Accueil » Comédies dramatique » « Happiness Therapy » de David O. Russell.Blu ray. Critique

« Happiness Therapy » de David O. Russell.Blu ray. Critique

Synopsis: Pat a perdu, sa maison, son travail et sa femme. Il affiche pourtant un optimisme à toute épreuve et est déterminé à se reconstruire et renouer avec son ex-femme. Il rencontre Tiffany, une jolie jeune femme au parcours également mouvementé. Tiffany se propose d’aider Pat à reconquérir sa femme, à condition qu’il lui rende un service en retour.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Happiness Therapy [Blu-ray]"
De : David O. Russell
Avec : Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert de Niro
Sortie le : 04 juin 2013
Distribution : StudioCanal
Durée : 122 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Le trait est forcé. Dans le drame ou la fantaisie (pas vraiment d’humour), la mise en scène, le jeu des acteurs et les dialogues donnent le ton d’une comédie dite à l’américaine. Où les émotions extrêmes se conjuguent à un récit lui-même emporté par les excès. Que l’on parle de la maladie mentale de cette façon légère, pourquoi pas, le principal étant  son évocation à travers une fiction que le cinéma a maintes fois reprise à son compte, sous différentes formes et situations.L’une des lectures du héros est d’ailleurs « Vol au-dessus d’un nid de coucous ».

De « Melancholia » de Lars Von trier à « Bernie » de Albert Dupontel, en passant par le surprenant « Pieds nus sur les limaces » de Fabienne Berthaud  (et puis « Hierro », « Dodeskaden »…) on ne compte plus les œuvres relatives à cette thématique. Elle  évoque cette fois la bi-polarité d’un jeune homme, confronté au départ de son épouse et à l’incompréhension de son papa, lui-même un rien barré.

photo-Happiness-Therapy-Silver-Linings-Playbook-2012-7D’ailleurs tout le monde ici est un peu barge, et les rapports humains, voire sentimentaux sont plus déglingués que la normale. Dans un tel contexte le sujet observé joue à la fois sur le réalisme et la fantaisie pour nous expliquer le processus de la maladie, ses effets et ses contraintes.
Ce qui provoque des scènes intéressantes avec le psychiatre et plutôt lourdingues quand elles s’installent dans la sphère familiale. Elles sont drôles et sympathiques chaque fois que notre héros se confronte à sa nouvelle copine, tout aussi speed que lui.
Jennifer Lawrence est très à l’aise dans son rôle d’amoureuse transie face à un Bradley Cooper qui doit se retenir pour ne pas dynamiter son personnage boarder line. Mais le ton de la comédie lui est favorable, ce dont profite avec un naturel cabot Robert de Niro. Au bout du compte tout le monde s’amuse plutôt bien…

LES SUPPLEMENTS

  • Un film, un débat (30 mn). D’après ce documentaire, le film a provoqué un véritable débat aux Etats-Unis autour de la maladie mentale. Des psychiatres confirment et l’équipe commente à sa façon. Le réalisateur évoque le cas de son fils qui un moment fut perturbé, comme il dit.
Jacki Weaver et De Niro, les parents du héros, pas mal non plus !...
Jacki Weaver et De Niro, les parents du héros, pas mal non plus !…
  • Fin alternative. (3 mn). Elle est intéressante, mais traîne un peu en longueur, ce qui explique sans doute le choix du montage final.
  • Scènes coupées (24 mn). Elles ne manquent pas et certaines m’ont bien intéressé comme le retour de Pat dans son ancienne maison, désormais habitée par de nouveaux propriétaires. Il y a aussi une scène d’excuses entre le père et le fils, ainsi qu’une séance chez le psychiatre, qui l’incite à revoir plus souvent son amie.
  • Répétition de danse (14 mn) . C’est effectivement ça. Où l’on voit tout le travail nécessaire à quelques pas, sous la direction d’une chorégraphe professionnelle. Bradley Cooper s’empare un moment de la Steedycam pour filmer sa partenaire.
  • Des questions et des réponses (26 mn). Toute l’équipe répond à des spectateurs. De Niro évoque ainsi sa rencontre avec le réalisateur, sa vision du film par rapport au livre. Ils parlent de leur façon de jouer devant un réalisateur qui disent-ils a une manière particulière de mener son récit.

« J’ai travaillé de toutes les façons, alors la sienne, pourquoi pas ? » raconte De Niro rigolard, au milieu d’une séance vraiment très décontractée.

Le trait est forcé. Dans le drame ou la fantaisie (pas vraiment d’humour), la mise en scène, le jeu des acteurs et les dialogues donnent le ton d’une comédie dite à l’américaine. Où les émotions extrêmes se conjuguent à un récit lui-même emporté par les excès. Que l’on parle de la maladie mentale de cette façon légère, pourquoi pas, le principal étant  son évocation à travers une fiction que le cinéma a maintes fois reprise à son compte, sous différentes formes et situations.L’une des lectures du héros est d’ailleurs « Vol au-dessus d’un nid de coucous ». De « Melancholia…

Review Overview

Le film
Les bonus

Je ne comprends pas trop l’engouement pour ce film qui, tout en traitant d’un sujet très sérieux, la maladie mentale, opte pour un ton résolument léger, qui atténue la portée du message. Je ne dis pas qu’il faut faire sérieux et drame à tous les étages, mais c’est de la comédie américaine dans tout ce qu’elle a de plus excessif. Dans un sens, comme dans un autre, le trait est toujours forcé.

Avis Bonus : Il y en a plein, et sont très intéressants , comme les scènes coupées, l'entraînement à la danse, le débat provoqué par le film ...

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Mal de Pierres » de Nicole Garcia. Critique cinéma-dvd

Une sortie dvd d'un film excellent, en attendant les César, vendredi

Laisser un commentaire