Accueil » A la une » « The Lobster » de Yorgos Lanthimos. Critique cinéma-dvd

« The Lobster » de Yorgos Lanthimos. Critique cinéma-dvd

Synopsis: Dans un futur proche… Toute personne célibataire est arrêtée, transférée à l’Hôtel et a 45 jours pour trouver l’âme sœur. Passé ce délai, elle sera transformée en l'animal de son choix. Pour échapper à ce destin, un homme s'enfuit et rejoint dans les bois un groupe de résistants ; les Solitaires.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "The Lobster"
De : Yorgos Lanthimos
Avec : Angeliki Papoulia, Ariane Labed, Ashley Jensen, Ben Whishaw, Colin Farrell
Sortie le : 08 avril 2016
Distribution : Blaq Out
Durée : 118 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

D’une vague scène de chasse en Bavière, aux turpitudes criminelles de Mastroianni dans « La dixième victime » d’Elio Petri, Yorgos Lanthimos survole le monde absurde et fantastique du Nemrod nouveau. Des gens plutôt coincés n’ont pas encore trouvé l’âme sœur. Ils doivent résoudre leur problème sous les 45 jours. Dans le cas contraire, ils deviendront animal et seront chassés.

Pour échapper à cette perspective, ils doivent éliminer leur prochain à l’aide de fusil hypodermique. Le lieu est un somptueux hôtel sur lequel règne en maître absolu (de la réception aux fêtes) un couple intraitable.  Garry Mountaine et Olivia Colman ne sont pas à prendre avec des pincettes. A la moindre incartade, la punition peut-être terrible. Le coup du grille-pain vous passera l’envie de plaisirs intimes et personnels. Le docteur ( Roger Ashton-Griffiths) n’est alors plus d’un grand secours.

David attaque malgré tout sa cure de célibataire avec plein de bonne volonté, feignant la froideur la plus excessive afin d’arriver à ses fins. Il fond sur ses proies sans état d’âme ce qui plaît énormément à une femme dont la réputation est elle aussi impitoyable. Angeliki Papoulia. Peut-être la femme de sa vie !

Ben Whishaw, Colin Farrell, John C. Reilly sont prix au piège du célibat qui ne doit pas durer...
Ben Whishaw, Colin Farrell, John C. Reilly sont prix au piège du célibat qui ne doit pas durer…

Le réalisateur nous ménage l’information avec la même rage communicative que ses pensionnaires. Ce monde est tellement loufoque, surréaliste, décalé et un brin gore, qu’il en devient drôle et amusant. J’aime beaucoup cette dérive de l’écriture qui tente envers et malgré tout de garder son semblant de sérieux.

La fusion réussie provoque un contenu euphorique, d’hilarantes contorsions, que se retient d’exprimer notre héros. Colin Farrel, y met du sien pour nous bringuebaler dans d’impossibles impasses où John C. Reilly se perd à son tour avec délice, un cheveu sur la langue.

Mais il faut bien dans cette boucherie de façade que les morts se recensent. Décompte glorieux des victimes au milieu desquelles, feignant de jouer le jeu, David prend le large après en avoir informé à sa façon son encombrante amoureuse. C’est quasiment un autre film qui commence alors, transposant le même univers éthéré au cœur d’une forêt. Les solitaires échappés de l’Hôtel s’y sont regroupés. Rétifs au système concentrationnaire, ils le reproduisent quasiment à la règle près, symptôme régulateur d’un monde tout aussi hiérarchisé. Léa Seydoux, la chef de ces rebelles, n’est vraiment pas commode.

