Accueil » Comédies dramatique » « Désirs Humains » de Fritz Lang.Critique DVD

« Désirs Humains » de Fritz Lang.Critique DVD

Synopsis: Pour sauver son travail aux chemins de fer, Carl Buckley, homme d'âge mûr et de caractère emporté, demande à sa jeune femme Vicki d'intervenir auprès d'Owens, gros client de la compagnie qui fut autrefois amoureux d'elle. Elle réussit dans sa mission mais Carl devient soupçonneux, et jaloux

La fiche du Disque

Le film : ""
De : Fritz Lang
Avec : Glenn Ford , Gloria Grahame , Broderick Crawford, Edgar Buchanan
Sortie le : 29 février 2012
Distribution : Wild Side
Durée : 87 minutes
Film classé : 12 ans et plus
Nombre de Disque : 1
le film
le bonus

La crapule. Une figure du cinéma bien sympathique. Quand resurgit  la face débonnaire de Carl Buckley sous les traits de Broderick Crawford, le doute n’est plus permis. Pour retrouver son job  dont il vient de se faire éjecter, le voici tout mielleux auprès de madame, à qui il demande d’intervenir afin de régler le problème.

Ce n’est déjà pas très moral, mais la suite des événements l’est encore moins. Le gentil minou récupère toutes les preuves du forfait supposé de son épouse, qui n’a plus qu’à se taire…Le débonnaire devient un fieffé salaud. Une crapule.

Le drame, c’est que dans sa galerie de portraits, Fritz Lang a d’autres spécimen du même genre. Prenons par exemple, l’épouse du monsieur ; sous ses airs de malheur et de soumission,elle non plus ne me semble pas très catholique. La plume habile de Alfred Hayes , relayée par celle de Zola de «  La bête humaine » (le scénariste dit s’en être inspiré) ne dévoile jamais son entière complexité. Elle est dans la retenue, dans l’attente, et le spectateur dans cette même expectative.

Surtout que les apparences sont forcément trompeuses.« L’apparence compte plus que l’esprit » dit une femme à son amant, « car les hommes voient mieux, qu’ils ne réfléchissent ».Je suppose que la pellicule a été revue, le noir et blanc étant d’une somptuosité à couper au couteau. Ce dont ne se prive notre ami Carl, ajoutant à la profondeur des contrastes, la noirceur de son âme. C’est purement du grand art, un très beau descriptif d’un milieu petit bourgeois.

Fritz Lang s’intéresse plus à la psychologie de ses personnages qu’à l’intrigue qui les noue irrémédiablement les uns aux autres. Les dés ne sont pas pipés, mais suffisamment plombés pour tomber dans la bonne direction. Ce qui fait le sel de ce film noir, dans lequel ce pauvre nigaud de Glenn Ford , aussi lisse que possible, va gentiment sombrer.

Il est l’amant de la fameuse Vicki que Gloria Grahame , interprète à la lettre près. Elle connaît ses classiques.

  • « La loi des désirs », entretien avec Bernard Eisenschitz. (13 mn). Toujours aussi peu expressif dans le regard, le critique a par contre beaucoup à dire sur ce film que la censure refusa dés l’écriture des premiers scénarios. Un  héros, alcoolique, soumis à des pulsions criminelles et sexuelles, pas de ça chez nous, disait-elle avant d’accepter la huitième version.

Entre remake et nouvelle adaptation de « La bête humaine » de Zola et donc du film de Jean Renoir, Bernard Eisenschitz assure que les incidents sont toujours les mêmes, mais toujours traités de façon différente. «  Il y a peu de rapport entre les deux films ». Il s’en explique.

La crapule. Une figure du cinéma bien sympathique. Quand resurgit  la face débonnaire de Carl Buckley sous les traits de Broderick Crawford, le doute n’est plus permis. Pour retrouver son job  dont il vient de se faire éjecter, le voici tout mielleux auprès de madame, à qui il demande d’intervenir afin de régler le problème. Ce n’est déjà pas très moral, mais la suite des événements l’est encore moins. Le gentil minou récupère toutes les preuves du forfait supposé de son épouse, qui n’a plus qu’à se taire…Le débonnaire devient un fieffé salaud. Une crapule. Le drame, c’est que dans…

Review Overview

le film
le bonus

Sur un scénario totalement habité, Fritz Lang pose les pièces d’une intrigue qui très vite passe au second plan. En pleine lumière, il sonde les âmes, et parfois n’en tire aucune conclusion…

Avis Bonus : Bernard Eisenschitz éclaire le film en comparaison avec son inspirateur Zola et « La Bête humaine », un point de vue toujours avisé.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Lola Pater » de Nadir Moknèche. Critique cinéma

Fanny Ardant pour le rôle, je ne sais pas… On la connait peut-être trop bien …

Laisser un commentaire