Accueil » A la une » « Le Bal des folles » de et avec Mélanie Laurent . Critique cinéma

« Le Bal des folles » de et avec Mélanie Laurent . Critique cinéma

Synopsis: Fin du 19 ème siècle . Eugénie, lumineuse et passionnée a un don unique : elle entend et voit les morts. Quand sa famille découvre son secret, elle est conduite par surprise dans la clinique de La Salpêtrière, dirigée par le professeur Charcot, l’un des pionniers de la neurologie et de la psychiatrie. Elle accueille des femmes diagnostiquées hystériques, folles, épileptiques et tout autre type de maladies physiques et mentales. Eugénie rencontre Geneviève, l’infirmière-chef avec qui elle va nouer des liens particuliers.

La fiche du film

Le film : "Le Bal Des Folles"
De : Mélanie Laurent
Avec : Mélanie Laurent, Lou de Laâge
Sortie le : 17/09/2021
Distribution : Prime Video
Durée : 122 Minutes
Genre : Drame, Historique
Type : Long-métrage
Le film
  • D’après « Le Bal des folles », de Victoria Mas (Albin Michel, 2019).

J’attends, patiemment, sans excès, l’adaptation de « La salle de bal » de Anna Hope , une histoire puissante sur un asile d’aliénés dans le Yorkshire où chaque vendredi un bal est organisé entre les patients. Un sujet parallèle à celui que Mélanie Laurent adapte avec justesse d’après le roman de Victoria Mas « Le bal ».

Il est annuel cette fois et met en scène, en cette fin du 19 ème, des hommes de la ville et les pensionnaires de la clinique neurologique de La Salpêtrière . Sous la conduite de son père (Cédric Kahn) et de son frère Théophile ( Benjamin Voisin ) Eugénie débarque par surprise dans ce lieu dirigé par le professeur Charcot, sommité à l’époque, de la psychiatrie. Grégoire Bonnet est redoutable, mais dans son rôle.

La famille ne supporte pas le don de cette jeune fille dynamique et intelligente. Eugénie entend les morts, elle les voit. Elle est donc folle et doit être enfermée pense-t-on dans ce milieu si aisé qu’il est inconcevable d’y abriter « une sorcière ».

En alerte permanente, la jeune femme tente de résister à cet enfermement dont la thérapie tient plus de la punition et du bon vouloir du personnel. L’infirmière cheffe en tête, rigide et sans complexe vis-à-vis d’un système exécuté les yeux fermés. Gardant au fond du cœur la peine secrète de la mort de sa sœur.

Eugénie la découvre et lui rapporte les lettres échangées et les souvenirs intimes. Ce qui bouleverse totalement les rapports entre les deux femmes confinées à leur tour dans un secret pesant, au milieu des cris et des pratiques médicales douteuses.

Eugénie n’y échappe pas, malgré la bienveillance de sa nouvelle amie. Et l’insistance de l’infirmière en second, Jeanne (Emanuelle Bercot ).Les bains d’eau glacée et les humiliations sont monnaie courante. Réalisatrice, Mélanie Laurent retranscrit parfaitement l’ambiance des cachots et des dortoirs où les femmes s’entassent et s’invectivent sans raison, sans cesse.

A en devenir véritablement folle comprend Eugénie toujours sur le qui-vive dans cet environnement où parfois un peu de poésie s’échappe pour un peu de tendresse. Sa voisine de chambrée, Camille (Coralie Russier ) chante les yeux de sa mère, étonnante reprise du titre d’Arno.

Un moment de grâce, d’éternité dans cet univers cabossé où Lou de Laâge très présente interprète de manière rigoureuse, exemplaire, la femme dans son exception. Au point qu’il faut l’écarter d’une vie sociale normale.

Le professeur Charcot utilise l’hypnose sur Louise ( Lomane De Dietrich) qui croit en l’amour d’Ernest ( César Domboy ) , un interne qui en réalité abuse d’elle.

Actrice, Mélanie Laurent endosse un rôle tout aussi difficile, qu’elle assume pleinement tout en gardant un œil avisé dans l’œilleton d’une caméra de plus en plus complice.

Dans un cadre idoine et des costumes du temps d’alors, elle évite la reconstitution pour mieux illustrer le mal endémique d’une société misogyne et patriarcale qui vivait parait-il à la Belle Epoque …

D'après « Le Bal des folles », de Victoria Mas (Albin Michel, 2019). J’attends, patiemment, sans excès, l’adaptation de « La salle de bal » de Anna Hope , une histoire puissante sur un asile d’aliénés dans le Yorkshire où chaque vendredi un bal est organisé entre les patients. Un sujet parallèle à celui que Mélanie Laurent adapte avec justesse d’après le roman de Victoria Mas « Le bal ». Il est annuel cette fois et met en scène, en cette fin du 19 ème, des hommes de la ville et les pensionnaires de la clinique neurologique de La Salpêtrière . Sous la…
Le film

Bien que située à la fin du 19 ème siècle cette histoire de femmes emprisonnées dans des asiles d’aliénées répercute l’éternelle quête féminine pour un absolu total de leur raison d’être. Ce à quoi est confrontée l’héroïne , Eugénie jeune fille de bonne famille au don de médium. La voici donc dirigée vers la Salpêtrière par son père et son frère, lieu dans lequel elle tente de comprendre les arcanes pour mieux s’en libérer. Ce pouvoir surnaturel ne lui apporte que des ennuis jusqu’au jour où l’infirmière chef fait appel à ses dons … Elle est très bien interprétée par Mélanie Laurent qui garde un œil avisé dans l’œilleton de sa caméra de plus en plus complice. Dans un cadre idoine et des costumes du temps d’alors, la comédienne réalisatrice évite la reconstitution pour mieux illustrer le mal endémique d’une société misogyne et patriarcale qui vivait parait-il à la Belle Epoque … Lou de Laâge dans le rôle principal dévoile son interprétation sur une palette exceptionnelle pour un personnage balloté par les événements et la misogynie ambiante.

User Rating: 0.73 ( 1 votes)

Voir aussi

« Le Pardon » de Maryam Moghadam, Behtash Sanaeeha. Critique cinéma

Le cinéma iranien est d’une richesse totale , ce premier film en apporte une preuve éclatante

Un commentaire

  1. Foutraque….Bruyant.

    Ce film survole la réalité psychiatrique de l’époque, dit bien peu de celle de l’héroïne et encore moins de l’histoire des femmes hospitalisées .
    Décevante adaptation d’un livre qui condensait la liberté revendiquée d’Eugénie dérangeante donc « Dérangée », les références du spiritisme, la complicité avec la grand mère et la trahison, l’exposition humiliante et répétée au nom de la science, la maltraitance des femmes, leur solidarité, le diagnostic péjoratif « d’hystérique », l’autorité absolue du médecin et du pouvoir masculin….Pour se terminer par une bluette qui invoque la liberté.

    De l’air!

Laisser un commentaire