Léa Seydoux en chef rebelle ...
Léa Seydoux mène la révolte, au cœur de son territoire forestier…

Mais c’est un peu la même histoire qui se répète dans un scénario à bout de souffle. Yorgos Lanthimos tire à la ligne, après avoir tiré sur tout ce qui bougeait. On en réchappe par sa mise en scène aussi sophistiquée que son récit est incongru et une lignée de comédiens de haute noblesse. A ceux déjà cités, je rajoute Jessica Barden, qui n’arrête pas de saigner du nez, Rachel Weisz, une femme myope qui le deviendra encore plus pour un crime d’amour, et Ariane Labed, superbe, en femme de chambre bien intrigante. Comme quoi le réalisateur en a gardé dans l’objectif. En oubliant de le fermer à temps …

LES SUPPLEMENTS

  • Entretien avec Yorgos Lanthimos (8 mn) ;  « C’est notre expérience quotidienne, présentée d’une façon déformée, une situation ou un univers que nous poussons à l’extrême. Toute la folie de ce qui nous entoure et que nous considérons comme normal ».

Est-ce dans notre nature de craindre la solitude ? interroge le film selon son auteur qui voulait « introduire avec parcimonie le côté voyeurisme d’une émission de télé-réalité « The Hotel »  que je regardais à la TV, pas de l’imiter ou le même traitement visuel, mais voir comment on filmait des vrais gens dans un vrai hôtel, j’en ai beaucoup tenu compte pour le placement de la caméra ».

  • Rencontre avec Ariane Labed (8.29 mn) . La comédienne parle de son travail, du théâtre et de la danse dont elle vient (voir l’extrait « Attenberg » de Tsangari), et décortique sans exagération la manière d’appréhender «  The lobster ». C’est très riche comme entretien

«  Le cinéma peut tout se permettre, tout inventer, et je cherche des gens qui créent ainsi de nouvelles formes, c’est la raison pour laquelle je fais du cinéma. (…) Le cinéma peut intégrer toute forme d’expression il me semble, un art absolument libre, car encore très jeune ».

  • « Necktie » (2 mn). Vraiment un court métrage, avec une seule phrase, mais définitive comme dialogue à l’issue d’un duel surprenant.
  • « Making of » (5 mn). Les comédiens et le réalisateur se succèdent pour raconter la manière dont ils voient leur personnage, et le film dans sa finalité. Quelques petites scènes de tournage en prime.
Prix du Jury 2015 à Cannes. Meilleur dvd Avril 2016 D’une vague scène de chasse en Bavière, aux turpitudes criminelles de Mastroianni dans « La dixième victime » d’Elio Petri, Yorgos Lanthimos survole le monde absurde et fantastique du Nemrod nouveau. Des gens plutôt coincés n'ont pas encore trouvé l’âme sœur. Ils doivent résoudre leur problème sous les 45 jours. Dans le cas contraire, ils deviendront animal et seront chassés. Pour échapper à cette perspective, ils doivent éliminer leur prochain à l’aide de fusil hypodermique. Le lieu est un somptueux hôtel sur lequel règne en maître absolu (de la réception aux fêtes) un couple intraitable.…
Le film
Les bonus

Sur une très jolie palette de comédiens et comédiennes en verve, Yorgos Lanthimos décline nos obsessions secrètes de voir le monde tourner à l’envers de la bienséance. Tout célibataire devra trouver l’âme sœur sous les 45 jours de son hébergement à l’Hôtel, sous peine d’être transformé en l’animal de son choix. Une chasse s’engage afin d’éliminer les concurrents. Ce monde est tellement loufoque, surréaliste et un brin gore, qu’il en devient drôle et amusant. J’aime beaucoup cette dérive de l’écriture d’un film qui tente envers et malgré tout de garder son semblant de sérieux. Il est dommage que le réalisateur tire un peu trop à la ligne, embarqué dans un affolement qu’il ne contrôle plus très bien. L’art de la synthèse est encore au programme.

Avis bonus Rien que pour la manière dont Ariane Labed parle de cinéma...

User Rating: Be the first one !
THE LOBSTER DVD (DVD) de Yorgos Lanthimos
Date de sortie du DVD : 1 January 2016
Format : PAL
Studio : Blaq Out
Duree : 118 minutes

PRIX : EUR 9,99 (Prix de depart : EUR 10,02)

Voir aussi

« Moka » de Frédéric Mermoud. Critique dvd

Diane a perdu son fils dans un accident de la circulation. La voiture ne s’est pas arrêtée. …