Accueil » A la une » « Tristesse club » de Vincent Mariette, critique dvd

« Tristesse club » de Vincent Mariette, critique dvd

Synopsis: Deux frères, reviennent dans leur ville natale pour les funérailles de leur père. Sur place, une fille étrange les attend. Elle prétend être leur demi-sœur. Intrigués par cette révélation, les deux frères vont se retrouver dans une intrépide histoire, remplie de secrets.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Tristesse Club"
De : Vincent Mariette
Avec : Ludivine Sagnier, Laurent Lafitte, Vincent Macaigne, Noémie Lvovsky, Dominique Reymond
Sortie le : 07 octobre 2014
Distribution : Blaq Out
Durée : 103 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Un film au-dessus des nuages, même pas dedans, mais bien au-delà, et qui de temps en temps redescend sur terre pour nous raconter une belle et triste histoire. Deux frangins qui  ne se fréquentent pas se retrouvent  le jour de la crémation de leur père.

Sur place, la surprise du papa : une sœur dont le duo ignorait complètement l’existence. Il va donc falloir faire avec, surtout que le principal intéressé est absent. Le défunt avait fait les choses comme il faut, aurait dit Brassens, mais le trio est aux abois. Leur géniteur laisse derrière lui des dettes, un mécontent qui se balade avec une batte de base-ball et plusieurs maîtresses plus ou moins éplorées.

C’est bien la trame d’une comédie dramatique à laquelle il faut retirer le drame, le talent de Vincent Mariette étant de marier le léger au tragique dans une formule où l’emporte-pièce est la marque de fabrique. Rien que les deux frères, bien différents comme il se doit : Léon, flambeur sur le retour, Bruno, encore puceau. La sœurette, une belle jeune fille qui n’a pas froid aux yeux, et dont les murmures dissimulent pas mal de secrets. Belle ambiguïté dans le sourire…

Un trio attachant, mais entre eux ...
Un trio attachant, mais entre eux …

Le trio va donc cohabiter par obligation avant de s’amadouer dans l’aparté des confidences et des souvenirs qui hantent la demeure familiale mise sous scellés.  Des situations incongrues, des rencontres surprenantes balisent un terrain habituellement miné par la comédie franchouillarde. Cette fois Mariette porte une attention toute particulière à sa mise en scène rigolote, mais efficace, et à ses comédiens qu’il chérit par-dessus tout. Ils le lui rendent bien.

Laurent Laffite, ex vedette du tennis et bougonneur de première confirme l’étendue d’une palette qui ne demande qu’à s’exprimer sur tous les tons. Vincent Macaigne, cantonné une fois encore dans le rôle du paumé de service réussit malgré tout à lui donner des airs de jamais vu. C’est vraiment un très bon : du regard, il peut tout dire, comme l’amour incestueux qu’il porte à  sa « petite sœur ». C’est Ludivine Sagnier, radieuse et à l’aise dans son costume de gâche-fête. Elle est craquante, effectivement.

LES SUPPLEMENTS

  • Entretien avec Vincent Mariette (14 mn). Le titre ? « Associer ces deux termes permettait à mes yeux d’arrondir la dureté de la tristesse, je ne suis pas certain que ça fonctionne pour un spectateur, mais je trouvais ça marrant, car mon film est entre la comédie et le drame, il passe sans cesse d’une scène à l’autre, d’un registre à l’autre. »

Comédie dramatique ? « Plutôt comédie mélancolique mais ça fait un peu pompeux. Ce film a pris une dimension cathartique pour moi, son sujet, comment parler du deuil, et resserrer les liens avec la famille » dit-il en se remémorant ses influences à l’époque du tournage : « Harold et Maud », «  Trust me » … Hal Hartley est l’une de ses références.

« J’aime bien mettre le spectateur le cul entre deux chaises, ce qui est dangereux, car l’efficacité en prend un coup, comme un pas à côté de la réalité ».

  • Courts métrages

Présentation (6 mn)

Vincent Mariette explique ses personnages, les situations …

Tristesse club

« Les lézards » -2012 – (14 mn). Vincent Macaigne, déjà et Benoît Forgeard, deux clients d’un hammam, dans l’attente d’un rendez-vous amoureux. Le lieu, déjà décalé pour une telle rencontre, offre au cinéaste une variété de plans inattendus, souvent très drôles. Mariette est à son aise dans l’imbroglio des sentiments et Macaigne tout aussi ferré. Très beau court métrage.

 « Double mixte » -2011- (24.30 mn). D’apparence plus classique dans la forme et le fond, ce court métrage révèle déjà la patte d’un cinéaste créatif, avec cette fois un personnage féminin déjanté comme il faut. Pour expliquer son célibat elle dit «  ne pas avoir le sens du collectif » mais invite illico presto son vis-à-vis à venir la rejoindre cette nuit dans sa chambre. Avant de le mettre en joue… Claude Perron, quand même, celle de « Bernie » de Mr Dupontel.

On a déjà les prémices de « Tristesse club » (et une séquence autour des chaises longues), dans cet esprit décalé de gens pas forcément à leur place, et qui tranquillement divague sur le quotidien. Encore un bon film.

TRISTESSE CLUB

Un film au-dessus des nuages, même pas dedans, mais bien au-delà, et qui de temps en temps redescend sur terre pour nous raconter une belle et triste histoire. Deux frangins qui  ne se fréquentent pas se retrouvent  le jour de la crémation de leur père. Sur place, la surprise du papa : une sœur dont le duo ignorait complètement l’existence. Il va donc falloir faire avec, surtout que le principal intéressé est absent. Le défunt avait fait les choses comme il faut, aurait dit Brassens, mais le trio est aux abois. Leur géniteur laisse derrière lui des dettes, un mécontent qui…

Review Overview

Le film
Les bonus

Comme un film qui n’a l’air de rien, fait de petits riens et qui pourtant nous balade avec sarcasme et drôlerie dans le monde d’une petite famille que Wes Anderson aurait certainement bien aimé connaître. Les scènes  incongrues, ambiguës ou poétiques donnent le tempo d’une mise en scène qui se veut rigolote et qui garde malgré tout son sérieux. Le mélange fonctionne autour d’un trio d’excellents comédiens : Ludivine Sagnier, Laurent Laffite et Vincent Macaigne. Un casting assez original pour un (premier) film qui ne l’est pas moins. Vincent Mariette, retenez bien son nom.

Avis bonus Deux excellents courts métrages, une rencontre très intéressante avec le réalisateur, encore un très bon moment .

User Rating: Be the first one !
Tristesse Club (DVD) de Vincent Mariette
Date de sortie du DVD : 7 October 2014
Format : Couleur, Cinémascope, PAL
Studio : Blaq Out
Duree : 103 minutes

PRIX : EUR 9,99 (Prix de depart : EUR 17,00)

Voir aussi

« Un petit boulot » de Pascal Chaumeil. Critique cinéma-dvd

Un film malheureusement posthume pour son réalisateur qui avait encore tant à dire