Accueil » Aventure » « Les piliers de la terre » de Sergio Mimica-Gezzan . Critique DVD

« Les piliers de la terre » de Sergio Mimica-Gezzan . Critique DVD

Synopsis: L'action se déroule en Angleterre, au XIIe siècle. Le conte tourne autour de la construction d'une cathédrale dans le royaume de Kingsbridge. Parallèlement, la mort soudaine du souverain entraîne une guerre de succession entre sa fille et son neveu qui s'est emparé du trône.

La fiche du Disque

Le film : "Les Piliers de la terre"
De : Sergio Mimica-Gezzan, Ken Follett
Avec : Ian McShane, Matthew Macfadyen
Sortie le : 05 janvier 2011
Durée : 428 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de Disque : 3
Le film

  C’est d’abord un excellent et gros bouquin, une histoire universelle sur l’époque des grands bâtisseurs ; les cathédrales mettaient alors des années et des années à voir le jour , tandis que seigneurs et autres puissants se querellaient à coups de lourdes épées et de poison léger. L’Eglise n’était pas en reste, bien au contraire, avec ses divins complots, changeant de camp et de politique, comme de religion, histoire d’asseoir une autorité tout aussi sans appel que celle de la noblesse alliée.

Dans l’ouvrage de Ken Follett on s’évade de page en page, en imaginant  très bien le décorum et l’ambiance du moment. Le romancier en rapporte soigneusement les échos et les rumeurs et le tableau qui s’en dégage, est d’une telle précision, et d’une vérité toujours présente, que son adaptation cinématographique relève du même défi que celui des artisans arc-boutés pendant des années sur leur ouvrage.

Avec de très gros moyens, notamment  dans la reconstitution des lieux,  Sergio Mimica-Gezzan a  tenu de bout en bout  ce pari insensé au-delà des espérances. Quand on se rappelle le gâchis de «Dieu et nous seuls pouvons» (au cinéma ce sera « Justinien Trouvé, ou le bâtard de Dieu » de Christian Fechner,) on pouvait s’inquiéter d’une production qui exigeait beaucoup plus que la saga de la famille Pibrac, bourreau de père  en fils. Un excellent livre de Michel Folco, envieux à juste titre de son collègue Follett dont l’œuvre accouche d’une série TV d’excellente facture.

photo-Les-Piliers-de-la-terre-The-Pillars-of-the-Earth-2010-7

Tout en conservant l’esprit du roman, le caractère de ses protagonistes et un décor ad hoc, le cinéaste y ajoute beaucoup de sa personnalité, dans une mise en scène qui sans révolutionner le genre impose un véritable regard sur cette époque triviale et sans pitié.

Le fil du récit respecte à la lettre celui de l’écrivain; il donne le ton et le rythme du quotidien de ces bâtisseurs qui allaient de ville en ville afin de proposer leur service. Tom, (Rufus Sewell ) l’un d’entre eux, et peut-être le plus ingénieux,  arrive ainsi à convaincre le prieur d’un monastère incendié du bien fondé de sa requête. Sur des bases architecturales alors inconnues, il imagine un édifice qui rivalise d’audace et de modernité.

Le diable  ne doit pas être étranger à un tel projet, et la compagne de l’artisan, une sorcière aux yeux d’une justice inique qu’elle doit fuir avant d’assumer sa vengeance. Jalousies, convoitises, basses et hautes querelles, alimentent ainsi  les intrigues de cette série palpitante qui en nous racontant l’étonnante histoire de ces hommes bâtisseurs, restitue parfaitement leur époque et cette grande Histoire qui allait bâtir le XII è siècle.

Tom, le bâtisseur tente de trouver la bonne pierre…

 Dans l’ensemble, le casting tient bon la barque. Avec peut-être une préférence pour Eddie Redmayne , le fils de la sorcière, dont le rôle est de se révéler à lui-même avant de s’imposer au regard des autres. Il le fait avec justesse et naturel, tandis que quelques nobliaux en rajoutent parfois dans la morgue et l’insouciance que leur confère leur position.

Mais c’est peut-être leur méchanceté qui m’égare  et dieu sait ici que l’interprétation des méchants est parfois plus aisée à contrôler. Dans le rôle de l’évêque fourbe et corrompu, Ian McShane , a trouvé camail à sa portée. Le roi  Stephen sous les traits de  Tony Curran, n’est pas mal  non plus.

Ils vous emportent tous dans la contemplation d’une imagerie chevaleresque, où la belle se refuse à son amant désigné et comploteur, tandis que se  languit dans l’ombre un amoureux transi. Un raccourci caricatural d’un film qui ne l’est pas.

  C’est d'abord un excellent et gros bouquin, une histoire universelle sur l’époque des grands bâtisseurs ; les cathédrales mettaient alors des années et des années à voir le jour , tandis que seigneurs et autres puissants se querellaient à coups de lourdes épées et de poison léger. L’Eglise n’était pas en reste, bien au contraire, avec ses divins complots, changeant de camp et de politique, comme de religion, histoire d’asseoir une autorité tout aussi sans appel que celle de la noblesse alliée. Dans l’ouvrage de Ken Follett on s’évade de page en page, en imaginant  très bien le décorum et l’ambiance…

Review Overview

Le film

Je me suis laissé prendre rapidement à cette adaptation , après avoir lu le livre il y a quelques années. J'y ai retrouvé l'essentiel et le sel d'un récit qui tout en racontant une saga , vous dresse un tableau historique qui me semble assez proche de la réalité .

Avis Bonus : Il n'y en a pas

User Rating: Be the first one !
Les Piliers de la Terre (DVD) de Sergio Mimica-Gezzan, Ken Follett
Date de sortie du DVD : 5 January 2011
Format : Couleur, PAL
Studio : Sony Pictures
Duree : 428 minutes

PRIX : EUR 24,99 (Prix de depart : EUR 24,99)

Voir aussi

« L’Opéra » de Jean-Stéphane Bron. Critique cinéma-dvd

Pas d’interview, ni commentaire. La vie se faufile entre plateaux et pendrillons, répétitions et avant-premières …

Laisser un commentaire