Accueil » A la une » « Enquête sur un scandale d’Etat » de Thierry de Peretti. Critique cinéma -dvd

« Enquête sur un scandale d’Etat » de Thierry de Peretti. Critique cinéma -dvd

Synopsis: Octobre 2015. Les douanes françaises saisissent sept tonnes de cannabis en plein cœur de la capitale. Le jour même, un ancien infiltré des stups au passé sulfureux, Hubert Antoine, contacte Stéphane Vilner, jeune journaliste à Libération. Il prétend pouvoir démontrer l’existence d’un trafic d’État dirigé par Jacques Billard, médiatique patron des stups, haut gradé de la police française.

La fiche du film

Le film : "Enquête sur un scandale d'état"
De : Thierry de Peretti
Avec : Roschdy Zem, Pio Marmaï
Sortie le : 09/02/2022
Distribution : Pyramide Distribution
Durée : 123 Minutes
Genre : Biopic, Drame, Thriller
Type : Long-métrage
Le Film
Les bonus
  • Festival de San Sebastian 2021, prix de la meilleure image
  • Une adaptation de « L’infiltré » d’Hubert Avoine et Emmanuel Fansten, journaliste à Libération.
  • D’après des faits réels.

DVD : 21 Juin 2022

Une histoire passionnante, celle de l’homme irréprochable qui pour gagner quelques galons supplémentaires plonge les mains dans le cambouis, et en ressort plus sale encore. Jacques Billard, grand patron du service des stups serait donc à la tête d’un trafic officiel de cannabis, couvert par l’Etat. Le principe : on laisse filer la drogue, pour mieux la suivre et intercepter les gros bonnets.

Quand l’une des livraisons ciblée rue Byron à Paris échappe aux contrôles des policiers, Madame la procureure demande des explications au responsable de l’opération. Jacques Billard (Vincent Lindon) a bien du mal à se faire entendre.

Mme la procureure ne lâche pas l’affaire ( Valeria Bruni Tedeschi )

Pour enfoncer le clou, un de ses informateurs très proche (Billard est le parrain de sa fille) lâche le morceau à Libération. Hubert Antoine (Roschdy Zem) confirme l’existence de l’embrouille étatique, et déballe tout ce qu’il sait sur les connivences avec les circuits gouvernementaux.

La une de Libé est sans appel, le scandale imminent. Qui n’apparait pourtant jamais comme tel. Cette affaire d’Etat de la plus haute importance, Thierry de Peretti en fait un simple constat de greffier, une lecture laborieuse, monotone ….

On entend les protagonistes du dossier, on les écoute raconter ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont vu. De Marbella à Lugano, via Marseille et Paris, les documents s’entassent sans réellement justifier ni le fond, ni la forme d’une telle magouille.

Alors qu’il garde une propriété à Marbella, l’informateur du patron des stups voit débarquer sur la plage des colis vivement embarqués dans les voitures puis dans son garage …

 

Elle est évidente, les personnages parlent beaucoup. Dans ce film très bavard, trop bavard, on escamote les situations (les SMS des journalistes s’effacent mais ça ne va pas plus loin …), on rogne une mise en scène sur des effets narratifs inutiles, on reprend le cours de l’Histoire de la V ème République dans un pensum didactique ridicule.

Je pense à la longue entrevue du journaliste français à Marbella (Pio Marmai) avec un juge intègre et son assistante qui déballent tout ce qu’ils savent sur les réseaux entre l’ETA, le GAL et la police française. Ou la rencontre à Lugano entre ce même journaliste et l’informateur qui commence à perdre patience.

Et moi donc. Je peine à reconnaître dans la pléiade des acteurs convoqués pour l’affaire, Roschdy Zem, Pio Marmai, Vincent Lindon. Ces comédiens talentueux sont inexistants, fades, impersonnels.

Les seconds rôles à la limite apportent plus de crédibilité au récit : Julie Moulier (éditorialiste Libé), Marilyne Canto (la juge), Valeria Bruni Tedeschi (la procureur). Que des femmes ! Nouveau scandale d’Etat ?

