Accueil » Comédies » « Holiday » de Guillaume Nicloux. Critique cinéma

« Holiday » de Guillaume Nicloux. Critique cinéma

Synopsis: Michel Trémois, un dentiste raté d'une petite ville de province dont la femme a disparu, est accusé du meurtre d'une propriétaire d'hôtel...

La fiche du film

Le film : "Holiday"
De : Guillaume Nicloux
Avec : Jean-Pierre Darroussin, Judith Godrèche
Sortie le : 08/12/2010
Distribution : MK2 Diffusion
Durée : 90 Minutes
Genre : Comédie, Policier
Type : Long-métrage
Le film

Pour Nicloux, j’avais un faible. Il a débarqué dans le paysage cinématographique avec un film tiré d’un drôle de livre « Le Poulpe ». C’était un drôle et bon film, avec déjà à ses côtés Darroussin; Neuf ans plus tard les deux compères se retrouvent, et retrouvent Jean-Bernard Pouy, l’auteur du fameux poulpe qui cette fois co-signe le scénario.
Trois raisons pour me précipiter dans cette aventure tout aussi bizarre que le trio qui la compose. Un homme part en week-end avec sa femme Nadine pour reconstruire son couple et sauver sa sexualité. Mais dès leur arrivée  à l’hôtel, on sent que rien ne va se passer comme prévu.

La nuit folle et tumultueuse, sera agrémentée de rencontres singulières. A son réveil Michel se retrouve accusé du meurtre de la propriétaire de l’hôtel. Sa femme (Judith Godrèche) a disparu…Dans le filon français ça sort un peu de l’ordinaire avec un côté Agatha Christie au pays de Feydeau. On devine l’originalité du propos et de la démarche, mais les intentions ne suffisent et Nicloux me fait peine à voir. Prévoyait-il le naufrage quand dans ses notes d’intention, il écrivait :

photo Holiday

 

« Je suis conscient de son côté acrobatique et décalé mais c’est ce qui, je l’espère, en fait un objet singulier.La comédie est un domaine très particulier. Certains films font rire malgré eux, d’autres nous laissent de marbre. C’est une mécanique complexe et délicate, difficile à calibrer, car elle oblige à penser constamment au spectateur. Faire peur ou émouvoir n’obéit pas aux mêmes exigences. La comédie s’apprécie à plusieurs, l’émulation y est prépondérante.Tandis que le film noir agit en grande partie sur une forme de ressenti plus évasive, moins cernable et plus atmosphérique. »

Même Mocky aurait réussi à nous faire rire à cet imbroglio comico-criminel, qui aligne les personnages de chamboule-tout sans jamais leur donner de quoi s’exprimer. La mise en scène est nonchalante, le suspense sans intérêt et l’interprétation caricaturale au possible. Sans vouloir courir au-devant de la victoire, je pense que seul Darroussin tire son épingle de ce  jeu sans passion. Passions à autre chose …

Pour Nicloux, j’avais un faible. Il a débarqué dans le paysage cinématographique avec un film tiré d’un drôle de livre « Le Poulpe ». C’était un drôle et bon film, avec déjà à ses côtés Darroussin; Neuf ans plus tard les deux compères se retrouvent, et retrouvent Jean-Bernard Pouy, l’auteur du fameux poulpe qui cette fois co-signe le scénario. Trois raisons pour me précipiter dans cette aventure tout aussi bizarre que le trio qui la compose. Un homme part en week-end avec sa femme Nadine pour reconstruire son couple et sauver sa sexualité. Mais dès leur arrivée  à l’hôtel, on sent que…

Review Overview

Le film

Sur un scénario qui pouvait être original, tout ici est convenu . Les scènes sont téléphonées et les acteurs livrés à eux-mêmes n'en tirent pas le meilleur parti . Que d'ennui..

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« The Wall » de Doug Liman. Critique cinéma-Bluray

Un huis clos au grand air où l’air vient à manquer, haletant !

Un commentaire

Laisser un commentaire