Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « La Rafle » de Roselyne Bosch. Critique DVD

« La Rafle » de Roselyne Bosch. Critique DVD

Synopsis: Entre bienveillance et mépris, Jo, ses copains juifs comme lui, leurs familles, apprennent la vie dans un Paris occupé, sur la Butte Montmartre, où ils ont trouvé refuge. Du moins le croient-ils, jusqu'à ce matin de 16 Juillet 1942, ou leur fragile bonheur bascule... Du Vélodrome D'Hiver, où 13000 raflés sont entassés, au camp de Beaune la Rolande, de Vichy à la terrasse du Berghof, “La Rafle” suit les destins réels des victimes et des bourreaux.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "La Rafle - édition simple"
De : Roselyne Bosch
Avec : Jean Reno, Melanie Laurent
Sortie le : 07 sept 2010
Distribution : Gaumont
Durée : 120 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film

Ce récit m’a bouleversé et mis en colère. Je pensais déjà au film de Roman Polanski  «Le Pianiste»  pour saluer la manière dont Roselyne Bosch abordait un tel sujet . Pourquoi faut-il alors que le drame parfaitement analysé devienne un mélo dans un final qui n’en est pas un . Plutôt un épilogue en forme de pommade douce , histoire que la belle Mélanie Laurent retrouve un peu le sourire (on lui demande d’en faire des tonnes )  et le spectateur aussi . Et ce final n’apporte rien à l’histoire, sinon du pathos et du larmoyant, vraiment du gâchis .

J’imaginais le mot fin sur le beau travelling du petit gamin seul avec son nounours quittant le camp d’internement .Les notes du générique sur le bilan de cette épuration ethnique trouvant à cet instant le même intérêt.

« La rafle » demeure malgré tout un film extrêmement utile et nécessaire pour la grande histoire qu’il nous raconte, pour ses grandes faiblesses, et ses hautes trahisons . Une leçon d’instruction civique absolue, soixante ans après  les faits, au milieu d’un désert documentaire ou fictionnel qui témoigne du mal-être général .

L’hexagone n’a toujours pas cicatrisé cette plaie nauséabonde sur laquelle des français se sont acharnés pour satisfaire d’autres coreligionnaires eux même à la botte de la folie nazie.

"La Rafle" LEGENDE FILMS

A travers la famille Weisman regroupé autour d’un mari et père aimant et attentif (Gad Elmaleh ) , la réalisatrice évoque dans un crescendo tendu ce climat d’insécurité qui peu à peu envahit les quartiers de la Butte Montmarte, au cœur de l’été 1942 .

Mais on ne veut pas y croire, malgré les railleries des voisins qui affichent maintenant un peu plus la couleur . Et les avertissements discrets de quelques policiers bienveillants. Ils sont peu nombreux , ou alors ils se taisent «  parce que nous devons obéir aux ordres, nous sommes des militaires » se défend l’un d’entre eux face aux accusations révoltées d’une infirmière .

Avec un tel décor, aussi bien planté, un point de vue à la fois psychologique et social, Roselyne Bosch peut alors illustrer totalement ce drame, sans grande retenue, avec des situations extrêmes «  qui ont bien eu lieu cet été 42 » prévient une note d’ouverture .

Des scènes vues et revues au cinéma qui pourtant ici trouvent un nouveau souffle , un regard peut-être encore plus criant quand se referment les lourdes portes en bois des wagons , devant le regard soulagé de la gendarmesque franchouillarde.

La reconstitution du Vel d’Hiv est bien évidemment un des moments forts, confinement extrême de l’abandon de l’humanité, où les enfants trouvent encore le courage de jouer et de moquer la milice . Leur regard tout au long du film est éminemment parlant , et là encore la réalisatrice a su trouver le ton juste pour nous donner l’envie de les prendre par la main comme l’ont  fait certains français plus courageux que les autres .

A la vue du casting ce film me faisait peur.Un brin dangereux  toutes ces stars pour réussir à identifier ce passé si peu glorieux. Et pourtant Gad Elmaleh, Mélanie Laurent, Sylvie Testud , ou bien encore Jean Reno en médecin juif se débarrassent sans difficulté  de leur notoriété,  pour donner une interprétation de ton à la hauteur du défi de la réalisatrice.

Avec en prime , une découverte ( en ce qui me concerne )  : Raphaëlle Agogué  .Sa présence s’impose naturellement. On oublie son jeu tout en demi-teinte, pour voir cette femme arrachée à sa famille, un jour de juillet 1942, du côté de la butte Montmartre. Et cette femme n’est plus une comédienne.

Ce récit m’a bouleversé et mis en colère. Je pensais déjà au film de Roman Polanski  «Le Pianiste»  pour saluer la manière dont Roselyne Bosch abordait un tel sujet . Pourquoi faut-il alors que le drame parfaitement analysé devienne un mélo dans un final qui n’en est pas un . Plutôt un épilogue en forme de pommade douce , histoire que la belle Mélanie Laurent retrouve un peu le sourire (on lui demande d’en faire des tonnes )  et le spectateur aussi . Et ce final n’apporte rien à l’histoire, sinon du pathos et du larmoyant, vraiment du gâchis . J'imaginais…

Review Overview

Le film

La rafle des juifs , un été de 1942 , est pour la première fois portée au cinéma . Du Vel d’Hiv parisien , où 13 000 d’entre eux sont entassés, jusqu’au camp de Beaune-La-Rolande, dans le Loiret, leur destin est ici parfaitement rappelé . Si la fin ne venait tout gâcher, ce serait un grand film .

User Rating: Be the first one !
La Rafle. [Édition Single] [Édition Single] (DVD) de Rose Bosch
Date de sortie du DVD : 7 September 2010
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Studio : Gaumont
Duree : 120 minutes

PRIX : EUR 9,90 (Prix de depart : EUR 10,02)

Voir aussi

« The Wall » de Doug Liman. Critique cinéma-Bluray

Un huis clos au grand air où l’air vient à manquer, haletant !

Laisser un commentaire