Accueil » A la une » « Fête de famille » de et avec Cédric Kahn. Critique cinéma

« Fête de famille » de et avec Cédric Kahn. Critique cinéma

Elle n'aurait peut-être pas dû prêter la voiture à son beau- frère ...

Synopsis: "Aujourd’hui c'est mon anniversaire et j'aimerais qu'on ne parle que de choses joyeuses." Andréa ne sait pas encore que l'arrivée « surprise » de sa fille aînée, Claire, disparue depuis 3 ans et bien décidée à reprendre ce qui lui est dû, va bouleverser le programme et déclencher une tempête familiale.

La fiche du film

Le film : "Fête de famille"
De : Cédric Kahn
Avec : Catherine Deneuve, Emmanuelle Bercot
Sortie le : 04/09/2019
Distribution : Le Pacte
Durée : 101 Minutes
Genre : Drame, Comédie
Type : Long-métrage
Le film

Le titre et ses apparences. S’en méfier comme le prône la sagesse populaire mise à mal par cet artifice si joyeux. Cédric Kahn n’est pas un tendre et le fait savoir, sans détour.

Sans la moindre équivoque autour du clan réuni dans la demeure familiale pour souhaiter l’anniversaire de la maman. Tout le monde est là, même la fille prodigue Claire, qui depuis trois ans, exilée aux USA , n’a plus donné de nouvelles.

Son retour inattendu interpelle peu la maisonnée, à part le fils aîné (Cédric Kahn) qui veut en savoir plus sur cette absence . Et sa fille Emma (Luana Bajrami ) plus que contrariée par cette mère qu’elle connaît à peine.

Romain reprend une scène et demande à sa famille de répéter les gestes précédents. Le père (Alain Artur ) carafait le vin . « Je ne vais quand même pas le remettre dans la bouteille ». La scène est magnifique !…

 

Sujets tabous : Andréa (Catherine Deneuve) décrète un armistice dominical pour une fête totale autour de sa tablée , que le luron de l’histoire, Romain le frère cadet, immortalise par un petit film.

C’est un artiste ( Vincent Macaigne) et Kahn le prend à témoin pour raconter deux trois choses sur le monde du cinéma, sans effusion particulière. La tension est ailleurs, dans les chamailleries qui virent aux règlements de compte et intentions pugilistiques.

Un classique du genre modulé  sur le ton d’une comédie légère quand s’annonce l’orage. Claire ne s’en protège pas, elle le déclenche. Une folie, une furie, une vérité dans l’exaltation dont Emmanuelle Bercot s’empare avec une force inouïe.

Sa névrose, totale et vraie, rejaillit sur toute cette famille empêtrée dans ses contradictions, ses petits secrets, ses espoirs refoulés. Il n’est pas aisé d’affronter la maladie mentale comme une souffrance commune. Cédric Kahn la révèle dans toute sa profondeur, toute sa douleur. Il ne force pas le ton mais rythme les pulsions au plus près du diagnostic familial.

Celui d’une mère au cœur grand comme un Océan que Catherine Deneuve interprète de manière naturelle face à la bronca familiale orchestrée par un acteur-réalisateur très convaincant. Kahn dirige bien ses comédiens dont Vincent Macaigne dans un rôle à sa mesure , sympathique et bordélique à souhait.

C’est peut-être son personnage qui nous alerte rapidement que la pièce qui se joue n’est pas celle à laquelle on peut s’attendre. Sa compagne du moment, Rosita (Isabel Aimé Gonzalez Sola ), est tout aussi dubitative quant à la conduite à tenir vis-à-vis de cette famille. Elle va rester, et moi aussi !

Le titre et ses apparences. S’en méfier comme le prône la sagesse populaire mise à mal par cet artifice si joyeux. Cédric Kahn n’est pas un tendre et le fait savoir, sans détour. Sans la moindre équivoque autour du clan réuni dans la demeure familiale pour souhaiter l’anniversaire de la maman. Tout le monde est là, même la fille prodigue Claire, qui depuis trois ans, exilée aux USA , n’a plus donné de nouvelles. Son retour inattendu interpelle peu la maisonnée, à part le fils aîné (Cédric Kahn) qui veut en savoir plus sur cette absence . Et sa fille…
Le film

Un film français sur le thème de la famille, ouah ! courage fuyons ! C’est le premier réflexe, imbécile une fois le générique de fin accordé à un récit aussi drôle que surprenant dans son dénouement dramatique et poignant. Classique, cette fête de famille débute dans les retrouvailles joyeuses des compères qui au fil de la journée vont assaisonner leurs propos ( dialogues +++ ) de réflexions amères ou désabusées. La pièce rapportée du jour ajoutant un grain de sel aussi inattendu que bien souvent mal venu. Cédric Kahn, également comédien, filme la névrose familiale avec une intelligence et une réflexion portée au sommet de la souffrance personnelle, de son intimité. Sa direction d’acteurs et sa mise en scène s’accordent pour donner ce ton si juste à un récit si vrai, si réel …

User Rating: 3.7 ( 2 votes)

Voir aussi

« Jeanne » de Bruno Dumont. Critique cinéma

Mon dieu ! aurait dit Jeanne d’Arc avant de brûler ! Mais à quelle intention et vers …

Laisser un commentaire