LES SUPPLEMENTS

 

  • L’origine du film ( 20 m )- Emmanuel Fansten, de Libération raconte comment il a pu mener l’enquête sur ce trafic de drogue dirigé au plus haut niveau de l’Etat. Et à l’entendre parler très clairement  on se demande comment le film est devenu sur la longueur si confus, sans souffle ni entrain …
  • Thierry de Peretti- Commentaires sur les scènes coupées- Les processus de mise en scène sur quatre séquences « qui témoignent réellement de l’unité du film à travers des plans séquences » .

Pourquoi le plan séquence ?  « La manière la plus simple que j’ai trouvée pour tourner, la manière la plus simple de voir les choses, de les entendre »

L’enjeu du film ? « Enregistrer des récits en train de se faire , de nombreuses informations, même si ce n’est pas un film sur l’information »…

  •  Scènes coupées et rushs  ( commentées ou non , à vous de choisir )
  1. Le comité de rédaction ( version entière 20 mn ) , c’est très long, mais très vivant, on y croit
  2. La plaidoirie  de Jacques Billard ( version entière 28 mn ) au top également
  3. Les origines d’Hubert ( version longue 12 mn ) oui pourquoi pas … (photo)
  4. Au restaurant ( scène réellement coupée ) elle est aussi très intéressante , indépendamment d’un  film qui une fois monté m’a paru difficile à suivre.
Festival de San Sebastian 2021, prix de la meilleure image Une adaptation de « L’infiltré » d’Hubert Avoine et Emmanuel Fansten, journaliste à Libération. D’après des faits réels. DVD : 21 Juin 2022 Une histoire passionnante, celle de l’homme irréprochable qui pour gagner quelques galons supplémentaires plonge les mains dans le cambouis, et en ressort plus sale encore. Jacques Billard, grand patron du service des stups serait donc à la tête d’un trafic officiel de cannabis, couvert par l’Etat. Le principe : on laisse filer la drogue, pour mieux la suivre et intercepter les gros bonnets. Quand l’une des livraisons ciblée rue Byron…
Le Film
Les bonus

Hubert Avoine, ancien infiltré pour l’Office central de répression du trafic a écrit sa propre histoire avec le journaliste Emmanuel Fansten, de Libération. On la découvre dans ce film sur un axe bien particulier : celui d’un trafic d’Etat dans le monde de la drogue entre l’Espagne et la France. Hubert Avoine a été le témoin de tractations mafieuses, en y participant parfois même à la demande du grand patron des stups Jacque Billard. Une belle affaire donc, une belle histoire qui malheureusement est racontée et filmée sans entrain. Cette affaire d’Etat de la plus haute importance. Thierry de Peretti en fait un simple constat de greffier, une lecture laborieuse, monotone …. Dans ce film très bavard, trop bavard, on escamote les situations, on rogne une mise en scène sur des effets narratifs inutiles, on reprend le cours de l’Histoire de la V ème République dans un pensum didactique ridicule. Les acteurs subissent-ils le contre coup de cette réalisation fourre-tout ? Roschdy Zem, Pio Marmai, Vincent Lindon, ces comédiens talentueux sont inexistants, fades, impersonnels. Les seconds rôles à la limite apportent plus de crédibilité au récit : Julie Moulier, Marilyne Canto, Valeria Bruni Tedeschi. Tiens, que des femmes ! Un nouveau scandale d’Etat ?

AVIS BONUS Le journaliste de Libé raconte son aventure, le réalisateur raconte son projet illustré par des scènes coupées et des rushs, l’ensemble est hyper intéressant

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Retour » de Hal Ashby. Critique Blu-ray. Coffret collector. Les Suppléments

Le Collector porte bien son nom, tous les bonus ouvrent la voie à l'aventure du cinéma

2 Commentaires

  1. Avoir un tel sujet à traiter et le bousiller ainsi!!!
    Une musique inadaptée ,pénible à l’écoute , des longueurs de réunions journalistiques ,même les bons acteurs ne se reconnaissent pas dans leurs textes.
    Bon exemple pour les futurs réalisateurs ,des choses qu’il faut éviter !
    Elise Lucet aurait fait 100 fois mieux pour relater ce scandale d’état.
    A éviter…Les 2 heures sont longues.

Laisser un commentaire