Accueil » A la une » « En équilibre » de Denis Dercourt. Critique cinéma-dvd

« En équilibre » de Denis Dercourt. Critique cinéma-dvd

Synopsis: Marc est cascadeur équestre. Un grave accident sur un tournage lui faire perdre tout espoir de remonter un jour à cheval. Florence est chargée par la compagnie d'assurances de s'occuper du dossier de cet homme brisé. Cette brève rencontre va bouleverser leurs équilibres...

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "En équilibre"
De : Denis Dercourt
Avec : Albert Dupontel, Cécile De France, Patrick Mille, Carole Franck, Antonin Gabrielli
Sortie le : 25/08/2015
Distribution : Studiocanal
Durée : 86 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Les équidés sont souvent de mauvais chevaux pour le cinéma français. Surtout quand les relations conflictuelles entre le maître et l’animal portent le scénario. Comme dans ce récit inspiré d’une histoire vraie, qui voit le cavalier, paraplégique, s’accrocher à sa monture toujours aussi récalcitrante.

Othello comprend  bien qu’il est responsable de cette infirmité .Et Marc n’entend pas demeurer sur un tel échec, même si la médecine le condamne à jamais dans son fauteuil. Marc est un Breton, il s’accroche, il est têtu. La compagnie d’assurances qui le suit va l’apprendre à ses dépens. Les conditions d’indemnisation lui paraissent ridicules : il les refuse, malgré les pressions de plus en plus insistantes, le chantage, et la médiation d’une jeune femme.

Le second volet de l’histoire. Elle est jolie et vit elle aussi dans le souvenir d’un échec à un concours de piano. Elle voulait en faire sa profession , la voici courtière en assurance. La hargne de son client récalcitrant, sa détermination, sa volonté pour remonter à cheval, la ramènent à sa propre histoire, qu’elle a trop vite abandonnée. Florence va reprendre son destin en main en compagnie de cet homme providentiel.

En-equilibre-2014-8

Le mélo se profile. Même si Denis Dercourt est plutôt discret sur ce plan, (des allusions, des scènes furtives …), sa mise en scène romanesque fige les situations et les personnages dans un cadre très convenable. C’est bien fait, c’est joli, l’ensemble paraît très juste et naturel, à l’image des séquences musicales au cours desquelles la belle Florence renoue avec son histoire.

Cécile de France joue à la perfection, du piano et des sentiments. Albert Dupontel est sublime dans ce visage buriné, entêté, presque lui. Mais le couple fonctionne à peine, comme englué par cette relation hésitante, entre deux mondes, et deux natures. Celle qui les environne est pourtant merveilleuse, la Bretagne et ses rivages malouins. Mais ça ne suffit pas à nous rendre complice. Spectateur, et encore …

Les suppléments

  • Un making of ( 26.43 mn ) . Un vrai de vrai qui va du travail autour du cheval , à l’apprentissage du piano de la part de Cécile de France. Plusieurs scènes de tournage en prime, avec des commentaires, sans excès, mais passionnés, de tous les intéressés.
  • Bernard Sachsé, homme de cheval. (24.52 mn )  Ce film, c’est son histoire et il acceptera l’adaptation de son livre, à la seule condition d’en être le responsable technique. Le professionnel avait également inspiré le film de Valérie Guignabodet  » Danse avec lui » . 
  • Scènes coupées ( 3.20 mn ). On peut les voir, et s’en passer…
Les équidés sont souvent de mauvais chevaux pour le cinéma français. Surtout quand les relations conflictuelles entre le maître et l’animal portent le scénario. Comme dans ce récit inspiré d’une histoire vraie, qui voit le cavalier, paraplégique, s’accrocher à sa monture toujours aussi récalcitrante. Othello comprend  bien qu’il est responsable de cette infirmité .Et Marc n’entend pas demeurer sur un tel échec, même si la médecine le condamne à jamais dans son fauteuil. Marc est un Breton, il s’accroche, il est têtu. La compagnie d’assurances qui le suit va l’apprendre à ses dépens. Les conditions d’indemnisation lui paraissent ridicules : il les refuse, malgré les pressions…

Review Overview

Le film
Les bonus

L’argument est entendu, pour ne pas dire classique : une femme et un homme de deux univers bien différents, vont unir leur destinée contrariée, l’un par un accident de cheval, l’autre par un échec lors d’un concours de piano. Entre le mélo et le romanesque Denis Dercourt ne choisit pas vraiment (il demeure  bien discret dans ses séquences sentimentales, puis amoureuses) laissant peut-être le soin à d’excellents comédiens d’assumer l’autorité de son discours. Cécile de France joue à la perfection, du piano et des sentiments. Albert Dupontel est sublime dans ce visage buriné, entêté, presque lui. Mais le couple ne fonctionne pas longtemps, trop bringuebalé par des récits qui se chevauchent plus qu’ils ne se complètent. Les manœuvres de la compagnie d’assurance, la revanche du cavalier sur sa monture, les illusions perdues d’une jeune fille qui rêvait d’être artiste, son combat pour sauver son client… on s’y perd un peu, on attend beaucoup, et rien ou presque rien, ne vient.

Avis bonus Un véritable making of, et le point de vue de celui qui a inspiré le film , du bon boulot

User Rating: Be the first one !
En équilibre (DVD) de Denis Dercourt
Date de sortie du DVD : 25 August 2015
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Studio : Studiocanal
Duree : 86 minutes

PRIX : EUR 9,99 (Prix de depart : EUR 10,02)

Voir aussi

« Sing street » de John Carney. Critique cinéma-bluray

Deauville n'en voulait pas, Dinard lui a tout accordé