Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Hors la loi » de Rachid Bouchareb . Critique dvd

« Hors la loi » de Rachid Bouchareb . Critique dvd

Synopsis: Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les manifestations pour l’indépendance de l’Algérie deviennent de plus en plus fréquentes en France... Trois frères se trouvent pris, à des degrés divers dans l’engrenage de la révolution

La fiche du DVD

Le film : "Hors-la-loi"
De : Rachid Bouchareb
Avec : Bernard Blancan, Chafia Boudraa
Sortie le : 25/01/2011
Distribution : StudioCanal
Durée : 132 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD : 1
Le film
Les bonus

Meilleur dvd Janvier 2011 ( 2 ème )

Rachid Bouchareb dans la poursuite de ce qu’il espère être une trilogie sur l’histoire de l’Algérie et de ses rapports à la France. Le fond du problème s’inscrit cette fois complètement dans une démarche cinématographique . Avec un regard instinctif qui donne un véritable souffle à  sa mise en scène emportée par les tourments d’une révolution ici vécue de l’intérieur .

Celle dans laquelle se retrouvent embrigadés, à des titres divers , trois frères humiliés devant l’abandon de la terre paternelle . Ils ont participé à la manifestation pacifique indépendantiste algérienne en 1945 , qui s’est terminée par le  massacre de Sétif . Exilés en France, dans un bidonville à Nanterre où vit leur mère, ils vont maintenant apprendre à résister .

Rachid Bouchareb suit pas à pas l’évolution de ce trio qui incarne à ses yeux la naissance du Front de libération nationale, qui mènera à l’indépendance de l’Algérie . C’est-à-dire qu’il n’est pas du côté des bons ou des méchants , puisque de part et d’autre de la frontière , nous dit-il , on les retrouve de la même façon qu’autrefois , lors de la seconde guerre mondiale , et des guerres de colonisation française.

Un condensé d’Histoire, éloquent, pour bien planter le décor de ce film, où il rappelle les comédiens de «Indigènes» . J’ai du mal à voir jouer Jamel Debbouze, ce grand humoriste, improvisateur de première, acteur en demi-teinte . Le contraste est d’autant plus saisissant que l’interprétation de  Roschdy Zem et surtout celle de Sami Bouajila emportent l’adhésion .

L’un sort de la cuvette de Ðiện Biên Phủ, l’autre des prisons françaises : une rencontre explosive entre l’idéologie guerrière et l’esprit de résistance . Toute l’énergie du réalisateur se cristallise  dans la passion réaliste de ce duo qui mène de la tête et du cœur ce film à bonne destination .

Celle qui sans asséner des vérités totales, nous raconte simplement un pan de notre Histoire , à travers un média ici utilisé dans toutes ses composantes pour faire un polar politique, un film de genre . Le cinéma qui nous instruit et nous distrait , et   se poursuit , une fois le rideau tombé ( polémiques et commentaires à l’appui ) , moi j’aime ça !

LES SUPPLEMENTS

  • Making of. Un mélange de scènes de tournage ( dont la manifestation de Sétif ) et d’entretiens  avec les acteurs et techniciens .Le réalisateur rappelle à l’envie que c’est bien une trilogie qu’il a engagée depuis «Indigènes», « un peu à la manière deIl était une fois l’Amérique” sauf que cette fois c’est «  “ Il était une fois l’Algérie et la France” . Ce qui me permet de faire du cinéma : je raconte la grande histoire qui peut-être aussi un plaisir pour le spectateur » .

Une intention qui s’accorde tout à fait au projet final de «  Hors-la-loi » , « pour lequel je voulais aller plus loin que mon précédent film, en travaillant la technique, le son , les décors, les personnages . Le plaisir du cinéma » .

Rachid Bouchareb accompagne sur le plateau Jamel Debouzze qui découvre à la manière d’un gosse les décors, et notamment Sétif reconstitué . Le comédien interpelle même certains figurants pour leur demander ce qu’ils savent du film . Un rien provoc Le garçon .

Une entrevue ,  » à l’amiable  » entre deux ennemis qui se retrouveront peu après …

Plus posé , Roschdy Zem parle avec émotion du bidonville de Nanterre , parfaitement reconstitué lui aussi . «  Mes parents y ont vécu » dit-il avant de décrypter son personnage et l’histoire qui l’accompagne. «  Moi je la vis comme un drame familial , c’est là dessus que je me suis focalisé, on est dans une tragédie grecque » .

«  C’est la façon d’aborder l’histoire de nos grands-parents » reprend Debbouze «  plus une suite historique de «  “ Indigènes” » qu’une deuxième couche , et celle-là est encore plus visible, c’est celle que l’on retiendra . C’est l’album de famille de l’histoire de la France, il ne faut pas l’occulter , si l’on veut avancer » .

Sans revenir sur les polémiques cannoises qui ont accueilli la sortie du film le réalisateur salue «une France formidable qui a donné de l’argent pour que ce genre de film puisse se faire. C’est la première fois qu’entre la France et l’Algérie , on produit ensemble  un même sujet, de surcroît très douloureux, très tendu » .

  • Les scènes coupées. Elles sont nombreuses et malgré la longueur du film ( 2 h ) certaines auraient mérité de rester . Pour mieux comprendre comment Abdelkader (Sami Bouajila) se retrouvait en prison en France . Et mieux suivre la transformation de Jamel Debbouze dont plusieurs scènes sur son évolution et son comportement ont été coupées au montage. Elles expliquaient aussi la façon dont il a pu asseoir son autorité de malfrat. Et paradoxalement dans ces scènes-là , j’ai révisé mon jugement sur le jeu de l’acteur.
  • Un peu d’histoire. Les faits par rapport au film, signés par Pascal Blanchard, suivis d’une chronologie de la guerre d’Algérie .
Meilleur dvd Janvier 2011 ( 2 ème ) Rachid Bouchareb dans la poursuite de ce qu’il espère être une trilogie sur l’histoire de l’Algérie et de ses rapports à la France. Le fond du problème s’inscrit cette fois complètement dans une démarche cinématographique . Avec un regard instinctif qui donne un véritable souffle à  sa mise en scène emportée par les tourments d’une révolution ici vécue de l’intérieur . Celle dans laquelle se retrouvent embrigadés, à des titres divers , trois frères humiliés devant l’abandon de la terre paternelle . Ils ont participé à la manifestation pacifique indépendantiste algérienne en 1945…

Review Overview

Le film
Les bonus

Un film de genre, un polar politique, un document historique, il y a un vrai plaisir de cinéma dans ce long métrage , marqué par une mise en scène qui réussit à tenir sinon le suspense, tout du moins un intérêt croissant .

Avis Bonus : Un making of où les interviews accompagnent plusieurs scènes de tournage, avec un Jamel Debbouze qui nous guide dans les décors . Des scènes coupées qui alimentent à nouveau le film , le plaisir est toujours présent .

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Vertiges » de Mauro Bolognini. Critique dvd. Coffret

Dans le coffret Mauro Bolognini : « Liberté mon amour »– « Les Garçons »-« Vertiges »-« Bubu de Montparnasse » . —- …

Laisser un commentaire