman de Martin Andersen Nexø  (1910). Palme d’or au festival de Cannes 1988avec mention pour la contribution exceptionnelle de Max von Sydow Oscar 1989 du meilleur film étranger Golden Globes 1989 du meilleur film en langue étrangère Meilleur DVD Juillet 2020 ( 7 ème )   Du roman d'apprentissage d’Andersen Nexø ( plusieurs volumes ), Bille August retient la peinture de la vie sociale danoise dans une riche ferme où les ouvriers ne le seront jamais. Exploités,…
Le film

C’est une histoire universelle, où l’exil d’un père et de son fils pour le Danemark à la fin du 19 ème siècle, illustre le monde marqué par la main mise des puissants, et un racisme latent qui de l’école de Pelle à la ferme où travaille son papa, porte l’aventure humaine. La dureté de l’époque, ses bonheurs aussi, Bille August les filme avec une infinie tendresse et un regard porté sur l’émotion. Le roman dont il s’inspire a plus d’un siècle, le film bientôt trente ans Une  histoire sans âge, et toujours la même émotion que suscite le cinéma en portant l’espoir malgré tout jusqu’au bout des rêves de ces immigrés venus de nulle part. Et de partout, et depuis toujours. Une œuvre intemporelle, plus que jamais magnifique accompagnée par des interprètes de première importance. Je pense au jeune Pelle Hvenegaard et à Max von Sydow, son père, mais toute l’affiche est impressionnante.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Chronique d’une liaison passagère » de Emmanuel Mouret. Critique cinéma-dvd

DVD : 24 janvier 2023 Il y a belle lurette que je n’avais pas vu …

Laisser un commentaire