Accueil » A la une » « La pourpre et le noir » de Jerry London . Critique DVD

« La pourpre et le noir » de Jerry London . Critique DVD

Synopsis: Pendant la seconde guerre mondiale, Monseigneur O ’Flaherty est un officiel au Vatican. Il cache des prisonniers de guerre évadés et des résistants. Grâce à son immunité diplomatique, il n'est pas inquiété par les Nazis mais ces derniers tentent de l'assassiner.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "La Pourpre et le noir"
De : Jerry London
Avec : Gregory Peck, Christopher Plummer, John Gielgud, Raf Vallone, Kenneth Colley
Sortie le : 03 février 2015
Distribution : Elephant Films
Durée : 143 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film

Le dévouement aveugle et héroïque d’un haut dignitaire de l’épiscopat romain. A nouveau la position de l’église catholique vis à vis de la barbarie nazie revient en filigrane.

Si Jerry London effleure le sujet tout au long de son récit, il l’aborde frontalement lors d’une courte séquence quasi rédemptrice, qui voit le pape regretter à demi-mots son attitude avec Hitler. Il est d’autant plus gêné qu’il s’adresse au père O’Flaherty dont l’abnégation face à l’occupant relève de l’exploit. Il lui recommande néanmoins une très grande prudence, le prévenant qu’en cas d’arrestation, il ne pourrait rien faire.

C’est une histoire vraie:  bénéficiant de l’immunité diplomatique, ce prélat irlandais fera les 400 coups avec l’occupant, afin de sauver des juifs et des soldats évadés. Son aventure est sagement mise en image par un réalisateur assidu, parfois maladroit. En préambule, une certaine désinvolture dans le ton, et la mise en scène laissent pantois. Jerry London filme quasiment la fleur au fusil, des scènes téléphonées.

Le commandant SS et son épouse, avec le cardinal : c'est encore l'époque des amabilités.
Le commandant SS et son épouse, avec le cardinal : c’est encore l’époque des amabilités.

La musique d’Ennio Morricone  n’est pas forcément non plus très  appropriée, virevoltante, cavalière alors que des fournées de prisonniers sont embarquées pour on ne sait où. Autant de bizarreries que la confrontation entre les deux héros va gommer instinctivement. Elle laisse aux deux vedettes , Gregory Peck et Christopher Plummer, le curé et le gestapiste, le soin de reprendre le cours de l’Histoire sur des rapports conflictuels de plus en plus tendus, à mesure que l’offensive alliée se rapproche de Rome.

Déjouant les pièges et les obligations de sa fonction, le père O’Flaherty mène un combat inégal face à la brutalité nazie. Le  réalisateur la souligne sans détour : rafles, tortures, fusillades s’opposent à l’héroïque attitude de toute une population relayée par le soutien de quelques diplomates étrangers.

C’est aussi l’autre volet de ce conflit ouvert par London qui là encore retient ses ardeurs. Une évocation en transparence, quelques plans très didactiques, le cinéaste fait principalement œuvre de représentation.

le pourpre et le noir THE SCARLET AND THE BLACK

Ce qui n’est déjà pas si mal pour la mémoire et le témoignage, mais pour la force évocatrice de cette page douloureuse de notre Histoire je retiendrai plutôt des films comme «  Au-revoir les enfants » de Louis Malle,  « Amen » de Costa-Gavras – le cœur du sujet pontifical – ou même  «  La peau » de Liliana Cavani sur la préparation de la libération de Rome.

 

 

Le dévouement aveugle et héroïque d’un haut dignitaire de l’épiscopat romain. A nouveau la position de l’église catholique vis à vis de la barbarie nazie revient en filigrane. Si Jerry London effleure le sujet tout au long de son récit, il l’aborde frontalement lors d’une courte séquence quasi rédemptrice, qui voit le pape regretter à demi-mots son attitude avec Hitler. Il est d’autant plus gêné qu’il s’adresse au père O’Flaherty dont l’abnégation face à l’occupant relève de l’exploit. Il lui recommande néanmoins une très grande prudence, le prévenant qu’en cas d’arrestation, il ne pourrait rien faire. C’est une histoire vraie:  bénéficiant de l’immunité…

Review Overview

Le film

On ne pourra pas reprocher à Jerry London sa  force de conviction dans cette évocation d’une page héroïque de la résistance au nazisme : une histoire vraie, celle d’un homme incroyable, un prélat,  qui sous toutes les coutures (charbonnier, soldat, postier…) réussira à tromper la vigilance des militaires postés tout autour de Saint-Pierre, prêt à l’abattre s’il franchit la ligne blanche. Mais le ton est parfois un peu léger pour un sujet aussi grave, qui le devient véritablement quand le cinéaste se repose sur la confrontation entre ses deux héros, Gregory Peck et Christopher Plummer, le curé et le gestapiste. Ce film remis au gout du jour par Itv studio ne bénéficie malheureusement pas d’une restauration et l’image en pâtit

User Rating: Be the first one !
La Pourpre et le noir (DVD) de Jerry London
Date de sortie du DVD : 3 February 2015
Format : PAL
Studio : Elephant Films
Duree : 143 minutes

PRIX : EUR 13,99 (Prix de depart : EUR 13,99)

Voir aussi

« Cure » de Kiyoshi Kurosawa. Critique dvd

Pour la première fois, le cinéma de Kiyoshi Kurosawa dans un coffret regroupant 10 films